Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 5
  • 0

Dior, Balmain, Givenchy, Saint Laurent et Lacroix au musée régional de Rzeszów

Le musée régional de Rzeszów a fait l’acquisition pour près de 480.000 zł d’une impressionnante collection de 131 tenues et accessoires féminins de maisons de haute couture et couture, couvrant une période allant de la fin du XIXe siècle au début du XXIe siècle. Parmi ces silhouettes iconiques, beaucoup de noms connus : Dior, Heim, Balmain, Saint Laurent, ou encore Balenciaga, Lacroix, Givenchy ainsi que la marque originaire de Milan, Versace.

Affiche du muséeAffiche du musée
Écrit par Mattéo Bardiaux
Publié le 17 juillet 2023, mis à jour le 20 août 2023

 

La collection d’un passionné de « l’élégance française »

À l’origine de cette acquisition, on trouve Piotr Szaradowski, historien de la mode à l’Université SWPS de Varsovie. Ce vrai passionné de la mode française collectionne depuis des années des pièces uniques, et a déjà organisé différentes expositions à travers la Pologne, comme au Musée central des textiles de Lodz avec « Elegancja Francja ».

 

Cette fois-ci, il se sépare complètement de sa collection, dont le musée régional de Rzeszów s’est vite trouvé preneur. 131 pièces de vêtements et d’accessoires féminins d’une valeur exceptionnelle ont été achetées, provenant de maisons de couture françaises de la fin du XIXe siècle au début du XXIe siècle. Cette collection spectaculaire comprend des exemples du travail de presque toutes les grandes maisons de couture parisiennes, de Worth et son rival Pingat, en passant par Doucet, Sisters Callot, Patou, Lanvin, Molyneux, jusqu’à Piguet (le maître de Dior) et Fath pour ce qui est de la première moitié du 20e siècle.

 

Les décennies suivantes sont également représentées par les meilleurs exemples provenant de maisons telles que Dior, Heim, Balmain, Saint Laurent, Balenciaga, Lacroix, Givenchy, Versace.

 

La haute couture, qu’est-ce que c’est ?

Une maison de couture est un lieu où sont conçus et fabriqués des vêtements de haute couture.
Le terme haute couture désigne une tradition française, symbole de luxe, d’excellence et de savoir-faire, juridiquement protégée en France depuis 1945. Contrairement aux créations issus du prêt-à-porter, les vêtements haute couture sont faits sur-mesure, le plus souvent pour des clientes très prestigieuses.

 

« C’est une collection exceptionnelle »

C’est sa diversité qui confère à cette collection son importance. « La force de cette collection réside dans sa diversité incroyable : nous y trouvons l’orientalisme d’avant la Première Guerre mondiale, l’art déco, les robes coupées en biais, le New Look, la mode géométrisée des années 60, l’ère spatiale, le rétro, le disco, les épaules imposantes des années 80. Nous avons également toutes sortes de robes et de chemises. Et surtout, ce qui était considéré comme un vêtement controversé au XIXe siècle, c’est-à-dire toutes sortes de pantalons, de jupes-culottes et de costumes pour femmes », énumère Piotr Szaradowski à Polskie Radio. 

 


 

On y trouve aussi bien les premiers pantalons pour femmes datant du début du XXe siècle, conçus au départ pour le cricket, qu’une impressionnante robe de mariée de la maison de couture Torrente, conçue par Julien Fournié en 2004, et dont sa forme absolument spectaculaire, notamment avec ses manches gigots, se resserrant pour mouler l’avant-bras dans un style très fin du XIXe siècle.

« La collection unique rassemblée au Musée régional permet une présentation unique de la mode féminine au sens large, en tenant compte également des changements sociaux et culturels », a déclaré à Radio Via Beata Kuman, commissaire de la collection.

La collection juste acquise est actuellement en cours d’élaboration et de préparation avant sa présentation au public, qui devrait selon Beata Kuman arriver dans les trois ans à venir.

 


 

Cette acquisition a été cofinancée par le ministère de la Culture et du Patrimoine national, dans le cadre du programme « Rozbudowa zbiorów muzealnych » (« Expansion des collections muséales ») de l’Institut national des musées et de la protection des collections, et par le biais de la voïvodie des Basses-Carpates. La valeur totale du cofinancement est de 479.706 PLN.