Dimanche 26 mai 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

INTERVIEW – Leila Aïchi, candidate aux élections législatives 2017, pour la 9e circonscription des Français de l'Etranger

Par Lepetitjournal Tunis | Publié le 13/06/2017 à 23:00 | Mis à jour le 14/06/2017 à 18:15
000aichi

Leila Aïchi est candidate aux élections législatives 2017, pour la 9e circonscription des Français de l'Etranger


Lepetitjournal.com/tunis :Pourquoi avoir choisi de vous présenter aux législatives 2017, dans la 9e circonscription ?

Leila Aïchi : Pour deux raisons : nos compatriotes de l'étranger ont occupé une place primordiale dans mon action au Sénat en ma qualité de vice-présidente de la Commission des Affaires Etrangères, de la Défense et des Forces Armées et j'ai toujours accordé un intérêt soutenu aux questions touchant au continent africain. Il était donc logique que ce soit dans cette circonscription que je sollicite le soutien des électeurs pour contribuer à offrir au Président Emmanuel Macron la majorité parlementaire dont il a besoin pour réformer la France.

Quelles sont selon vous les principales attentes des Français y résidant ?
Les Français résidant à l'étranger ont parfois, souvent, le sentiment de ne pas être suffisamment écoutés par nos responsables et sont déçus de constater que leurs préoccupations légitimes ne sont pas prises en considération. Je veux inverser ce phénomène. C'est tout le sens de mon combat politique et le style de la campagne que je mène : me mettre à l'écoute des aspirations, des revendications des Français de l'étranger pour porter ensuite, au c?ur du système politique national, dans l'hémicycle et dans les ministères concernés, les réformes indispensables en matière d'éducation, de sécurité, de fiscalité, de bouclier social, d'appui aux initiatives des entrepreneurs français installés sur le continent, notamment.

Quel est votre parcours et votre implication passés auprès des Français de l'étranger ?
Il serait long et fastidieux pour vos lecteurs d'énumérer la liste des interventions concrètes en faveur des Français de l'étranger. Je n'en citerai qu'une seule, parce qu'elle est à la fois relativement peu connue et symbolique des actions que je mène pour changer le quotidien de nos compatriotes expatriés depuis des années : c'est à mon initiative, au retour d'une visite en Mauritanie, début 2017, que le classement en zone rouge de l'ensemble du territoire mauritanien par le Quai d'Orsay a été réduit, permettant aux entreprises françaises (qui s'étaient fait concurrencer par leurs homologues espagnoles, entre autres) de revenir tirer parti des nombreuses opportunités économiques qu'offre ce pays et aux compagnies d'assurance de couvrir les voyageurs et les entreprises qui s'y rendent ou y opèrent.

Quels sont les sujets que vous comptez défendre en priorité devant le Parlement ?
Je citerai le renforcement de la sécurité des écoles et des emprises diplomatiques et consulaires dans la circonscription afin de faire face aux nouvelles menaces et à la recrudescence des risques sécuritaires dans la circonscription. Mais aussi l'allègement des frais de scolarité qui sont une charge de plus en plus lourde pour de nombreuses familles. Ou encore la révision du statut juridique de la résidence en France afin qu'elle ne soit plus considérée comme une résidence secondaire mais bien comme une résidence principale. La mise en place d'un bouclier social identique pour tous les Français permettant d'avoir accès aux allocations chômage et à la couverture santé décote ni délai de carence, fait également partie de mes priorités. Ainsi que le soutien à apporter aux jeunes entrepreneurs et start-upers afin de les accompagner dans leur croissance, notamment pour percer le marché hexagonal, comme le souhaite le Président Emmanuel Macron.

Quelles attentions particulières méritent les pays de la 9e circonscription ?
Chacune et chacun de nos compatriotes, quel que soit le pays dans lequel il est installé, mérite la même attention. J'y accorderai un soin tout particulier. Notre 9e circonscription est très vaste et les situations et les besoins varient d'un pays à l'autre. Mais l'ensemble des Français qui y vivent, qu'ils soient expatriés ou binationaux, trouveront en moi une avocate déterminée à porter leurs revendications et à y trouver une solution.

