Lundi 24 septembre 2018
Singapour
Singapour
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

EDUCATION - La folie du soutien scolaire

Par Lepetitjournal Singapour | Publié le 16/03/2016 à 11:00 | Mis à jour le 15/03/2016 à 01:42

Caracolant en tête des classements internationaux sur l'éducation, les petits singapouriens forcent l'admiration du monde entier. Mais la réussite scolaire a un prix.  Dans un pays obnubilé par les performances, les élèves sont souvent dopés aux cours particuliers. Et ce, dès le plus jeune âge.

Tu intègreras la meilleure primaire ma fille!

Au 4ème étage d'un complexe de HDB de l'ouest de la ville, les petits centres privés de cours de soutien scolaire se suivent. Samedi 17h. Grace accompagne Lucy, sa fille de 2 ans chez « My Little Genius ». Ici, on accueille les enfants dès 6 mois pour « stimuler le développement du cerveau ». Pendant 70 minutes, la petite fille enchaine, sans interruption, une série d'exercices de 2 à 3 minutes. « Ma fille va à la crèche mais, à part jouer, elle ne fait rien d'autre », explique Grace. « Elle est à l'âge où son cerveau se développe donc je préfère commencer le plus tôt possible ».

« My Little Genius » est un centre parmi les quelques 850 qui existent à Singapour, alors qu'il n'étaient que 700 il y a 3 ans. En quelques années, les cours particuliers sont devenus une véritable industrie. Un juteux marché de près de 700 millions d'euros. « Avant, les cours particuliers étaient réservés aux enfants qui avaient des difficultés scolaires », explique le professeur Jason Tan. « Aujourd'hui les parents y ont recours car ils ont peur que leurs enfants soient à la traine, qu'ils ne soient pas numéro 1 ». Une angoisse qui se résume par l'expression locale « kiasu » qui en chinois signifie « avoir peur de perdre » et « peur de ne pas avoir le meilleur ».

La petite Lucy n'a que 2 ans, mais sa maman s'inquiète pour son avenir. Pour mettre toutes les chances de son côté et assurer à sa fille une place dans ce qu'elle considère être une des meilleures écoles primaires de Singapour, Grace n'a pas hésité à se porter volontaire au sein de l'établissement ciblé.  Elle économise pour les cours particuliers à venir.  « Aujourd'hui, elle suit des cours une fois par semaine seulement mais je sais que rapidement elle devra prendre plus de cours » explique t-elle. Car le soutien scolaire représente un véritable budget pour les parents. Selon une récente étude publiée par le Straits Times, près de 8 enfants sur 10 en primaire suivent des cours de soutien et les dépenses par mois varient de 100 euros pour des enfants en crèche jusqu'à 200 euros au lycée. « Prendre des cours particuliers, c'est comme avoir la télévision, c'est banal aujourd'hui » explique Ann Tanks, professeur particulier depuis 25 ans. Mais pour les enfants, cela se traduit par un emploi du temps chargé : en moyenne les singapouriens prennent 3h de cours de soutien par semaine. Rien d'étonnant pour Ann Tanks qui trouve même que les parents deviennent plus « cool ». « Ces cinq dernières années, je remarque que les parents commencent à refuser les cours le dimanche pour passer plus de temps en famille ».

A Singapour, Les enfants ne sont pas seuls à bûcher ! L'institution « Genius Young Minds » propose des ateliers pour les parents. Quatre fois par an, ils sont une trentaine à retourner sur les bancs de l'école pour apprendre à résoudre des problèmes de mathématiques. En maîtrisant quelques méthodes, ils espèrent pouvoir aider leur progéniture. Les ateliers prodiguent également des conseils pour gérer le stress en période d'examen plus particulièrement lors du PLSE (The Primary School Leaving Examinations).

Une situation qui désole David Wong, auteur du livre à succès The Happy Student (l'étudiant heureux). « Je travaille avec beaucoup d'enfants qui sont épuisés », explique t-il. « Les parents les ont tellement poussés jusqu'à l'examen d'entrée au lycée qu'à 13 ans, ces adolescents n'ont déjà plus le goût à rien ». Ecoeuré par la pression associée au système éducatif, ce jeune père de famille envisage déjà une solution alternative pour son jeune fils : l'école à la maison.

Marion Zipfel (www.lepetitjournal.com/singapour) jeudi 17 mars 2016 (article publié dans le magazine Singapour)

Dans le numéro 6 du magazine Singapour: un dossier sur l'Education (Le prix de l'excellence) - Lire en ligne sur Issuu/ Liste des points de distribution du magazine à Singapour

Couverture Singapour 6 sur l'Education

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet