Jeudi 13 mai 2021
Singapour
Singapour

ENTREPRENDRE AU MASCULIN  Lawrence, Bill et Nicolas, quand passion rime avec style et créativité.

Par Lepetitjournal Singapour | Publié le 21/04/2015 à 11:00 | Mis à jour le 21/04/2015 à 07:48

Un Singapourien, un Français et un Canadien, en écho à notre tradition de ces portraits d'entrepreneurs qui mettent à l'honneur Singapour, symbole du multiculturalisme et de la diversité. Lawrence Koh est un passionné de chute libre qui a monté un concept permettant aux habitants de se lancer dans les airs et de voler comme un oiseau. Bill Cain est le Canadien esthète qui a offert à notre ville ses premiers chapeaux Panama directement importés d'Equateur. Quant à Nicolas Reynard, c'est notre chef globe-trotter qui, après la Birmanie, le Laos et la Thaïlande, a posé ses valises à Singapour où il cuisine à merveille au bord de l'eau.

Likez et partagez cet article, et envoyez un screenshot  ICI  pour gagner des hamburgers de Jack The Ripper dans un Food Court unique en son genre et un chapeau Panama*

Parlez-nous un peu de vous


Nicolas Reynard - Je suis né à Digne-les-Bains dans les Alpes de Hautes Provence et j'ai grandi à Riez, un petit village à côté des Gorges du Verdon. Depuis mon plus jeune âge mes parents m'ont appris à apprécier les bonnes choses. A 12 ans j'ai su que je deviendrais cuisinier. Ma mère m'emmenait sur les marchés du village, elle me faisait découvrir tous les fruits, et les légumes de saisons, les fromages, la charcuterie, les olives et le miel de lavande... C'était un paradis avec des odeurs formidables, je me souviens me coucher plus tôt tous les mardis et vendredis soir pour arriver très tôt le lendemain sur les marchés.

Lawrence KohLawrence - Je suis Singapourien et j'ai été éduqué ici mais j'ai obtenu une bourse de l'armée polytechnique afin de pouvoir partir étudier en Angleterre à Bristol. C'est là que j'ai obtenu mon diplôme d'ingénieur en aviation. Pendant mes études, je me suis mis à la chute libre ; quand je suis rentré après mes études, je me suis alors occupé de l'école de parachutisme de l'armée singapourienne et j'ai continué à m'intéresser à la chute libre à la fois en plein air et en intérieur.

Bill CainBill - J'ai grandi à Landlocked Edmonton Alberta au Canada dans les années 60's, c'était la mode des chapeaux en tout genre, surtout avec le froid que l'on connaît au pays. Je rêvais de soleil et de palmiers, j'ai donc quitté le Canada dès que l'opportunité s'est présentée et j'ai ainsi pu voyager en Asie et m'installer définitivement au pays de l'éternel été : Singapour. C'était il y a plus de 30 ans !

 

Pouvez-vous nous parler de votre métier, de la genèse de votre entreprise et de votre passion?

Bill CainBill Cain - J'ai fait des études d'optique et j'ai toujours aimé aider les gens à choisir des lunettes qui leur aillent et qui s'accordent bien à leur personnalité. Une paire qui les fasse se sentir bien et beaux ! Ce type de busines était très personnel et c'est d'ailleurs là dessus que Hat of Cain repose : sur un service personnalisé qui offre un produit de qualité dans un environnement chaleureux et accueillant. Comment tout a commencé ? Je cherchais un joli Panama ici à Singapour et j'ai été surpris de voir que personne n'en vendait. Je me suis donc donné pour mission de les importer directement ; c'était en 2012 et depuis je continue de mener ma petite entreprise !

Lawrence KohLawrence - Je voulais partager ma passion pour le saut avec tout le monde, montrer que n'importe qui pouvait apprendre la chute libre et ainsi se faire plaisir en volant ! Sauter en parachute a toujours été considéré à tort comme un sport niche et réservé aux casse-cou. Avec notre concept de chute libre en intérieur, tout le monde peut essayer puisqu'il n'y a aucun risque ; ce n'est pas comme sauter d'un avion et c'est bien moins cher !

