Samedi 5 décembre 2020
Singapour
Singapour

SOCIETE – L’enfer du jeu

Par Lepetitjournal Singapour | Publié le 07/09/2010 à 00:00 | Mis à jour le 13/11/2012 à 15:53

Depuis l'ouverture des casinos à Singapour, il ne se passe pas un jour sans que les médias rapportent des incidents liés aux jeux de hasard. Quand ce n'est pas une banqueroute personnelle, c'est une usurpation d'identité pour rentrer illégalement, sans parler des tricheries débusquées autour des tables de jeux. Bienvenue dans l'enfer du jeu et ses addictions

Dernièrement, un homme de 47 ans, tenancier d'une échoppe dans un food-court, est passé en jugement pour usurpation d'identité afin de pénétrer à l'intérieur du casino de Resorts World Sentosa. L'homme déjà en faillite personnelle et black-listé par le Ministry of Community Development, Youth and Sports, n'a pas pu résister à l'appel de l'adrénaline que lui procure le casino. Il a utilisé la carte d'identité de sa femme afin de passer outre son interdiction de jouer. Devant le juge, il a plaidé le coup de folie et implore la clémence du tribunal afin de ne pas être mis en prison. Mais ce coup de folie montre le réel problème que représente la dépendance aux jeux de hasard tels que les casinos, lotos, paris sportifs ou autres.

Forte augmentation des joueurs dépendants demandant de l'aide
Le National Addictions Management Service (NAMS) soulignait le mois dernier que le nombre de joueurs à problèmes recherchant traitement médical, conseil et aide était en hausse. Ces personnes composent 17% des patients ayant des problèmes d'addictions. En hausse de 10% en 2008, il a triplé depuis 3 ans en passant de 88 cas en 2007 à 313 l'année dernière.
Le National Council on Problem Gambling (NCPG) a reçu, quand à lui, 1.546 demandes d'auto-exclusions des casinos depuis juin dont beaucoup de femmes demandant cette exclusion pour elles-mêmes. Pour le NAMS, les joueuses représentent 21% des nouveaux cas entre avril et juin 2010 alors qu'elles ne représentaient que 13% l'année dernière sur la même période.
D'ailleurs, c'est un phénomène que l'on peut remarquer, par exemple, quand on prend le ferry pour Nongsapura (Batam) où le bateau est composé à 95% de joueurs se rendant sur des casinos flottant en eaux internationales en face se Singapour et sur ces 95%, une large majorité sont des femmes.

Libéralisation des jeux mais revers de la médaille
Depuis 2005, les autorités singapouriennes ont levé les interdictions concernant les jeux de hasard. Avec l'ouverture des casinos de Sentosa et de Marina Bay, le gouvernement mise sur une croissance découlant des gains rapportés par ces Resorts et les retombées économiques pour l'ensemble du pays.
Mais que dire de ce riche singapourien qui a perdu 26 millions de SGD ? Le Resort World de Sentosa lui avait accordé un crédit de 2 millions, habitué des casinos, cet homme joue, perd, gagne, perd, bref la routine au casino mais brusquement en juin, c'est la dégringolade et il perd 10 millions. Pris dans l'enfer du jeu, il continue à jouer et le casino lui ouvre de nouveaux crédits. Maintenant, il se retrouve devant une dette de 26 millions de SGD et se retourne vers le casino lui reprochant de l'avoir laissé jouer !

Le pari de l'Etat Singapourien
Depuis les années 1820, les casinos étaient interdits à Singapour. Une méfiance vis-à-vis de l'industrie du jeu était toujours très grande, s'appuyant sur les zones d'ombres liées au jeu : blanchiment d'argent, dépendance, mafia, drogue, prostitution, crime?. Mais devant la manne financière que représentent les casinos, l'Etat a donné son feu vert. Même le Minister Mentor Lee Kuan Yew qui était opposé à cette industrie depuis des décennies a reconnu dernièrement les bénéfices que cela engendre pour Singapour.
Tout en essayant de protéger sa population, en mettant en place un droit d'entrée pour les singapouriens et les PR, le gouvernement est conscient de l'attrait économique et touristique. Il veut attirer les riches touristes asiatiques dans les casinos tout en mettant aussi en avant que ces Resorts ne sont pas que des machines à sous mais aussi des lieux touristiques avec parc à thème, grands restaurants, boutiques de luxe, centre de conférence, musée?.

De toute manière, il n'y a qu'un seul gagnant au casino, c'est le casino lui-même et là, le gouvernement espère bien plus que doubler sa mise.

Claire Plessis (www.lepetitjournal.com-Singapour) mardi 7 septembre 2010

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet