EUROVEGAS - À Madrid, le rêve d'une nouvelle vie pour des dizaines d'apprentis-croupiers

Par Lepetitjournal Valence | Publié le 02/04/2013 à 00:00 | Mis à jour le 02/04/2013 à 00:54

En 2016, le premier casino du macro-complexe hôtelier devrait ouvrir ses portes dans la capitale espagnole. Sa future implantation suscite, déjà, des vocations chez des dizaines d'Espagnols, exclus du monde du travail à cause de la crise. Rencontre avec des apprentis-croupiers, ex-charpentier, étudiant ou chômeurs de longue durée, dans un centre de formation unique en Espagne, l'académie Cerus, à Madrid. En quête d'une vie meilleure.

(Photos lepetitjournal.com)

Madrid ronronne, en cette matinée ensoleillée du mois de mars. Il est 10h30 quand nous nous approchons des locaux de la Cerus Casino Academy, à quelques encablures du centre-ville, dans le quartier populaire de Pinar del Rey. Ce jour-là, le centre de formation organise une journée portes ouvertes. C'est Joe qui nous ouvre la porte : "Bonjour, bienvenue à l'académie ! Vous cherchez Christian ? Il est occupé dans son bureau en ce moment, mais entrez...", lance-t-il dans un français un peu hésitant. Christian ? C'est le responsable de cette école privée, ouverte en janvier 2012 dans la capitale espagnole, et dont des établissements similaires se situent à Paris, Lyon, Bordeaux, Manchester ou Namur. La Cerus Casino Academy est une entreprise "indépendante" qui tourne à plein régime : en France, en Angleterre ou en Belgique et maintenant en Espagne, on y forme des croupiers, des chefs de table, des techniciens de machines à sous et des assistants clientèles, âgés de 18 à 35 ans. Christian Rocholl Salazar dirige l'antenne madrilène. Joe est son bras droit et son unique employé, le formateur de l'établissement : un ancien chef de table et professeur d'anglais, 30 ans de métier dans le monde si éphémère et volatile des casinos. Il est espagnol : "Mon père a commencé serveur dans un casino en Angleterre, avant de finir chef de table. C'est un petit peu lui qui m'a transmis le virus...", confie notre interlocuteur.

cerus casino academie madridPedro, 24 ans, charpentier sur le carreau
Dans la salle principale de l'académie, cinq jeunes gens s'affairent, chemise blanche sur pantalon noir, cartes dans une main et piles de jetons multicolores dans l'autre, autour d'une table de jeux : Raúl, Carlos, Élisa, Pedro et Erlantz (Fernando en basque) sont plongés depuis plus d'une heure déjà dans une partie de poker Texas Hold'em, la version la plus courante du jeu-phénomène, importée des États-Unis. Pedro officie en tant que croupier. Le jeune Majorquin, 24 ans, donne une impression impeccable : il mélange et distribue les cartes avec une grande agilité, effectue les annonces, interroge les joueurs, jette un regard sur l'écran de contrôle, rassemble puis redistribue les mises au vainqueur de la main (la mini-partie). On s'y croirait presque. Joe, le formateur, n'a rien à redire. Pourtant, Pedro n'est là que depuis quelques jours : "J'ai vu une série d'offres de cours par Internet. Je suis venu en parler avec Christian. Il m'a convaincu. Et me voilà inscrit aujourd'hui dans des cours de poker standard et de poker caribeño (mélange de black jack et de poker Texas Hold'em), pour deux semaines de pratique." Deux semaines pour voir, pour découvrir, pour s'essayer à un nouveau métier sans prendre de très grands risques. Le prix de sa formation est abordable, sa durée assez réduite. Pedro a tout à gagner ici, lui qui avait - presque - tout perdu en début d'année : l'entreprise de construction qui l'employait depuis trois ans, à Palma de Majorque, l'a licencié sous l'effet de la crise de carence du secteur immobilier. "Réduction d'effectifs", explique-t-il succinctement. Pedro le charpentier se rêve aujourd'hui en Pedro le croupier. "Les cours se passent très bien ici, le prof est assez spécial, super actif et dynamique : avec lui, on pratique, on pratique et encore on pratique !", lâche le grand brun avec le sourire.

