Édition internationale
  • 0
  • 1

Cybercriminalité : vol de données de personnes infectées par le VIH

Vol de données, Cybercriminalité, VIH, SingapourVol de données, Cybercriminalité, VIH, Singapour
@Taskin Ashiq
Écrit par Catherine Soulas Baron
Publié le 30 janvier 2019, mis à jour le 31 janvier 2019

Dans une déclaration officielle datée du 29 janvier, le ministère de la Santé (MOH) de Singapour a reconnu que des informations confidentielles (nom, adresse, téléphone, résultats médicaux) concernant 14 200 personnes porteuses du VIH avaient été dérobées et publiées illégalement sur internet. 5 400 sont des singapouriens (période allant jusqu’à 2013) et 8 800 des étrangers (jusqu’à 2011).

 

Ces informations seraient toujours aux mains d’un ressortissant américain du nom de Mikky Farrera Brochez, compagnon du médecin à la tête de l’unité de la santé publique du MOH de 2012 à 2013 et ayant eu accès au registre national des personnes porteuses du VIH. Les deux hommes avaient déjà falsifié le statut de Mikky Farrera Brochez, lui-même atteint par le VIH afin qu’il puisse rester à Singapour et ont été emprisonnés. Le médecin a été reconnu pénalement responsable, Mikky Farrera Brochez pour fraude et pour des crimes liés à la drogue. Sa peine purgée, ce dernier a été expulsé de Singapour.

 

Depuis cette terrible découverte, le MOH a informé les victimes et apporte son assistance. Le MOH soupçonnait, depuis 2016,  Mikky Farrera Brochez du vol de données. Des actions judiciaires devraient certainement voir le jour.

 

C’est la deuxième faille de sécurité informatique majeure relative au système de santé singapourien en quelques mois.

 

Catherine Soulas Baron
Publié le 30 janvier 2019, mis à jour le 31 janvier 2019

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions