Lundi 20 mai 2019
Singapour
Singapour
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Sophie Wong « Tous les enfants sont les bienvenus à Chicky & Olive

Par Cécile Brosolo | Publié le 23/03/2017 à 13:04 | Mis à jour le 29/03/2019 à 07:33
Photo : Sophie Wong - Chicky & Olive
Sophie_Wong

Sophie Wong est mère de deux enfants, enseignante et éducatrice spécialisée en petite enfance. Son dynamisme et son implication dans l'éducation de son fils autiste, dont elle tire une expérience et une sensibilité particulières, l'ont amenée à fonder « Chicky & Olive », un jardin d'éveil bilingue où tous les enfants, en difficulté ou non, trouvent leur place et une éducation ludique, dans un environnement bienveillant.

Rendez-vous à Serangoon, dans les locaux colorés du jardin d'éveil, où jouent six petits bambins, âgés de 16 à 36 mois. Louis (son prénom a été modifié), 24 mois, souffre de Troubles Envahissants du Développement (TED), mais apprend en toute sérénité avec ses camarades. A Chicky & Olive, tous les enfants sont les bienvenus, et apprennent ensemble en s'amusant.


Sophie Wong, fondatrice de Chicky & Olive

De maman à fondatrice d'une école maternelle

L'école est très récente, Sophie Wong l'a fondée en 2015, après une longue expérience de mère, d'éducatrice spécialisée pour les enfants en difficulté et d'enseignante. Son fils Sam, aujourd'hui 17 ans, souffre d'autisme ; « mon fils m'a beaucoup ouvert les yeux sur l'enseignement chez les petits enfants et en particulier ceux en difficulté, mais pas seulement ». 

L'absence de professionnels à l'écoute dans le Shanghai des années 2000 et de structures adaptées pousse Sophie vers l'éducation scolaire à la maison, « mais comme je voulais absolument garder le côté social avec les autres enfants, je le mettais à l'école le matin, et je restais avec lui tous les après-midi ».

Petit à petit, par amour pour son fils et avec la volonté de mieux connaître l'autisme et faire progresser son enfant, elle devient éducatrice spécialisée, puis enseignante, d'abord à l'école française de Hong-Kong et, depuis 2008, en section bilingue de maternelle au Lycée Français de Singapour. « J'ai toujours aimé la maternelle car c'est très créatif, et flexible. Il faut songer différemment et être inventif ». Sophie tient d'ailleurs à remercier le LFS « qui (lui) a permis de faire ce qu'(elle) avait vraiment envie de faire. Le soutien du proviseur et ses encouragements ont été précieux lorsque j'ai monté ce projet ». 

Chicky & Olive, apprendre par le jeu

Chicky & Olive

Au fil des ans et de nombreuses recherches, Sophie Wong apprend, se passionne, et décide de créer son école, Chicky & Olive. « Pour comprendre l'enfant, surtout en crèche, il faut être proche de lui, créer un lien très rapidement. Les enfants dits atypiques sont pleins de curiosité et ont aussi des caractères très différents. Il faut vraiment avoir une relation avec l'enfant pour arriver à un bon stade d'apprentissage. Le côté relationnel et émotionnel est très important pour moi, il faut que l'enfant ait confiance en moi. Alors Chicky c'est l'enfant, le petit poussin, et Olive c'est l'adulte. Ce nom reflète pour moi le côté relationnel sécurisant entre l'enfant et l'adulte ».

Et dans cette école, on apprend par le jeu. « J'ai voulu faire quelque chose de plus ludique, pour que les enfants apprennent en jouant, car le jeu favorise la richesse des expériences vécues par les enfants et alimente tous les domaines d'apprentissages. Grâce à lui, les enfants développent leurs capacités physiques et intellectuelles : la préhension, le langage, la logique ou encore l'imagination. Nous sommes des enseignantes avant tout et on prend le programme très sérieusement, mais on le fait en étant créatives et par le jeu ». 

De l'importance du langage ?

Issue d'une famille multiculturelle, son grand-père était chinois et sa grand-mère arabe yéménite, Sophie a grandi au Yémen, puis à Djibouti et Dubaï, migrant au gré des guerres d'indépendance de ces anciennes colonies, avant de faire ses études en Angleterre et de partir vivre en Asie. Elle en retire une grande ouverture à l'autre, une patience, une richesse culturelle et un amour des langues et du langage qui transparaissent dans sa façon d'être et d'enseigner.

