Lundi 13 juillet 2020

Rencontre avec Jake aka The Korean Dream

Par Elodie | Publié le 04/07/2018 à 07:00 | Mis à jour le 07/08/2018 à 17:12
thekoreandream - copie

Nous avons eu la chance d’interviewer Jake qui a créé le blog et la chaîne YouTube « The korean dream ». Installé depuis 2 ans et demi en Corée du Sud, il connaît le succès avec ses conseils pratiques, son partage d’expérience et sa spontanéité. Nous revenons aujourd’hui sur son parcours.

 


Lepetitjournal.com/seoul - Parlez-nous un peu de vous 

 

Jake - J’ai commencé par faire une classe préparatoire après avoir obtenu mon baccalauréat. Par la suite, j’ai été diplômé d’une école d’ingénieur en informatique puis j’ai commencé ma carrière en travaillant dans une entreprise de conseil en informatique. Cela m’a plu au début mais j’ai commencé à m’en lasser. Depuis longtemps, j’avais le projet de venir en Corée du Sud et j’ai donc essayé de trouver un emploi dans ce pays, sans succès. Pendant ce même lapse de temps j’ai eu l’opportunité d’effectuer un VIE (Volontariat International en Entreprise) à New York et la décision s’est donc prise de partir dans cette nouvelle ville pendant 1 an et demi. A la suite de ce VIE je suis revenu en France et c’était le moment parfait pour m’expatrier en Corée du Sud parce que j’avais 28 ans et je pouvais encore partir en PVT (Visa Vacances Travail). Je suis alors venu en Corée du Sud avec un PVT avant mes 30 ans, qui est la limite pour obtenir ce visa. 

 


Quels emplois avez-vous effectués en PVT ? 

 

Travailler n’était pas dans mes options premières parce que j’avais besoin d’une pause. Je voulais avoir un an de repos. Je n’ai donc pas travaillé les premières semaines sauf qu’en Corée du Sud l’argent part vite. Tu dépenses, tu vas au restaurant tous les jours… J’ai commencé par donner des cours de français en tutorat mais ce n’était pas assez stable. Je me suis alors décidé à rechercher un emploi. J’ai envoyé énormément de CV, j’ai participé à des salons, j’ai fait appel à mon réseau sans aucun succès jusqu’au jour où j’ai pris un cours de salsa. Dans ce cours de salsa, j’ai échangé avec une élève qui m’a dit que son entreprise cherchait à recruter un étranger qui pouvait parler plusieurs langues. J’ai passé un entretien et le lendemain ils m’ont pris. C’est une start up coréenne et je fais actuellement du business development et de la stratégie d’entreprise. 

 


Quels aspects de la Corée du Sud vous ont attirés ? Lequel de ces aspects préférez-vous ? 

 

Comme beaucoup de monde je pense, c’est grâce à la musique et aux films coréens que j’ai découvert la Corée du Sud il y a 15 ans. A ce moment j’avais la parabole * rires * et je regardais des chaînes comme Arirang TV. A l’époque Arirang TV diffusait du Big Bang, BOA et bien d’autres. Je suis tombé sur le clip « Because I’m a girl » du groupe KISS. Le clip et l’histoire de la chanson m’ont beaucoup touchés et c’est comme ça que je suis tombé amoureux de la Corée. J’ai commencé à chercher sur internet des musiques, des films et à me renseigner sur cet endroit qui est devenu mon pays d’accueil. J’apprécie également la sonorité de la langue, je la trouve douce. J’ai commencé à apprendre le coréen avec des cours du soir au centre culturel de Paris lorsque j’ai débuté mon premier travail. 

Quand je suis arrivé sur Séoul ce qui m’a tout de suite plu et ce qui me plaît encore, c’est que ce soit sécurisé. Je ne me sens jamais en insécurité que ce soit dans le métro ou dans la rue à 3 heures du matin. Ce que j’apprécie également, c’est le fait que beaucoup d’endroits restent ouverts 24h sur 24h. A 3 heures du matin tu peux sortir et manger quelque chose, aller au restaurant… c’est pratique, c’est moderne, c’est propre. 
Ce sont vraiment les plus de la Corée. 

