Mercredi 26 janvier 2022
TEST: 2298

COLLEGE D’EUROPE – Varsovie forme les futures élites européennes

Par Lepetitjournal.com Varsovie | Publié le 20/07/2015 à 22:00 | Mis à jour le 20/07/2015 à 16:28

C'est un joli campus, perdu dans les bois de Natolin, à quelques stations de métro de Varsovie. A l'abri de l'agitation de la capitale, quelque cent-vingt étudiants y débarquent chaque année pour apprendre à "construire l'Europe de demain". Le Collège d'Europe, une grande école spécialisée dans les études européennes créée à Bruges en 1949, a ouvert un deuxième campus à Natolin en 1992, alors que les négociations sur l'entrée de la Pologne dans l'Union européenne (UE) battaient leur plein.

En 1989, c'est la fin de la Guerre Froide : le rideau de fer tombe et la Pologne tourne la page de quarante ans de communisme. Alors que le pays est en pleine mutation économique et politique, un diplomate et professeur Polonais, Jerzy ?ukaszewski, ex-recteur du Collège d'Europe de Bruges et ambassadeur de Pologne à Paris, suggère la création d'un deuxième campus du Collège d'Europe à Varsovie. Trois ans après, c'est à Natolin qu'il ouvrait ses portes, avec un unique objectif : former les constructeurs de la future Europe élargie. "C'était un projet avant-gardiste, et ça l'est toujours aujourd'hui", témoigne Richard Washington, directeur de communication du campus. "Alors que l'Union européenne est en crise, on se donne la mission de continuer à transmettre à nos étudiants un esprit d'ouverture. On leur inculque à la fois l'idéalisme et la connaissance profonde des réalités."

Un vent de l'Est souffle sur le campus

Le campus de Natolin n'est pas une copie conforme de celui de Bruges : il est à l'Est de l'Europe, et ça se sent. Ici, l'élargissement de l'UE à l'Est est vu comme une priorité, notamment en ce qui concerne l'Ukraine et la Moldavie. Certains anciens élèves ont ainsi eu un impact concret sur l'évolution de l'Europe. Par exemple, le président de la Croatie est spécialement venu en 2013 remercier l'institution pour avoir facilité l'adhésion de son pays à l'Union européenne, car le ministre des Affaires européennes qui avait négocié cette entrée, Mme Marija Pejcinovi?-Buri?, était une ancienne diplômée de Natolin. La deuxième "mission" que se donne le campus concerne le développement, l'intégration et la prospérité des pays au voisinage de l'Europe.

Un programme intensif

Chaque année, une promotion d'environ cent-vingt étudiants venus de toute l'Europe et des pays alentours (les pays de la politique européenne de voisinage comme le Maroc, la Tunisie, le Liban ou Israël et les pays du partenariat oriental comme la Géorgie et l'Azerbaïdjan) arrive à Natolin. Un melting-pot époustouflant : cette année, les étudiants venaient de trente-quatre pays différents. Pendant un an, ils suivent une formation accélérée sanctionnée par un Master. Ici, les études européennes sont enseignées sous un prisme interdisciplinaire : droit, histoire, politique, sciences sociales, économie. Le premier semestre est généraliste, les étudiants se spécialisant au second, selon quatre options : gouvernance de l'UE, l'UE dans le monde, histoire et civilisation européenne, et l'Europe comme acteur régional. Ces deux dernières spécialités bénéficient d'une chaire académique à Natolin, avec deux professeurs titulaires qui dirigent les centres de recherche.

Une formation élitiste dans une Europe en crise

"Certains diront qu'on a échoué dans notre projet, quand on voit la crise multiforme actuelle que traverse l'Europe" note Richard Washington. En effet, ce sont en partie les anciens du Collège d'Europe qui dirigent actuellement les institutions de l'UE. "Mais justement, nous sommes une communauté multinationale de personnes qui cherchent des réponses, car la solution miracle n'existe pas", poursuit-il. A Natolin, on ne se contente pas de cours magistraux, on forme aussi des groupes de discussion où se confrontent différentes opinions, pour chercher des solutions capables de réinventer l'Europe.

Le prix de l'excellence

Le diplôme du Collège d'Europe de Natolin est un précieux sésame reconnu académiquement à l'international. Mais surtout, l'année de formation permet aux étudiants de se construire un puissant réseau de connaissances, bien utile pour leur future vie professionnelle. Néanmoins, l'entrée au Collège d'Europe, en plus d'être très sélective, comporte une seconde barrière : son coût. Les frais de scolarité s'élèvent en effet à 21.000 euros l'année? Des bourses existent, mais elles sont très demandées.

Comment postuler au Collège d'Europe de Natolin ?
Le dépôt de candidatures se fait sur le site d'octobre à janvier. Il faut être titulaire d'un master dans n'importe quelle discipline, et avoir un niveau de langue B1 en anglais et français. Des entretiens ont ensuite lieu avec un jury de plusieurs personnes : il s'agit d'un oral, pour tester les motivations du candidat, ses connaissances académiques sur l'Europe, et son aisance en langues étrangères.

Quels sont les débouchés ?
Les diplômés travaillent majoritairement dans les institutions européennes ou internationales (comme l'OTAN, l'ONU, l'OSCE) ou à des postes de direction dans des grands groupes internationaux. Il y a aussi des débouchés dans les agences européennes, les administrations nationales et la politique.

 

© Crédit photo : Collège d'Europe campus de Natolin

Marie-Jeanne Delepaul (lepetitjournal.com/Varsovie) ? Mardi 21 juillet 2015

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Suivez-nous sur Facebook !

0 Commentaire (s) Réagir

Expat Mag

POLITIQUE

Pologne, la rentrée politique chaotique décryptée par Nicolas Maslowski, politologue

Affaire Pegasus, Nowy Ład, autoritarisme, révolution conservatrice, Union européenne, état de droit : états des lieux avec Nicolas Maslowski, politologue, sociologue et directeur du CCFEF à Varsovie

Sur le même sujet