Le portrait-robot du bon croupier.
Contact direct du client dans un casino, le croupier n'est pas seulement un visage connu et reconnu par le public : c'est aussi un rôle à part, un métier qui se professionnalise. "En plus d'une bonne présence, il doit avoir une bonne habilité des mains, une agilité avec les chiffres, une bonne mémoire, savoir animer une table, parler avec les clients, converser en plusieurs langues et pouvoir travailler la nuit", détaille Joe, formateur chez Cerus. "Les clients des casinos sont souvent des touristes, qui viennent du monde entier : l'anglais est un minimum, en plus de la langue natale." Et qu'est-ce qu'il entend par "bonne présence" ? "Bien rasé, bien coiffé, sans cravate, mais avec une chemise blanche et un pantalon noir." Maniement des jetons oblige, les daltoniens sont recalés par les centres de formation Cerus. Les ludopathes, les addicts des jeux, ne sont pas les bienvenus non plus.

La femme, l'avenir du croupier ?
Longtemps réservé aux hommes, ce métier s'est progressivement ouvert à la mixité, à partir des années 1990. Selon les derniers chiffres de la Cerus Academy, 38 % des employées de jeux dans les casinos sont des femmes. Les croupières auraient même tout à gagner dans cet univers majoritairement masculin, ajoute Joe, avec de juteux pourboires à la clef de la part des clients. "Ça ne me dérange pas de travailler dans un milieu tenu et fréquenté par des hommes", indique Élisa, 27 ans, dans le groupe de formation des mois de février-mars à l'académie madrilène. "Les clients semblent plus cordiaux et aimables avec les femmes. S'ils pensent qu'il est plus facile de nous insulter, nous les femmes, ils se trompent !"

400 à 500 croupiers recrutés pour chaque casino d'Eurovegas, selon les estimations Cerus
Comme pour une journée de travail, les cours durent 8 heures par jour, entrecoupés de pause-café et d'une pause-déjeuner : le sujet Eurovegas, brûlant en Espagne, revient inévitablement dans les discussions. Eurovegas ? C'est ce macro-complexe de casinos, d'hôtels, de golfs et de centres commerciaux qui va bientôt voir le jour sur la commune d'Alcorcón, une ville dortoir comme il en existe une kyrielle d'autres, à 15 km au sud-ouest de Madrid. Le milliardaire américain Sheldon Adelson a décidé d'y implanter son "Las Vegas d'Europe", lui qui est déjà propriétaire d'un complexe similaire dans la cité des Anges. Pour la communauté de Madrid et l'économie espagnole dans son ensemble, c'est une aubaine dans le contexte de crise que l'on connaît : 250.000 emplois directs et indirects sont espérés, pour près de dix ans de chantier. Derrière son bureau, Christian Rocholl Salazar fait les comptes : le directeur de l'Académie Cerus madrilène estime que 400 à 500 croupiers seront recrutés pour chaque casino du projet Eurovegas, "trois à cinq croupiers par table", détaille-t-il. "Quand nous nous sommes installés en janvier 2012, le projet Eurovegas n'existait pas", fait-il remarquer. "Madrid était loin d'être la ville retenue. Elle était en concurrence encore avec Barcelone et d'autres grandes villes d'Europe. C'est une chance aussi pour nous ce projet. 80 % de mes élèves pensent aujourd'hui à Eurovegas."  Christian Rocholl Salazar a déjà été contacté par les promoteurs américains : "Ils cherchent du personnel déjà formé et qui sache parler anglais, c'est tout ce qu'ils m'ont dit." La formule de cours qui associe de la pratique en Espagne et un stage à l'antenne Cerus de Manchester est celle qui est plébiscitée par ses contractants.

