Mardi 25 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Tourisme au Japon : la nouvelle loi pour se loger en vacances

Par Julien Loock | Publié le 22/06/2018 à 13:31 | Mis à jour le 27/06/2018 à 04:00
osaka-bon-apartment-1

(Publi-reportage) Il y aura eu un avant et un après 15 juin 2018 pour le secteur de la location de meublés privés touristiques au Japon. Véritable onde de choc pour les propriétaires comme pour les voyageurs dans l’Archipel, la nouvelle loi sur les minpaku (ces locations à la nuitée d’un hébergement privé) vient de redistribuer les cartes dans un monde qui jouissait d’un flou juridique récurrent. Bien évidemment, le géant de la location Airbnb est le premier concerné dans ce nouvel acte sur la régulation des nuitées de tourisme au Japon. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, cette situation est également le moment idéal pour tirer son épingle du jeu dans ce secteur en pleine mutation. L’entreprise de location touristique STAY JAPAN avait d’ailleurs anticipé, depuis déjà quelque temps, cette révolution législative fraîchement actée. A cette occasion, nous avons eu l’opportunité de nous rendre à Osaka dans un tout nouvel immeuble dédié à 100% à la location d’appartements touristiques au confort approuvé. « Bon Apartment » se tient prêt à vous accueillir lors de vos prochaines pérégrinations dans le kansai. Explications et découverte. 

 

bon apartment osaka

 

Cette loi sur les minpaku au Japon, que change-t-elle vraiment ?

 

Définitivement beaucoup de choses. Le cadre légal imposé depuis peu devient le véritable gendarme de la location de courte durée au Japon. Terminées les locations à la nuitée de son toit aux touristes des quatre coins du monde ! Une licence est dorénavant obligatoire pour continuer à louer son bien. Depuis l’arrivée d’Airbnb au Japon en 2014, les services de locations de meublés profitaient d’un flou de la législation et d’un boom de la fréquentation touristique du pays. Chaque voyageur pouvait alors faire face à un choix colossal d’appartements dans les plus grandes villes du Japon, Tokyo, Osaka et Kyoto en tête. Louer dans l’Archipel était un jeu d’enfant. Mais la concurrence plus classique (hôtel ou ryokan par exemple), tout comme une partie de la population locale, qui voit en ce service une dégradation des conditions de vie (bruit, mauvaises manières…), ont rapidement fait connaître leur mécontentement. Sécurité oblige, la nouvelle loi ne pouvait s’empêcher de mettre également le doigt sur ce point qui faisait jaser, un appartement loué sur Airbnb ne possédait pas toujours les équipements indispensables à la sécurité des hôtes et du lieu. C’est aujourd’hui chose faite : les propriétaires doivent s’équiper en conséquence pour obtenir la licence tant espérée. 

Dans les faits, cette nouvelle loi peut s’apparenter à un long chemin de croix pour les propriétaires. Ce n’est pas pour rien si Airbnb a vu son offre d’hébergements passer de 62 000 en mars dernier à 14 000 en ce mois de juin. Sans licence, il est tout simplement interdit de louer un appartement pour le tourisme au Japon. Certains voyageurs ont vécu l’amère expérience de voir leur réservation estivale annulée sans ménagement. Le texte de loi comporte plusieurs points dont aucun ne pourra être outrepassé. Le propriétaire devra donc, en premier lieu, déclarer aux autorités locales les logements qu’il souhaite louer dans un but touristique. S’en suivent des vérifications par des personnes agréées pour déterminer les bonnes conditions d’hébergement et, avant tout, celles liées à la sécurité. Dernier point assez drastique, le logement ne pourra être dédié à cette activité plus de cent quatre-vingts jours par an (spécificité qui ne concerne pas « Bon Apartment », l'immeuble étant enregistré légalement dans une "Special Minpaku Zone", sans limite de temps de location annuelle). Si resquilleur il y a, une belle amende, fixée à un million de yens (7800 euros), lui pendra au nez. Le cadre légal semble fastidieux pour les propriétaires, surtout que certaines municipalités ne se privent pas pour ajouter quelques astérisques au contrat. La ville de Kyoto, par exemple, a pris l’initiative personnelle de n’autoriser le business des minpaku, en zones résidentielles, qu’entre mi-janvier et mi-mars. Les plateformes de location, ainsi que les propriétaires, doivent maintenant jongler avec cette nouvelle législation qui, à long terme, sera une aubaine pour le touriste (les conditions de ses nuitées) et les voisins, qui subiront, a fortiori, des nuisances moindres. C’est aussi un message fort du gouvernement qui se réjouit du nombre exponentiel de visiteurs par an dans le pays. Cette normalisation du marché se devait d’être menée. Pour les entreprises comme STAY JAPAN, l’anticipation a été la clé de voûte de l’après 15 juin. Une fois la licence en poche pour un appartement, la compagnie offre un produit conforme aux consommateurs, qui seront certains de la qualité de l’hébergement. La licence devient alors le graal des ces plateformes de location. 