Nicolas ReynardNicolas - A l'âge de 14 ans j ai décidé de faire une école hôtelière à Sisteron puis, à 16 ans, j'ai commencé à travailler l'été dans un petit restaurant de village. J'ai ensuite été commis de cuisine à la Brasserie de la Méditerranée à Mougins puis j'ai commencé à voyager et à travailler en Angleterre, en Irlande, à Singapour, en Thaïlande et au Laos avant de revenir ici en 2013.  Aujourd'hui l'Absinthe est un restaurant français où je peux vraiment m'exprimer et partager avec les clients ma jeunesse et ma culture. Ma spécialité ? la joue de b?uf fondante ou ma salade de truite fumée ?

Qui sont vos clients ?


Lawrence KohLawrence Koh- Nos clients sont des touristes, des locaux, des militaires, des amateurs de chute libre, bref un peu tout le monde ! Notre but est de rendre iFly Singapore accessible à tous les âges et tous les profils. La sécurité est également assurée pour les vétérans puisque cela se passe dans un environnement entièrement sécurisé et contrôlé. Et tous les ans nous avons des personnes âgées qui viennent tenter l'expérience chez nous et ensuite même dans les airs ! Notre vétéran ici avait 97 ans ; il paraît que le record de chute libre en intérieur revient à un  homme de 106 !

Bill CainBill - Mes clients sont un beau mélange d'hommes et de femmes et des asiatiques pour moitié, résidants ici à Singapour ou de passage.

Nicolas - 60% de ma clientèle est locale, les 40 % restants étant constitués d'expatriés et de touristes.

Quel est votre plus grand défi ?

Lawrence - Mon plus grand défi aura été de convaincre les investisseurs d'investir dans ce projet fou !
Bill - Je n'ai pas de véritable défi, si ce n'est les délais entre le moment où je passe commande et la livraison.
Nicolas - Comme beaucoup de monde, et surtout dans ce milieu, mon plus gros défi est celui de trouver du personnel qualifié.

A quoi ressemble une journée-type ?

Nicolas ReynardNicolas - Réveil à 8h avec un bon petit-déjeuner, à 10h briefing avec mes cuisiniers sur les menus et réservations. Je déjeune rapidement à 11h30, puis je prépare le service jusqu'à 15h. Je pars ensuite à la salle de gym où je reste une bonne heure et demie. Dîner rapide à 17h30 et je me tiens prêt à 18h30 pour le service du soir jusqu' à 23h.

Lawrence -Une journée-type ? des réunions, rencontrer de nouveaux clients, répondre aux emails et surtout ? voler !
Bill - Le salon n'est ouvert que le samedi, j'y passe la journée en m'assurant qu'il soit propre et bien rangé pour accueillir nos clients.

De quoi sera fait demain ? Avez-vous un rêve ?

Bill CainBill - Ma prochaine étape est d'établir une boutique de chapeaux qui soit opérationnelle full time, en dehors du réseau des shopping malls. Je rêve également de me développer dans les resorts et dans davantage de villes en Asie.

Nicolas - Je rêve d'ouvrir ma propre chaîne de restauration rapide dans le monde entier.

Lawrence - Mon rêve est de développer ce concept et d'offrir cette expérience de vol à un plus grand nombre en Asie.

 

Propos recueillis par Raphaëlle CHOËL (www.lepetitjournal.com/singapour) mercredi 22 avril 2015

INFORMATIONS : Iflysingapore.com / www.hatofcain.com www.absinthe.sg
*10 hamburgers de grand chef et un Panama d'une valeur de 129$ à gagner. Likez, partager cet article et envoyez un screenshot à Raphaëlle : raphaellechoel@gmail.com pour tenter votre chance !

Likez et partagez cet article, et envoyez un screenshot ICI pour gagner des hamburgers de Jack The Ripper dans un Food Court unique en son genre et un chapeau Panama*
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Que fête-t-on le jeudi de l’Ascension ?

En France, l’Ascension fait partie des onze jours fériés. Cette fête chrétienne, célébrée chaque année entre le 30 avril et le 3 juin, tombe toujours un jeudi. En 2019, elle se tiendra le 30 mai.

Sur le même sujet