« Enfant je parlais arabe à la maison et dans la rue, et français à l'école à partir de 3 ans. J'ai appris l'anglais à l'âge de 11 ans et je parle aussi mandarin. Quand on en a besoin, quand l'environnement nous force, on apprend les langues sans problème, et on peut apprendre beaucoup de langues différentes ».

L'enseignement à Chicky & Olive est donc en bilinguisme total. Deux maîtresses a minima, dont l'une parle en français et l'autre en anglais, sont présentes en permanence avec les enfants. « A cet âge, avant 3 ans en particulier, les enfants apprennent les langues sans difficulté, mais ils s'expriment préférablement dans leur langue maternelle pour dire ce qu'ils veulent, et surtout ce qu'ils ressentent. On souhaite leur faciliter l'expression pour qu'ils se sentent plus sécurisés. Le langage est très important, si un enfant n'arrive pas à s'exprimer, c'est une énorme frustration, et un obstacle pour lui ». 

? et du diagnostic précoce pour une meilleure prise en charge 

En matière d'éducation d'un enfant souffrant de Troubles Envahissant du Développement (TED, tels que l'autisme), les spécialistes soulignent qu'entre 2 et 3 ans, on peut apporter aux enfants des repères qui les aideront à se structurer, à compenser une partie de leurs déficiences et développer leurs compétences et les faire progresser.

Mais la première difficulté pour les parents est de poser un diagnostic. Certains symptômes apparaissent chez les tout petits, et les parents, qui ne sont pas formés pour dépister les retards ou troubles de développement, se rendent compte que l'enfant est parfois différent des autres mais n'identifient pas forcément une maladie.

Pour Sophie, « il ne faut pas hésiter à voir un spécialiste. Notre fils avait 2 ans lorsque j'ai réellement soupçonné qu'il avait des troubles du développement. Par comparaison à d'autres enfants notamment, la famille, les amis. Et puis, il ne nous regardait pas dans les yeux, il n'en faisait qu'à sa tête ; il était comme un enfant sourd. Je suis allée voir un psychologue qui a posé le diagnostic ».

« L'acceptation est délicate, c'est très dur, il faut du temps et de la patience. Mais il faut y croire. Quand on laisse grandir l'enfant sans connaissance de cause et sans rien faire, on laisse s'installer des lacunes et des difficultés, alors qu'en agissant dès le plus jeune âge, et en maternelle en particulier, on arrive à rattraper les lacunes et à faire progresser l'enfant ». 

Une éducation adaptée mais pas spécialisée

Chicky & Olive

Sophie Wong a créé ce jardin d'éveil pour tous les enfants, un centre d'éducation avec une bienveillance pour tous, et des temps adaptés aux enfants en difficulté.

« Les parents qui ont un parcours avec un enfant en difficulté veulent absolument l'intégrer avec les autres, ils ne veulent pas être dans une école spécialisée. Si on donne un label spécialisé à un enfant très tôt, on va aussi développer un manque de confiance en soi ».

« Le système éducatif n'est pas à la portée, et en particulier à Singapour. Ces enfants sont souvent en minorité et n'ont pas leur propre voix, ni de structures adaptées. Les parents ont aussi besoin d'aide ; ils font face aux difficultés scolaires mais également à des épreuves émotionnelles, car il faut accepter qu'un enfant soit en situation difficile ».

Et pour l'avenir ?

Une classe de Petite Section de maternelle ouvrira à la rentrée de 2017, avec une vocation trilingue en français, anglais et Mandarin : « j'ai grandi dans une communauté multiculturelle et je souhaite que les singapouriens puissent profiter et apprécier la maternelle française ». Toutes les sections de maternelle devraient ensuite voir le jour les années suivantes, « je rêve d'une grande maison pour accueillir tous les enfants, de la crèche à la grande section de maternelle ». Et se faire plaisir, toujours !

Cécile Brosolo, www.lepetitjournal.com, Jeudi 23 mars 2017 

Le site de Chicky & Olive ici

Suivez-nous sur Facebook !

Cecile Brosolo

Cécile Brosolo

Ingénieur de formation et passionnée par la photo, Cécile s'intéresse en particulier à la science et à la technique, à la photographie et à l'environnement.
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet