Dimanche 20 juin 2021
Shanghai
Shanghai

Diplomatie des vaccins chinois: chronique du verre à moitié plein

Par Le Petit Journal Shanghai | Publié le 10/05/2021 à 21:30 | Mis à jour le 11/05/2021 à 08:50
Une image du vaccin

Sinopharm a reçu son homologation de vaccin d’urgence par l’OMS, un pas supplémentaire vers la reconnaissance mutuelle des vaccins. Revenons en arrière sur la chronologie des annonces pour décrypter les étapes et stratégies de communication.


Episode 1 : le sprint final se transforme en marathon

Alors qu’on attendait pour avril l’autorisation de mise sur le marché chinois du vaccin BioNTech / Fosun Pharma, que les ambassades occidentales appelaient tous les jours le service communication de Fosun Pharma, un article du Wall Street Journal le 16 avril vient doucher les espoirs d’une disponibilité rapide en suggérant que cette autorisation serait liée à l’homologation “emergency usage” par l’OMS des vaccins chinois, ce qui pourrait nous mener à Juillet pour BioNTech. Dans la foulée, le 18 avril, Fosun Pharma dépose son dossier de Phase II (examen de la tolérance sous divers dosages sur échantillon de sujets chinois) et se refuse à avancer une date quant à l’autorisation, la balle n’étant plus dans son camp. Quelques jours après les résultats de la phase I qui date de septembre 2020 sont publiés, RAS sur 137 sujets. En effet, dans les dizaines de pays qui utilisent ce vaccin, l’incidence des incidents graves est très inférieure à 1 sur 137. Il en est de même pour le mal-aimé vaccin Astra Zeneca d’ailleurs.


 

Episode 2 : les vaccins chinois à la loupe

Les déclarations d’un haut responsable du China Control Disease Center sur l’efficacité fluctuante des vaccins  chinois font les gorges chaudes de la presse occidentale. La Chine annonce le passage en phase 3 à l’étranger de son propre vaccin à ARN messager (développé par des institutions étatiques et militaires de Suzhou et du Yunnan). Mais que dit ce professeur ? La même chose que dans les vidéos qui circulent : que l’efficacité mesurée dépend du degré de circulation du virus au moment du test à l’endroit du test. Avec beaucoup de pincettes et de recherches, on a reconstitué ces incidences dans l’article précédent avec quelques mises à jour issues du site répertoriant les études cliniques.

 

tableau-covid

 

Afin de ramener le débat à la science (et avancer vers la reconnaissance mutuelle des vaccins), on annonce les dates d’examen des vaccins chinois : 26 avril pour Sinopharm, 3 mai pour Sinovac, verdict quelques jours plus tard pour chacun des vaccins. Le Pr Didier Raoult dont l’objet de croisade n’est pas la vaccination mais la prise en charge précoce des malades se prononce dans une interview à BFMTV plutôt en faveur des vaccins chinois, issus d’une technologie classique et maîtrisée. Ils sont de plus adjuvantés au sel d’aluminium pour booster la réponse immunitaire. Les analyses incidence vs vaccination que nous menons avec nos outils analytiques le montrent bien : en présence des variants, il faut attendre 25% de primo- vaccination pour voir un impact sur l’incidence et il y a aussi des différences dans la durée de développement des anticorps qui vont introduire des écarts dans la mesure de l’efficacité. Dans le cas du Chili vacciné Sinovac, on a vu d’abord une baisse des nouvelles hospitalisations et il a fallu attendre 26% de double vaccination pour voir l’incidence baisser.

 

tableau-2

Retrouvez ces graphiques pour 220 territoires dans CovidFlow, vaccination ventilée par laboratoire disponible pour une dizaine de pays principalement EU+USA, source ourworldindata.org

 

L’une de nos followers a fait une sérologie en France 10 jours après la première dose de Sinopharm à Shanghai : 0.09, puis 0.76 2 semaines plus tard. Un non vacciné reste à moins de 0.1 pour un seuil de positivité IgM (pas PCR) à 1. Ces résultats d’IgM confirment que le développement des anticorps est plus lent que les vaccins ARN. La 3ème dose de vaccin chinois est déjà entérinée aux Émirats et Tunisie, et ce sera aussi le cas pour les ARN, les pays occidentaux s’y préparent avec une commande de l’Union européenne 1.8 milliard de doses à Pfizer.

