Samedi 24 février 2018
Stockholm
Stockholm
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

1927 - 2017 : Les 90 ans de Volvo

Par Lepetitjournal Stockholm | Publié le 08/11/2017 à 05:00 | Mis à jour le 08/11/2017 à 05:00
Volvo_Logos_Iron_Mark_

Voilà 90 ans que la première voiture Volvo, un cabriolet à quatre cylindres ÖV4 (Öppen Vagn 4 cylindrar), sortait des usines de Göteborg pour un voyage inaugural de quatre jours jusqu’à Stockholm. Sur les vitres arrière une réclame simple et efficace annonçait: Voiture suédoise.  

Volvo ÖV4 1927
Volvo ÖV4  (Öppen Vagn 4 cylindrar), 1927

 

Un emblème national de modernité

Au début du XX siècle, de plain-pied dans l’ère industrielle, la Suède est portée par des entreprises innovantes comme Electrolux (électroménager) LM Ericsson (télécommunication) ou SKF (Svenska KullagerFabriken pour l’invention du roulement à billes).

Cependant, la production automobile est inexistante et la voiture reste l’apanage des élites aisées. A la même époque, et suite au succès de la Ford T aux Etats-Unis, Fiat et Lancia en Italie et Peugeot et Citroën en France lancent des modèles destinés au grand public.

La “bil” suédoise voit le jour sous l’impulsion de deux ingénieurs de SKF, Gustav Larsson et Assar Gabrielsson, qui convainquirent les dirigeants de leur entreprise de se lancer dans l’aventure. Symbole de modernité, Volvo prolonge l’héritage industriel national: Volvo signifie “je roule” en latin, du nom d’une série de roulement à billes de SKF. Et le logo, un rond barré d'une flèche, représente l'ancien symbole chimique du fer comme un hommage à la longue tradition de l'acier suédois. 

Les ventes de Volvo peinent cependant à décoller et l’entreprise se maintient à flot grâce à la production de bus et de camions: 274 voitures sont produites en 1928, 1.383 l’année suivante… il faudra attendre 1949 pour atteindre le chiffre symbolique de 100.000 exemplaires en production totale.

 

Volvo, vedette de la Folkhemmet

Volvo PV444 (Photo : Staffan O Andersson)
Volvo PV444 (Photo : Staffan O Andersson), 1944-1966

Dans l’après-guerre, Volvo lance la PV444, le premier modèle à portée de toutes les bourses et qui touche le grand public. 

La Volvo PV444 est une voiture de qualité et qui dure. Un peu à l’image de la société suédoise que l’on s’efforce de construire. Le premier ministre social-démocrate Tage Erlander (qui occupera le poste de premier ministre pendant 23 ans de 1946 à 1969) et sa femme Aina, professeure, feront l’acquisition d’une PV444. Tage n’ayant pas son permis, c’est Aina qui le dépose chaque matin au siège du gouvernement avant de rejoindre elle-même son travail au lycée de filles de Södermalm.

Le couple Erlander aura en tout et pour tout deux voitures. Deux voitures, comme la plupart des suédois à cette époque qui considèrent leur voiture comme un investissement à long terme. Un membre de la famille à part entière reposant dans un garage chauffé et qu’on amène régulièrement au lavomatique.

Tage Erlander et Aina au volant de leur Amazon (Photo:Rolf Olsson)
Tage Erlander et Aina au volant de leur Amazon (Photo:Rolf Olsson)

La sécurité avant tout 

La PV444 du couple Erlander cédera sa place à une Volvo Amazon, la première voiture à être équipée de la ceinture de sécurité à trois points inventée par l’ingénieur Nils Bohlin dans les années 50. Fait remarquable, Volvo décide de laisser le brevet libre de droit et révolutionne les standards de sécurité du monde automobile.

Pionnier dans ce domaine, Volvo repositionne sa marque. La sécurité sera désormais mis en avant comme par exemple dans ce film publicitaire de 1986.