3.700 euros les deux mois de formation intensive, jusqu'à 4.000 euros de salaire mensuel
De retour à la table de poker, Pedro a passé la main à Erlantz à la place du croupier. Le jeune Basque, 20 ans, originaire de Bilbao, ne fait pas mystère de ses intentions : s'il a souscrit à deux mois de formation intensive dans l'académie Cerus, c'est pour "travailler à Eurovegas", affirme-t-il. Erlantz sait qu'il joue gros : il a investi 3.700 euros pour s'offrir le "rêve" d'un gamin qui a appris à jouer au poker en famille. De l'extérieur, la somme paraît considérable pour un jeune qui a stoppé ses études il y a peu. Mais des solutions de financement à long terme, comme lors de l'achat d'une voiture, sont proposées aux élèves, renseigne le directeur. Et à y regarder de plus près, l'investissement ne paraît pas si conséquent pour un métier qui peut rapporter beaucoup d'argent à celui qui l'exerce longtemps. "Le salaire de base d'un croupier en Espagne est de 1.000 à 1.200 euros, auquel il faut rajouter les pourboires et un pourcentage sur les recettes de l'établissement", précise Christian Rocholl Salazar. De très bons croupiers aux États-Unis ou en France gagneraient ainsi jusqu'à 4.000 euros par mois. Par ailleurs, le métier offre des perspectives d'ascension sociale, qu'on ne retrouve plus forcément sur le marché du travail espagnol actuel. "Un croupier peut devenir chef de table, puis chef de partie et intégrer la direction du casino (en tant que membre du comité de direction)", ajoute Joe, qui sait de quoi il parle.

cerus casino academie madridLes croupiers recrutés sur "book" : "C'est l'image du casino"
Dans ces conditions plus que favorables, le slogan de l'académie Cerus ne semble pas galvaudé : "Un emploi garanti après votre formation en Espagne", clame le site web de l'entreprise. Christian Rocholl Salazar, à qui on s'est étonné de ce slogan si affirmatif, précise : "Il peut y avoir un petit temps de transition entre la fin des cours, et l'octroi d'un contrat de travail. Nous sommes en contact permanents avec les casinotiers d'Espagne. Nous leurs présentons régulièrement un "book" de croupiers potentiels, comme pour des modèles : l'apparence physique comme les compétences professionnelles sont des choses essentielles pour eux. Le croupier, c'est l'image du casino. Il doit être joli à voir jouer. Faire le spectacle." Selon les chiffres de l'académie, 2.000 jeunes ont été formés aux canons de la profession depuis janvier 2003, lors du lancement de l'entreprise à Lyon. Madrid en enregistre une cinquantaine par an, à raison d'une dizaine d'élèves par session de formation de deux mois. Christian Rocholl Salazar, en allumant une cigarette sur le pas de la porte de son académie, n'exclut pas l'hypothèse de déménager ses locaux à Alcorcón ou dans les environs "si la demande est au rendez-vous". Rêver en grand avec Eurovegas, c'est presque devenu un jeu d'enfants.

Damien LEMAÎTRE (www.lepetitjournal.com - Espagne) Mardi 2 avril 2013
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

Cerus Casino Academy, calle Alejandro Villegas, 16 local - 28043 Madrid (métro L8 Pinar del Rey).
Tél. : 91 759 81 01 (du lundi au vendredi, de 9 h à 18 h). http://www.cerus.es/

A relire :
EUROVEGAS - 10.500 nouveaux emplois espérés dès la fin de l'année par le maire d'Alcorcón
EUROVEGAS - Alcorcón accueillera le mega-casino de Las Vegas Sands
BARCELONA WORLD ? C'est pas Eurovegas, mais qu'est ce que c'est ?

logofbvalence

Lepetitjournal Valence

Site d'information, premier média des Français, francophones et francophiles à l'étranger, lepetitjournal.com/valence, c'est VOTRE site !
0 Commentaire (s) Réagir

Fallas

FALLAS 2020

Les Fallas auront lieu du 1er au 5 septembre à Valence

L’Assemblée extraordinaire des présidents des Fallas a approuvé à la quasi unanimité la proposition faite par la Conselleria de Sanitat de célébrer la traditionnelle fête valencienne début septembre.

Sur le même sujet