Vendredi 23 février 2018
Stockholm
Stockholm
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Sankta Lucia : vous saurez tout sur la fête de la lumière

Par Lepetitjournal Stockholm | Publié le 12/12/2017 à 07:00 | Mis à jour le 12/12/2017 à 07:00
Photo : Ian Forsyth
Sankta Lucia

Le mois de décembre est marqué par la ferveur et la magie caractéristiques à l’approche des fêtes de fin d’année. Mais dans la tradition scandinave et en particulier en Suède, une autre fête préliminaire aux célébrations de Noël et de la Saint-Sylvestre est aussi très populaire : c’est la Sainte-Lucie (Sankta Lucia – fête du retour de la lumière) qui étincelle dans le calendrier le 13 décembre et ce depuis déjà plus de quatre siècles. 


Chaque année en Suède, à l’aube du 13 décembre des centaines de jeunes filles vêtues de robes blanches ornées d’une ceinture rouge, une couronne de bougies lumineuses sur la tête et une bougie à la main, défilent et chantent en processions dans les églises. Leurs douces chansons illuminent ainsi l’obscurité de cette nuit hivernale. Les Lucia symboliques accompagnées d’enfants d’honneur se réunissent aussi dans les écoles, les hôpitaux, les maisons de retraites où elles distribuent du café, des petits pains au safran (lussebullar) et des biscuits épicés au gingembre (pepparkakor).

 

Sankta Lucia église
Photo : Semiswede

A la Sainte Luce, le jour avance du saut d’une puce

En Suède, Sankta Lucia marque avec l’Avent le début des festivités de Noël et de la fin de l’année. Et c’est le 13 décembre (Sainte-Lucie), le jour où le soleil se couche plus tard que la veille dans l’hémisphère nord que les Suédois célèbrent le retour de la lumière. Vous connaissez surement le dicton : “A la Sainte Luce, le jour avance du saut d’une puce”. Même si ce n’est plus vraiment le cas actuellement, selon le calendrier julien, le 13 décembre coïncidait avec le solstice d’hiver (la journée la plus courte de l’année) dans l’hémisphère nord. Mais depuis la création et l’adoption du calendrier grégorien en 1572, le solstice d’hiver a bien lieu le 21 décembre, date à laquelle les jours commencent à rallonger. Malgré ces calculs férus en astronomie datant du XVIème siècle, la fête de la lumière en Suède a bien lieu de nos jours le 13 décembre.

A cette époque de l’année, et comme vous l’avez remarqué si vous vivez ici, la nuit tombe vite, la journée ne durant que 4 à 5 heures. On comprend alors mieux qu’en Scandinavie plus qu’ailleurs, on apprécie l’allongement de cette journée en trouvant le prétexte à des réjouissances familiales où la lumière est à l’honneur lors de ces célébrations.

La légende de la Sainte-Lucie

La fête de la Sainte-Lucie (Sankta Lucia en suédois, communément appelée Lucia) rend hommage au martyr Lucie de Syracuse. Il existe plusieurs légendes autour de son destin. Selon Svenska traditioner de Jan-Öjvind  Swahn, Lucie de Syracuse était une vierge catholique qui a vécu au 3ème siècle en Sicile. Fiancée à un païen, elle préféra donner sa dot aux pauvres plutôt qu’à son futur époux. Son fiancé n’approuvant pas cette attitude l’a fit condamner à la prostitution. Le jour de la condamnation, on la retrouva gelée. Un feu fut alors allumé autour d’elle, il brula tout sauf ses cheveux. Elle fut alors décapitée. Selon cette légende, une vertèbre de son cou se trouve encore aujourd’hui dans une église à Venise.

Les symboles de la Sainte-Lucie viennent probablement de cette légende : couronne de bougies allumées sur la tête, robe blanche orné de ceinture rouge symbolisant son innocence et son sang de martyr. La traduction du prénom Lucie vient du latin lux, lucis signifiant la lumière.
Le rapport entre cette Lucie de Syracuse et celle de Suède n’est pas prouvé. Néanmoins, on sait que la célébration de la Sainte-Lucie en Suède a ses racines à Västergötland dans le sud-ouest du pays, et ce depuis la fin du XVIIIème siècle. Selon la tradition, une femme ou jeune fille parée de blanc et portant une couronne de bougies apparaît le matin de la fête aux environs du lac Vänern.

