Dominique Vidal, candidate NUPES au 2e tour législatif dans la 11ème circonscription

Par Lepetitjournal Singapour | Publié le 09/06/2022 à 17:30 | Mis à jour le 10/06/2022 à 10:58
Dominique Vidal, candidate NUPES

Dominique Vidal, investie par la Nouvelle Union Populaire Economique et Sociale (NUPES), s’est qualifiée dimanche dernier avec 24,8% des voix pour le second tour des législatives 2022 dans la 11ème circonscription des Français de l'étranger, qui regroupe les Français d’Asie, Océanie et Europe orientale. Le vote à l'urne aura lieu le dimanche 19 juin de 8h à 19h. Le vote par internet ouvrira le vendredi 10 juin à 12h heure française, jusqu’au mercredi 15 juin 12h heure française.

 

Reprise de l’interview de Dominique Vidal réalisée par Lepetitjournal.com Singapour le 24 mai 2022.

 

Dominique, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je suis journaliste. J’ai vécu en Chine cinq ans, correspondante de presse du journal L’Humanité. J’ai travaillé dans de nombreux pays de notre circonscription de l’Iran à l’Indonésie. J’y ai couvert un grand nombre d’évènements : des campagnes électorales, des conflits, des situations de crise, des catastrophes humanitaires et écologiques. Ce sont des expériences de terrain uniques qui m’ont permis des rencontres avec les populations locales comme avec nos concitoyens établis hors de France à titres variés, que ce soit dans les milieux économiques et entrepreneuriaux, dans l’engagement humanitaire ou dans nos réseaux éducatifs. Ce travail de terrain m’a permis d’apprécier la richesse et le dynamisme des communautés françaises dans toute leur diversité ainsi que de mesurer les enjeux sociaux, économiques et géostratégiques de cette immense circonscription.

 

Qu’est-ce qui vous amène à vous présenter aux législatives ?

Je suis membre du parti communiste. J’ai accepté d’être la candidate la Nouvelle Union populaire, écologique et sociale (NUPES), qui regroupe La France Insoumise, le parti socialiste, le parti communiste, et Europe Ecologie Les Verts, avec Franck Pajot, enseignant au lycée français de Pékin et responsable syndical, parce c’est une candidature citoyenne, une candidature d’union à gauche tant attendue. Elle soulève l’espoir d’une véritable alternative avec de grandes réformes : le SMIC à 1500 euros nets, la retraite à 60 ans à taux plein, le remboursement de tous les soins prescrits à 100 %, la reconstruction des services publics, le rétablissement de l’impôt de solidarité sur la fortune. Nous avons désormais les moyens d’en finir avec la politique libérale d’Emmanuel Macron, et sa politique de casse des services publics comme la disparition du corps diplomatique et des postes consulaires.  Cette décision est préjudiciable à l’influence l’internationale de notre pays et à la capacité à venir en aide à nos concitoyens.

Lors des prochaines élections législatives, nous avons le pouvoir de construire une majorité d’union sociale et écologiste à l’Assemblée nationale. C’est un temps de l’histoire pour une bifurcation vers une politique sociale, solidaire en France comme à l’étranger, une éducation de qualité, des retraites revalorisées, et vers les mesures d’urgence qui s’imposent face à la crise climatique. La nomination d’Elisabeth Borne comme première ministre montre bien que le président nouvellement réélu entend rester sur sa ligne politique ultralibérale. Autant dire que le quinquennat qui s’annonce sera le clone du précédent en pire avec dans les rails des projets de privatisation qui vont accentuer les inégalités sociales.

Une gauche forte à l’Assemblée nationale permettra également de marginaliser au maximum le poids des idées racistes, xénophobes et nationalistes de l’extrême-droite. 

 

Quel est votre programme ?

Pour l’avoir vécu, vous savez qu’Emmanuel Macron a bien mal traité les Français de l’étranger : protection sociale, santé, retraites, éducation, fiscalité ...tous ces domaines ont été mis à rude épreuve du fait de coupes budgétaires, de renoncement au principe d’égalité entre les citoyens français. Le nouveau gouvernement n’a même pas pris la peine de nommer un ministre délégué chargé des Français(e)s établis hors de France. Ce sont ainsi 3,5 millions de nos concitoyens qui sont ignorés. C’est proprement inacceptable alors que l’ensemble des communautés françaises vivant à l’étranger sont, par leur dynamisme, un atout pour le rayonnement de la France dans le monde.