Comment pensez-vous gérer vos permanences dans les différents pays de votre circonscription pour être au plus près des Français basés dans la région ?
Mon engagement en faveur des Français dans les 16 pays de la 9e circonscription est sincère et durable. J'ai prévu de maintenir un lien physique et permanent tout au long de la prochaine législature si les électeurs m'accordent leur confiance. Indépendamment de déplacements de terrain pour rester en dialogue avec eux, je mettrai en place une plateforme digitale permettant un échange direct avec les Françaises et les Français de l'étranger qui pourront m'interroger, me faire des suggestions, et suivre pas à pas mon action de députée à leur service.

Par l'intermédiaire de cette interview, que souhaiteriez-vous dire à la communauté française de votre circonscription et particulièrement celle de Tunisie ?
En venant à la rencontre de la communauté française, en Tunisie comme dans les autres pays de la circonscription, j'entends montrer le soin que j'accorde au dialogue avec nos compatriotes expatriés et aux binationaux. Ils constituent une chance extraordinaire pour notre pays. Mon action tout au long de la législature consistera à leur donner le statut qu'ils méritent au sein de la République et à corriger au plus vite les situations d'injustice dans laquelle une vision étriquée des politiques publiques les a enfermés et isolés. J'ajouterai que les électeurs ont bien compris le sens de ma démarche, puisqu'ils m'ont portée en tête du scrutin lors du premier tour. Ils savent que je suis en capacité d'être opérationnelle dès le lendemain du second tour : je suis déjà parlementaire, je connais le fonctionnement du Parlement de l'intérieur, j'ai travaillé sur des sujets importants (la défense, la sécurité, la transition énergétique?) en totale harmonie avec les ministres et les administrations concernées. Si les électeurs me renouvellent leur confiance le 18 juin 2017, notre circonscription sera représentée sans période de réglage et les réformes tant attendues par nos compatriotes pourront démarrer sans tarder.

Nous avons une information contradictoire du parti LREM concernant cette candidature. Vous présentez-vous en qualité de candidat indépendant ?
Pas du tout ! Beaucoup d'informations contradictoires (et fausses pour la plupart) ont circulé et continuent de circuler au moment où nous discutons. Présentée par le MoDem, la formation à laquelle j'appartiens, ma candidature est portée par La République En Marche depuis le 11 mai 2017. Et c'est forte de la double investiture de La République en Marche et du MoDem que j'ai effectué toutes les démarches prévues par la loi électorale pour pouvoir solliciter le suffrage des électeurs, tant au premier qu'au second tour de scrutin.

Certains ont cru devoir, pour assouvir des ambitions personnelles ou des calculs politiciens, contester mon investiture alors que la période de dépôt des candidatures était close. Ils ont entretenu des polémiques politiciennes dont les Françaises et les Français ne veulent plus.

Le Président Emmanuel Macron a été élu pour faire travailler ensemble des hommes et femmes venus d'horizons divers pour enrichir notre pratique de la démocratie et élargir le rassemblement nécessaire à la mise en ?uvre de profondes réformes. Certains se cramponnent à des pratiques rétrogrades anachroniques : tant pis pour eux, il vont manquer le train de l'histoire. Car je suis réconfortée par le discernement dont font preuve les électeurs de la 9e circonscription qui ne veulent pas se voir dépouillés de leurs prérogatives et de leurs droits. Le sort de l'élection est entre leurs mains. J'ai toute confiance en eux !

Retrouvez toutes les interviews des candidats aux législatives - 9e circonscription dans notre rubrique Communauté

Infos pratiques pour voter depuis l'Etranger sur le site du Consulat


Propos recueillis par Isabelle Enault (www.lepetitjournal.com/tunis) mercredi 14 juin 2017

 

 

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

SOCIÉTÉ

Elections européennes 2019

En 2019,  les citoyens français sont appelés à élire leurs représentants au Parlement européen. Les élections européennes ont lieu au suffrage universel direct à un tour.

Vivre à Tunis

GASTRONOMIE

GASTRONOMIE - Les recettes du Ramadan : Basboussa

La Basboussa, dont une variante est appelée Larissa ou l'Harissa, est un délicieux gâteau de semoule aux amandes et à la fleur d’oranger, que l'on prépare pour les repas de fêtes

Sur le même sujet