 

Episode 3 : ne pas décourager le candidat

Plutôt que d’annoncer les décisions OMS Sinopharm et Sinovac à une semaine d’intervalle, l’OMS change de plan et fait 2 annonces le 30/4 : 1) l’homologation en usage d’urgence du vaccin Moderna 2) la décision concernant les 2 vaccins chinois sera publiée la semaine suivante. Eh oui, mieux vaut annoncer un gagnant sur 2 en un coup que d’annoncer une bonne nouvelle puis une mauvaise une semaine après. C’est la stratégie du verre à moitié plein ! Dans la foulée, l’Agence du Médicament Européenne qui n’a toujours pas reçu de dossier de soumission des vaccins chinois entreprend de son propre chef une « évaluation continue » du vaccin Sinovac. Comment ils vont procéder car aucun pays de l’Union ne dispose de vaccin Sinovac ? Probablement en sollicitant les 20 territoires en dehors de l’Empire du Milieu qui utilisent Sinovac afin d’examiner les données de contamination / hospitalisation / effets secondaires.

 

tableau-3

 

Parmi eux, Hong Kong, que nous suivons de très près avec l’équipe de Solidarité Covid pour sa proximité avec la Chine, le flux des cas importés, les clusters locaux en zone faiblement épidémique, et aussi des informations accessibles sur les incidents post vaccination (22 décès post Sinovac et 5 décès post Pfizer au 9 mai sur un total de 1.740 millions de vaccinations, dont 700 000 à 2 doses). Avec cette nouvelle venant de l’EMA, le signal était clair pour Sinovac : l’autorisation d’usage en urgence de l’OMS, ce n’est pas pour tout de suite, mais le vaccin intéresse l’Europe et donc on veut en savoir plus.

 

Episode 4 : Esquiver la covid-Tourista

Le 7 mai, la presse s’empare de l’épidémie aux Seychelles, avec une situation très comparable aux Maldives, aussi largement vacciné grâce au vaccin Sinopharm et ayant réouvert aux touristes. Mais il est hâtif d’accuser les vaccins chinois, car 1) il est fort probable que les malades apparus soient principalement des touristes (bateau de croisière aux Maldives, 35% de non vaccinés parmi les nouveaux cas aux Seychelles), 2) les vaccins ARN sont peu ou pas utilisés dans ces pays or justement l’Afrique du Sud (ainsi que la Moselle en France) avait renoncé à sa commande d’Astra Zeneca au vu de la moindre performance des vaccins contre le variant Sud-Africain. Le variant Indien présente une mutation en commun avec le variant Sud-Africain, donc idem.

 

tableau-4

 

La reconnaissance mutuelle des vaccins est un objectif bien plus important que l’analyse de quelques centaines de cas de touristes jeunes et bien portants s’aventurant dans les îles paradisiaques, et donc malgré la simultanéité des faits touchant de près ou de loin les vaccins chinois, l’OMS accorde à Sinopharm le « Emergency Usage Approval » le 7 mai sans qu’aucune mention ne soit faite dans le communiqué de Sinovac, parce qu’on le savait déjà… Très belle stratégie de communication du verre à moitié plein !

 

-------------------------------------------------

Carole Gabay est en expatriation familiale à Shanghai depuis 2013. Diplômée de l’ESSEC, avec une longue carrière dans les études de marché et data management, elle se retrouve impliquée dès le début de l’épidémie en Chine dans le tracking des données Covid avec le projet de l’équipe bénévole Solidarité Covid – Français de Chine. Elle est aidée pour cet article par Carmen Castells Rusinol, chef de produit industrie pharmaceutique en Espagne qui arrive en expatriation à Changzhou, Jiangsu en mars 2021

Site Internet

 

Retrouvez la vidéo de la réunion publique organisée dans le 29 Avril à Shanghai par la liste « Agir pour Vous » candidate aux élections des Conseillers des Français de l’Etranger. Présentation du travail de l’équipe Solidarité Covid – Français de Chine.

 

 

Nous vous recommandons
0 Commentaire (s)Réagir