Je veux défendre l’universalité des droits égaux entre Français établis hors de France et les Français de la métropole. L’accès à la sécurité sociale et à la transférabilité des droits pour une retraite juste doit être garanti à toutes et tous. Les Français hors de France (et hors UE) sont soumis à des contraintes supplémentaires pour bénéficier de la protection sociale en France et nombreux sont ceux qui ne peuvent se soigner convenablement. L’accès aux soins doit être universel, notamment en ce qui concerne les vaccins. Pour ce faire le financement de la CFE doit être assuré par l’Etat.

La réduction dès 2017, du budget de l’AEFE de 33 millions d’euros a précarisé notre réseau éducatif entraînant une baisse du nombre de postes d’enseignant(e)s sous contrat français dans les lycées Français et une forte augmentation des frais de scolarité pour les familles, particulièrement élevés dans notre circonscription. Et il n’en est pas de même pour les bourses. C’est une discrimination ouverte envers les enfants d’expatriés. L’éducation au sein de l’école française doit être accessible à toutes et tous.

 Avec la pandémie, un sentiment d’abandon s’est installé parmi nombre de nos concitoyens. Beaucoup ont souffert et souffrent encore des conséquences liées aux mesures sanitaires. C’est pourquoi je préconise la création d’un fonds de solidarité pérenne pour les Français de l’étranger, en particulier pour ceux les plus touchés économiquement.

Restaurer et renforcer les services consulaires est aussi inscrit dans mon programme.
La politique de démantèlement des services publics menée par Emmanuel Macron touche nos services publics consulaires : suppression de postes et de consulats, manques de moyens et privatisation des services. Les équipes consulaires sont surchargées et je tiens à saluer leur travail remarquable.

Ces services sont essentiels pour défendre les droits et accompagner nos
compatriotes dans leur vie quotidienne et dans les situations multiples de crises qui frappent notre circonscription.

Car nous avons le triste privilège dans notre immense circonscription de compter une guerre en Ukraine et de graves zones de tensions comme dans la région indopacifique. Nous sommes aussi aux premières loges pour témoigner des impacts de la crise climatique entrainant des inégalités croissantes.

Pour ces raisons, je m’engage pour la paix, la sécurité collective et humaine. La sécurité géopolitique, alimentaire, sanitaire et écologique est un enjeu global, comme le souligne l’ONU. La France et l’Europe doivent être à la hauteur de ces défis de civilisation. L’humanité dans son ensemble court à sa perte si elle ne se donne pas les moyens de les relever au plan mondial et de faire prévaloir des coopérations internationales pacifiques.

 

Comment comptez- vous vous y prendre pour mener à bien ce programme ?

Je serai ce que doit être une députée : le porte- paroles de ses concitoyens. Ce qui exige un engagement entier afin d'être au plus près de leurs attentes et de leurs demandes. Pour être au plus proche et développer un lien étroit avec eux, j’entends m’appuyer sur le réseau des élus consulaires de chaque pays, sur notre réseau d'ambassades et sur les services publics consulaires. J’effectuerai des déplacements sur les lieux de résidence de mes compatriotes pour les rencontrer directement. Je veux aussi créer un cadre régulier d’échanges en ligne pour leur rendre compte de mon mandat et voir comment porter au mieux leurs intérêts.

Je nommerai un représentant dans chaque pays afin de pouvoir répondre efficacement et rapidement aux sollicitations et interpeller le gouvernement sur les préoccupations et les propositions des Françaises et Français établis hors de France, autant de fois qu’il en sera nécessaire. Et en tant que représentante de la nation, je proposerai des lois et je voterai toutes les mesures allant dans le sens du progrès social, de la planification écologique, et de la sécurité collective comme je le propose dans mon programme.  

 

1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

claudesegshv@gmail.com dim 12/06/2022 - 08:23

Lors du 1er tour des Présidentielles, la France a clairement exprimé son désir de changement de gouvernement et politique.

Les Français du Cambodge, dont  je salue amicalement ceux qui se reconnaitront, ne s'y sont pas trompés en votant pour Dominique VIDAL qui représente la NUPES.

Madame VIDAL, vous êtes à présent le levier de ce changement et vous avez le vent en poupe, je vous souhaite tout le meilleur.

Merci à AFP et au Petit Journal du Cambodge pour leurs publications.

Répondre

Soutenez la rédaction Singapour !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale