Lundi 26 août 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

AFD - L'Ecole Nationale d'Ingénieurs de Bizerte fête son premier diplôme

Par Lepetitjournal Tunis | Publié le 04/07/2012 à 00:00 | Mis à jour le 20/11/2012 à 11:16

C'est en 2009 qu'a été lancé le projet de création d'une École nationale d'ingénieurs à Bizerte (ENIB) avec un soutien fort de la France. L'Agence française de Développement (AFD), impliquée de longue date dans la formation professionnelle en Tunisie, s'est engagée à faire de l'ENIB un projet exemplaire de la coopération tuniso-française

 

Une convention de financement pour un montant de 15M? a été signée le 27 mai 2011 entre l'AFD et l'État tunisien. Une première tranche de 3M? vient d'être versée par l'AFD.

Au plan académique, l'ENIB bénéficie de l'affectation par l'ambassade de France d'un expert technique français ainsi que de la participation de partenaires de réputation internationale : l'École nationale des Arts et Métiers (ENSAM) et l'École Polytech de Clermont-Ferrand qui se sont fortement impliquées dans la formation des étudiants et des enseignants tunisiens.

Le montant global du soutien de l'Ambassade de France à ce projet s'élève à ce jour à 570.000 ?.

Dans l'attente de l'achèvement de ses futurs locaux prévus pour 2015, l'ENIB a été provisoirement hébergée dans les locaux de l'ISET de Bizerte.

Au terme de ces trois années de fonctionnement, l'ENIB voit cette année la sortie de la 1ère promotion de la filière "génie industriel" : 54 nouveaux ingénieurs se sont vu remettre le 28 juin leur diplôme d'ingénieur par M. Sadok Guellouz, directeur de l'ENIB, et M. Valéry Freland, conseiller de coopération et d'action culturelle de l'Ambassade de France.


Création de l'École nationale d'ingénieurs de Bizerte

La création de l'École nationale d'ingénieurs de Bizerte (ENIB) s'inscrit dans le contexte de réforme et de modernisation des formations d'ingénieur en Tunisie.

L'objectif du Gouvernement tunisien consiste à doubler le nombre d'ingénieurs en Tunisie d'ici à 2013 tout en adaptant le contenu des formations à la recomposition récente du tissu industriel tunisien.


Caractéristiques du projet

L'École nationale d'ingénieurs de Bizerte sera implantée au sein du technopôle de Bizerte comprenant déjà un Institut supérieur de commerce et de comptabilité, un Institut supérieur des études technologiques et un Institut préparatoire aux études d'ingénieurs.

L'ENIB devrait accueillir, à terme, 1 200 étudiants répartis en trois spécialités :
génie mécanique,
génie industriel,
et génie civil.

L'École dépend de l'université publique du 7 novembre à Carthage. Elle est dirigée par Mme Sonia Hajri Gabouj, universitaire tunisienne spécialiste de productique (automatique et informatique industrielle).


Historique  

Le partenariat franco-tunisien autour du projet de l'ENIB a pris la forme d'un mémorandum d'entente signé pendant la visite du Premier ministre François Fillon à Tunis, les 23 et 24 avril 2009.

L'Agence française de développement (AFD) a reçu pour mandat de participer au projet de création de l'école tandis qu'un appui pédagogique est assuré par le groupement "Arts et métiers Paristech".

Après plusieurs missions d'expertise et de formation (venue d'enseignants de l'ENSAM à Bizerte et formation d'enseignants tunisiens en France), l'ENIB a ouvert une 1ère promotion (60 élèves destinés à la filière génie industriel) en septembre 2009, dans des locaux provisoires situés au sein de l'institut supérieur d'études technologiques, qui se trouve sur le même site.


La Rédaction (www.lepetitjournal.com/tunis.html) mercredi 4 juillet 2012


0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Tunis

SPORT

SPORT - Interview : Nejib Belhedi, nageur marathonien

Nejib Belhedi, est  un nageur de classe mondiale d’une capacité rare. Habitué des records, il  sera couronné au nom de la Tunisie du Titre Mondial  du Marathon de Nage le plus durable en solo

Expat Mag

ENVIRONNEMENT

Amazonie, le poumon vert de rage

Depuis plusieurs semaines, les incendies ravagent la forêt amazonienne dont 60% se trouvent sur le territoire brésilien. Lundi dernier, Sao Paulo se trouve plongée dans le noir en plein jour

Sur le même sujet