 

bon apartment osaka

 

« Bon Apartment » à Osaka, l’offre de STAY JAPAN  

 

La plateforme de location d’hébergements japonaise STAY JAPAN met à la disposition des touristes du monde entier un bel éventail de possibilités de nuitées originales. Entre appartement, ryokan ou encore séjour à la ferme, il y en a pour tous les goûts et pour tous les budgets. Et quoi de mieux qu’un immeuble neuf et moderne 100% dédié à ce type de location afin de satisfaire pleinement les autorités compétentes, le voisinage (très tatillon au Japon) et, bien évidemment, le voyageur en terre nippone que nous sommes. La bouillonnante Osaka a donc dernièrement vu un petit nouveau débarquer sur le marché de la location de nuitées touristiques. Géré par STAY JAPAN, « Bon Apartment » vient d’ouvrir ses portes aux baroudeurs nippophiles depuis mai dernier. Nichées dans un immeuble qui sent encore bon la peinture, les locations touristiques proposées ici auront de quoi faire oublier le feuilleton autour de la nouvelle législation, des potentielles annulations de dernières minutes et de la sécurité, chère aux municipalités locales. Questions confort, équipement, situation géographique et ressenti positif pour le touriste, les appartements de « Bon Apartment » remplissent le contrat haut la main. Aux normes et 100% approuvées par la législation, ces locations meublées seront un acteur important de la réussite de votre séjour à Osaka. Situés idéalement à une station de Namba et du quartier grisant de Dotonbori, les appartements gérés par STAY JAPAN sont aussi confortables que faciles à vivre.


Pour améliorer l’expérience client avec un contact humain chaleureux, le voyageur doit se rendre, en premier lieu, au comptoir d’enregistrement de la succursale réservée à l’offre hostel, entre la gare et les appartements. Une équipe dynamique polyglotte vous réservera un accueil enjoué, trois français faisant même partie du staff local. Les nombreuses locations, que propose ce nouvel immeuble, laissent, sur le seuil de la porte, l’effet mauvaise surprise que l’on a trop souvent eu en louant ce type d’hébergement : la sensation d’être chez quelqu’un d’autre, les équipements trop usagés, un voisinage hostile à sa présence ou encore une propreté laissant à désirer. Ici, le ressenti est tout autre : nous avons le doux sentiment d’entrer dans un appartement qui accueille ici ses premiers vacanciers. Les appartements sont modernes, neufs, décorés avec goût, équipés comme il se doit pour un court ou moyen séjour. Offrant la qualité d’un hôtel avec la liberté d’une location individuelle, « Bon Apartment » mérite de figurer dans sa top liste pour un séjour à Osaka. L’atmosphère cosy adoucit les nuits, calmes et réconfortantes. La modernité de cet immeuble est un atout indéniable pour se sentir comme chez soi, une fois le seuil franchi : le lieu est sécurisé, les portes d’entrée possèdent une double serrure (rare au Japon), l’Internet fourni est performant et la literie de qualité. On comprend alors mieux l’obtention immédiate de la licence de cette nouvelle loi sur les minpaku. Sur le site de STAY JAPAN, il est possible de choisir entre plusieurs déclinaisons du design pour que, une nouvelle fois, la nuitée soit des plus agréables pour l’hôte qui y aura posé ses valises le temps d’un épisode touristique au cœur de la capitale du kansai, entre son château, ses nombreux restaurants et son offre shopping qui fait pâlir d’envie. Bonus non négligeable, pour un palais gourmand qui aime démarrer sa journée sous les meilleurs auspices, 20% sont offerts sur l’addition du petit-déjeuner au café de « Bon Hostel » de quoi faire le plein d’énergie, avant une journée à crapahuter aux quatre coins de la ville. 