 

Photo Scott Carvings
Photo : Scott Carvings


Enfin, certains tirent le parallèle entre les célébrations de Lucia en Suède et la tradition allemande protestante de vêtir les filles en Christ enfant (« Kindchen Jesus », « Christkindlein ») et de leur faire distribuer des cadeaux de Noël. La variante suédoise de cela est le « Kinken Jes », qui commence à apparaître dans les manoirs de la haute société dans les années 1700 : la fille porte une couronne de bougies et distribue des bonbons et petits gâteaux aux enfants.

La Sainte-Lucie de nos jours

La percée publique majeure et l’intérêt pour la fête de la Sainte-Lucie dans sa forme moderne a eu lieu en 1927 grâce à Stockholms Dagblad, un journal quotidien stockholmois, qui a organisé la première procession publique de Sainte-Lucie à Stockholm, avec l’élection d’une Lucia.  La presse locale a ensuite joué un rôle pour que cette pratique s’étende à travers tout le pays.

Aujourd’hui, toutes les villes élisent leur Lucia, il y a même une élection nationale. Dans les écoles, les enseignants initient les enfants à cette belle tradition. Dans la procession, on trouve la Lucia élue entourée de ses demoiselles d’honneur (tärnor), des garçons (stjärngossar) parés de blanc comme les filles, mais portant un chapeau conique décoré d'étoiles dorées. Certains enfants sont déguisés en lutins (tomtenissar) portant des lanternes et d'autres en bonhomme de pain d’épice (Pepparkaksgubb). On mange traditionnellement des petites brioches au safran (lussebullar) et des petits gâteaux au gingembre (pepparkakor). Tout le monde participe aux chants dans les églises, hôpitaux, maisons de retraite. Les parents sont aussi associés et conviés à ces festivités. Même si la Sainte-Lucie n’est pas un jour férié officiel en Suède, c'est une fête très aimée des Suédois.
Enfin, en écrivant ces lignes, nous avons aussi une pensée pour touts les enfants du monde en espérant qu’ils aient un peu plus de lumière et de chaleur que d’ordinaire au moins dans cette période de l’année.  

Lussebullar

Si cette lecture vous a donné envie de faire de la pâtisserie suédoise pour vos proches (et vous), voici la recette pour les petites brioches au safran – lussebullar :

Lussebullar
Photo : Claudia Gründer

Ingrédients :                   
50 g de levure
150 g de beurre
500 ml de lait
1 g de safran                                                       
100 g de sucre
½ cuillère à café de sel
1 kg de farine
1 jaune d’œuf
Raisins secs


Préparation :


Mélanger dans un bol la farine, le sucre, le sel et le safran. Dans ce mélange, additionner le beurre ramolli, le lait et la levure. Pétrir la pâte en forme de boule et laisser la lever sous un torchon pendant 40 minutes environ. Réchauffer le four à 250°C. Sur une surface farinée pétrir doucement la pâte levée. Prélever des petits morceaux, les rouler en petit « serpent » et former la brioche en forme de la lettre “S”. Poser les raisins secs dans chaque échancrure de la brioche. Laisser les lever encore 10-15 minutes. Avec une brosse culinaire, badigeonner la surface des brioches avec le jaune d’œuf. Faire cuire au four pendant 8-10 minutes. Laisser les refroidir sous un torchon propre.

Chants de la Sainte-Lucie

Si vous vous trouvez à Stockholm à cette époque, vous entendrez un peu partout dans la ville les chorales de Lucia. N’hésitez pas à pousser la porte d’une église pour entendre une de ces chansons douces et attendrissantes. En plus de ce moment cantique, vous vous réchaufferez un peu car les églises en Suède sont toutes bien chauffées.

Chants Sankta Lucia

 

Chants (francais) Sankta Lucia


Mirsada DJULBIC, le 12 décembre 2017.

lepetitjournal Stockholm

Lepetitjournal Stockholm

L'édition de Stockholm de lepetitjournal.com, le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 CommentairesRéagir

Communauté

INTERVIEW

Portrait de Paul Hansen : un grand photojournaliste suédois

Paul Hansen est un photojournaliste de 53 ans travaillant au journal Suédois Dagens Nyheter à Stockholm. Exposé du 8 Septembre au 19 Novembre dernier au Fotografiska dans l’exposition “Being There”