 

 

 

 

 

Automobilisme de masse et paysage urbain

Dans l’après guerre, la pénétration de la voiture individuelle dans les foyers suédois explose. En 1944, moins de 40.000 voitures sont immatriculées en Suède, elles seront 1,5 million vingt ans plus tard.  

Si les projets d’études de nouveaux segments routiers entre le centre de Stockholm et les proches banlieues, comme Essingeleden ou Centralbron, incluent des pistes cyclables elles sont finalement abandonnées pour laisser plus de files aux voitures. Une planification urbaine qui explique peut-être encore aujourd’hui les différences entre Copenhague et Stockholm. Dans les années 40, les cyclistes constituaient près de 70% du trafic dans les deux villes. Aujourd’hui ils représentent 35% des trajets domicile-travail à Copenhague contre moins de 10% à Stockholm.

 

Slussen en 1949 (Photo Lennart Af Petersens)
Slussen en 1949 (Photo Lennart Af Petersens)
CentralBron en 1976 (Photo Peter Gullers/ Spårväsgmuseet)
CentralBron en 1976 (Photo Peter Gullers/ Spårväsgmuseet)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Volvo: l’action du peuple

La fusion avortée entre Renault et Volvo (Photo Björn Larrson)
La fusion avortée entre Renault et Volvo (Photo Björn Larrson)

En dépit de débuts difficiles, l’action Volvo est introduite en bourse dès 1935 et détenue par des milliers de petits actionnaires, sans contrôle d’actionnaires majoritaires. Dans la deuxième moitié du XXème siècle, la croissance et le succès de l’entreprise se répercutent dans les chaumières.

En 1971, Volvo emploie 40.000 personnes en Suède, 57.000 en 1983. Quand Volvo va bien, la Suède va bien. Aussi longtemps que les suédois achètent des Volvos, l’entreprise est pourvoyeuse de travail et fait tourner le modèle social-démocrate suédois et son corollaire en terme de couverture sociale, de soins et d’éducation.

Un intérêt commun existe bien entre la classe politique et les différents PDG, personnages hauts en couleur comme Gunnar Engellau, successeur en 1956 du fondateur Assar Gabrielsson, qui avait pour habitude de décrocher son téléphone pour souffler directement au ministre des finances des initiatives ou des réformes favorables à Volvo.

Après le projet de fusion avorté avec Renault en 1993 sous la houlette d’un autre PDG mythique, Pehr G Gyllenhammar, Volvo est séparé en deux groupes en 1999 : les camions et véhicules utilitaires d’un côté et les voitures de l’autre (Volvo Cars ou Volvo Personvagnar en suédois) qui est vendu à Ford pour 50 milliards de couronnes.

 

 Sedan Concept Universe (Volvo)
 Sedan Concept Universe (Volvo), 2008

Après la crise de 2008, Volvo Cars change à nouveau de main en 2010 et est cédé à un repreneur chinois, Zhejiang Geely, qui relance marque avec le modèle Sedan Concept Universe.

Malgré cet actionnariat chinois, Volvo reste très présent en Suède et emploie plus de 17.000 personnes, sans compter de nombreux nombreux sous-traitants, en particulier dans la région de Göteborg où se trouve le siège social et la fabrique de Torslanda.

 

 

Et la fibre patriotique continue de faire vendre, comme lorsque Zlatan Ibrahimovic entonne l’hymne suédois (“du gamla, du fria”) à travers des paysages enneigés et qui se termine ainsi : “Ja, jag vill leva, jag vill dö i Norden” (Oui, je veux vivre, je veux mourir dans le Nord”).

 



 

Manon F.  (www.lepetitjournal.com/Stockholm) 8 novembre 2017

 

lepetitjournal Stockholm

Lepetitjournal Stockholm

L'édition de Stockholm de lepetitjournal.com, le média des Français, des francophones et des francophiles à l'étranger
0 CommentairesRéagir

Communauté

INTERVIEW

Portrait de Paul Hansen : un grand photojournaliste suédois

Paul Hansen est un photojournaliste de 53 ans travaillant au journal Suédois Dagens Nyheter à Stockholm. Exposé du 8 Septembre au 19 Novembre dernier au Fotografiska dans l’exposition “Being There”