 

bon apartment osaka

 

« Bon Hostel » Osaka, la guesthouse tendance

 

Nous aurions tort de bouder notre plaisir de mentionner le pendant de « Bon Apartment » en guesthouse, car « Bon Hostel » est définitivement une excellente opportunité pour les petits budgets en voyage à Osaka, qui ne veulent aucunement sacrifier le confort et le design à la note de fin de séjour. Située à une minute à pied de la station de Imamiyaebisu, limitrophe du quartier incontournable de Namba, la guesthouse, comme les appartements sus-cités, jouit d’une situation idéale , proche du bouillant Osaka sans en subir les dommages collatéraux. Avec son design entre  gris et blanc chic, où se côtoient également le bois clair et les objets ornementaux hipster, « Bon Hostel » offre un cadre jeune et dynamique aux touristes d’une ou plusieurs nuits. Ne nous méprenons pas, la clientèle surfe sur la jeunesse, mais les familles peuvent également y trouver leur compte (même si les appartements restent la meilleure solution de confort optimal). Plusieurs types de chambres sont proposés par la guesthouse pour répondre au mieux à la demande croissante des touristes à la recherche du confort et d’une atmosphère unique sans faire fondre le budget voyage inutilement. Accueillant jusque sept personnes, les dortoirs seront la solution idéale pour les groupes d’amis, les familles nombreuses ou les baroudeurs sociables qui ne jurent que par l’échange que procurent ces voyages.

Des chambres privées de trois à quatre personnes sont également disponibles, avec leur propre salle de bain, elle aussi moderne et neuve. Pour ceux qui dorment dans des dortoirs, les communs sont à disposition quand bon leur semble. On se sent à l’aise et la propreté du lieu rassure. Ce sont  deux points non négligeables lorsqu’on loue une nuitée dans une guesthouse, qui peut souvent réserver son lot de mauvaises surprises. « Bon Hostel » est situé sous les rails de la ligne de train, ce qu’il ne faut pas omettre de mentionner, bien sûr. Mais les touristes au sommeil très sensible se rendent-ils dans des dortoirs ? Dans tous les cas de figure de votre voyage idéal à Osaka, et plus largement au Japon, la location via STAY JAPAN est, qui plus est, une solution de confiance, suite à la nouvelle loi japonaise. Alors que les réservations de son concurrent Airbnb s’annulent drastiquement, laissant des voyageurs dans l’expectative, les licences obtenues par STAY JAPAN assurent à l’entreprise japonaise une sécurité de chaque instant pour le client à la recherche d’une tranquillité d’esprit, dans ce contexte de révolution législative. Avoir confiance en ses opérateurs touristiques, qui accompagnent son voyage, est définitivement une obligation pour barouder tranquille. Un confort inestimable à l’autre bout du monde.

 

4000

 

 

Nous vous recommandons

Julien Loock

Julien Loock

Rédacteur en chef de l'édition de Tokyo depuis décembre 2016.
4 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

rebe mar 26/06/2018 - 03:39

Information ou publicité?

Répondre
Commentaire avatar

tokyo mar 26/06/2018 - 10:09

Bonjour Rebe, Merci pour votre commentaire. C'est en effet une véritable (et vérifiable) information. Cette loi japonaise est en vigueur depuis le 15 juin et complique la tâche des entreprises de location de meublés privés touristiques dans tout le pays. Cette actualité a été traitée sous la forme d'un publi-info (comme mentionné dans le châpo). Nous vous souhaitons une belle journée.

Répondre
Commentaire avatar

Gaby lun 25/06/2018 - 22:39

Ah alors je comprends maintenant pourquoi jeudi dernier, ma prof de japonais m´a demandé des infos sur mon voyage l´an dernier et mes réservations Airbnb. Cinq étudiants qu´elle connait viennent de se faire annuler leur résa (grand appart à Tokyo) sans savoir pourquoi et dans d´autres villes, on leur a demandé des tas de papiers, de personnes garants au Japon, etc... Heureusement que je suis partie l´an dernier, avant cette nouvelle loi ! Mais pour l´année prochaine, faudra que je m´y prenne à l´avance maintenant que les offres ont diminué des 3/4 !!!

Répondre
Commentaire avatar

tokyo mar 26/06/2018 - 10:14

Bonjour Gaby, Merci pour votre commentaire et votre retour d'expérience. En effet, depuis le 15 juin, si un appartement privé, loué pour le tourisme, ne possède pas de certification officielle, la location est interdite. Une vague d'annulations a donc eu lieu (pour éviter une amende rondelette). Nous vous souhaitons une belle journée.

Répondre

Communauté

#MAVIEDEXPAT

Communauté française au Japon : le Grand Café Accueil 2018 de l'AFJ

Chaque année, dans le cadre de sa mission Japon Accueil, l'Association des Français et francophones du Japon organise son Grand Café Accueil de la Rentrée, le jeudi 20 septembre 2018 à partir de...

Que faire à Tokyo ?

EXPO

Immersion et poésie numérique au Digital Art Museum (Odaiba - Tokyo)

Borderless World, un monde sans frontières à Tokyo. C’est le nom de ce projet hors du commun, tout juste ouvert depuis le 21 juin dernier sur les flancs de la grande roue d’Odaiba.