Jeudi 13 décembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

HOMMAGE - Victor Lanoux est décédé

Par Lepetitjournal Tunis | Publié le 05/05/2017 à 00:00 | Mis à jour le 05/05/2017 à 12:04

L'acteur Victor Lanoux, franco-tunisien célèbre pour ses personnages de Bouly et de Louis la Brocante, est décédé jeudi 4 mai à l'âge de 81 ans

Souffrant de problèmes cardiovasculaires, victime d'un malaise sur le tournage de "Louis la brocante" en 2007, Victor Lanoux avait été opéré plusieurs fois du coeur. Ses obsèques seront célébrées à Royan dans l'intimité.

Acteur, écrivain, co-producteur, l'inénarrable Bouly de Un éléphant ça trompe énormément et Nous irons tous au paradis, a servi avec succès et passion toute la palette du cinéma et du théâtre, avant de devenir la coqueluche des téléspectateurs dans le feuilleton Louis la Brocante

Victor Robert Nataf est né en 1936 à Paris de parents sfaxiens. Dès le début de la guerre, il est envoyé par sécurité dans la Creuse par ses parents de confession juive. Il y vit jusqu'à l'âge de onze ans sous le nom de Victor Lanoux.

Il devient ouvrier spécialisé chez Simca, puis effectue son service militaire comme parachutiste en Algérie. De retour à Paris à 22 ans, il est engagé comme machiniste aux studios de Boulogne, où il se découvre une passion pour la comédie en observant Anthony Quinn sur le plateau de Notre-Dame de Paris. Il prend des cours par correspondance, puis débute au cabaret en 1961 aux côtés de Pierre Richard. Pendant cinq ans, les deux amis écriront des sketches qu'ils interpréteront dans la plupart des cabarets de la rive gauche et souvent la première partie des tournées de Georges Brassens.

Du théâtre au cinéma

Engagé par Georges Wilson au Théâtre national populaire (TNP), il joue entre 1964 et 1969, Hamlet, Arturo Ui, La Folle de Chaillot, etc. Il travaille ensuite avec Roger Planchon, puis se met à écrire pour le théâtre : Le Tourniquet (1973), La Ritournelle (1989) qui lui a valu une nomination aux Molières 1989, Drame au concert (1994) et Le Péril bleu.

Il est également co-producteur de certains de ses films : Servante et maîtresse, Un si joli village, Les Chiens. En 1978, il crée "Les Films de la Drouette" et produit entièrement le film de Peter Kassovitz : Au bout du bout du banc.

En 1975, sa rencontre avec Yves Boisset est décisive, il tourne avec lui deux films : Folle à tuer et Dupont Lajoie, dans lequel, grâce à son physique costaud et bourru et son jeu d'acteur inné, il incarne un personnage odieux. Le grand public le découvre la même année dans Cousin, cousine de Tacchella dans lequel on découvre un Victor Lanoux sensible et séduisant.

Un an après il devient Bouly le séducteur incorrigible, dans le diptyque d'Yves Robert, qu'il retrouvera en 1991 pour Le Bal des casse-pieds. Il enchaîne les succès avec Y a-t-il un Français dans la salle ? de Jean-Pierre Mocky en 1982 où il est remarqué pour son rôle de politicien.

Le succès à la télévision

Depuis 1999, il est Louis la brocante, un Français moyen attachant et au service des autres. Cette série remportera un grand succès télévisuel et renforcera l'attachement de téléspectateurs pour ce grand acteur.

Le 18 octobre 2007, Victor Lanoux est victime d'un malaise sur le tournage de Louis la Brocante. L'opération d'un anévrisme de l'aorte, prévue de longue date, qu'il devait subir début 2008, est avancée au 23 novembre 2007. À l'abri des médias, le patient se réveillera hémiplégique. Malgré le peu d'espoir, avec le soutien de sa productrice et future épouse, il va reprendre le dessus et un an après son malaise, il entame un mois de rééducation pour reprendre les tournages, et joue subtilement sur sa réalité pour achever la série Louis la Brocante, dans laquelle apparaît son "frère" Sim dans son ultime rôle.


Le 18 décembre 2008, il épouse la réalisatrice Véronique Langlois. Se définissant avec pertinence comme un "artiste du peuple", Victor Lanoux relate son parcours dans un livre intitulé Laisser flotter les rubans, tiré d'une vieille expression qui signifie ?laisser faire, laisser aller?. Remis de sa maladie, il reprendra le tournage de Louis la Brocante.


Filmographie :
Reines d'un jour de Marion Vernoux (2001)
La Position de l'escargot de Michka Saal (1999)
Les Grandes bouches de Bernie Bonvoisin (1999)
Les Démons de Jésus de Bernie Bonvoisin (1997)
Le Bal des casse-pieds de Yves Robert (1992)
L'Invité surprise de Georges Lautner (1989)
Moitié-Moitié de Paul Boujenah (1988) scénariste
Sale destin ! de Sylvain Madigan (1987)
Le Lieu du crime d'André Téchiné (1985)
La Smala de Jean-Loup Hubert (1984)
Canicule de Yves Boisset (1984)
Louisiane de Philippe de Broca (1984)
Les Voleurs de la nuit de Samuel Fuller (1983)
Y-a-t-il un Français dans la salle ? de Jean-Pierre Mocky (1982)
Un dimanche de flic de Michel Vianey (1981)
La Revanche de Pierre Lary (1981)
Au bout du bout du banc de Peter Kassovitz (1979)
Les Chiens de Alain Jessua (1978)
Nous irons tous au paradis d'Yves Robert (1977)
Un éléphant, ça trompe énormément d'Yves Robert (1976)
Dupont Lajoie d'Yves Boisset (1975)
Elle court, elle court la banlieue de Gérard Pirès (1973)
Deux hommes dans la ville de José Giovanni (1973)
L'Affaire Dominici de Claude Berbard-Aubert (1973)
La Vieille dame indigne de René Allio (1965)

Théâtre :

La Ritournelle (1989)
Drame au concert (1994)
Le Péril bleu (1996)
Au Bonheur des dames (1980)
Le Tourniquet (1973)
Hamlet (1964 et 1969)

Télévision :
Les chevaliers du ciel (1968)
Les nouveaux chevaliers du ciel (1988)
Louis la brocante (1998)

Isabelle Enault (www.lepetitjournal.com/tunis) vendredi 5 mai 2017

 

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Tunis

ART

TRADITIONS - La chéchia, toute une histoire

L'histoire de la chéchia se perd dans la nuit des temps. Elle aurait été importée d'Espagne par les arabes andalous, et tiendrait son nom d'autres musulmans soucieux de se protéger du froid : les

Sur le même sujet