 


Votre vision de la Corée du Sud a-t-elle changée depuis que vous y vivez ? 

 

Oui, il y a beaucoup de choses qui ont changées. Ma perception des coréens a changée. J’avais peut-être une vision un peu trop idéalisée au début puisque les seules images que j’avais de la Corée c’était via les dramas, les films, la kpop… Mais bien sûr les dramas, ce n’est pas la vie réelle et j’ai eu beaucoup de déceptions relationnelles, amicales et romantiques. Donc on a vraiment cette image idéalisée, mais les coréens sont des gens comme tout le monde. Il y  a des personnes bien intentionnées, d’autres moins, il y a de tout. J’ai pu constater beaucoup de différences culturelles qui font que ce n’est pas évident de créer des liens très forts. 

Pour la petite histoire, j’avais des amies coréennes. Mais depuis qu’elles se sont mises en couple, elles ont disparues de la circulation. J’ai comme une impression qu’ici l’amitié homme – femme est quasi impossible. 

Autre exemple dans un contexte différent, c’est arrivé plusieurs fois d’avoir invité des collègues à sortir. Ils ne souhaitent pas venir, mais ils ne m’ont pas dit clairement non. Ils ont accepté l’invitation et au dernier moment ils m’ont dit « J’ai quelque chose de prévu ». Ce type de situation arrive souvent car culturellement ils sont beaucoup moins directs par rapport à d’autres cultures. 

 


Que conseillez-vous à toutes les personnes qui veulent venir s’installer en Corée du Sud? Quel comportement adopté ?  

 

De lire mon blog. * rires *

Plus  sérieusement, si vous voulez vraiment venir vous installer en Corée du Sud sur du long terme, il faut d’abord venir en mode exploration pour voir le pays et savoir si vous pouvez y vivre. C’est très différent de ce qu’on peut voir à la télé et sur Internet. Venir en vacances c’est aussi très différent d’y vivre. La première fois que je suis venu ici, c’était comme un paradis pour moi. Mais quand vous venez y vivre, vous commencez à vous rendre compte des côtés négatifs au bout de quelques mois. Il faudrait peut-être d’abord quelques semaines ou un mois en vacances, voir ce que ça donne et si vraiment vous êtes motivés pour y vivre, essayez de mettre les chances de votre côté en avance. Un des points importants c’est le diplôme. Pour trouver un emploi et être sponsorisé pour un visa, ils vont souvent exiger un diplôme. Donc si parmi vous, il y a des personnes qui sont encore sont encore au collège ou au lycée, je vous conseille de finir votre cursus, avoir au moins une licence ou un master et voire même acquérir de l’expérience dans un domaine pour trouver du travail beaucoup plus facilement. Mais venir ici sans diplôme dans le but de rester sur le long terme, ça sera vraiment pas facile.  

 

Par rapport au comportement et au niveau des différence culturelles, ce que je conseille c’est de participer à des meet-up, sur place, pour rencontrer des coréens. Dès que vous avez des amis coréens, sortez avec eux, demandez-leur des conseils et faites comme eux. C’est vrai que nous en tant que français, on fait un peu comme on a envie et en Corée ils se suivent beaucoup plus les uns les autres. Le mieux est donc de s’adapter, de ne pas être pris pour quelqu’un de malpoli et qui ne respecte pas le pays dans lequel vous êtes. Par exemple si vous dînez avec des coréens, regardez un petit peu comment ils se comportent et comportez-vous de la même façon. 

 


Vous êtes un des blogger français les plus reconnus sur le thème de la Corée du Sud en France. Qu’est-ce qui vous a motivé à créer thekoreandream.fr

 

Il me semble qu’à l’époque où j’ai commencé mon blog, il n’y avait pas beaucoup de blog sur la Corée et il n’y avait pas de blogs pratiques pour ouvrir un compte en banque, pour trouver de bons restaurants, ou encore avoir un forfait de téléphone en Corée. J’ai donc écrit des articles pour aider les gens. C’étaient vraiment que des conseils pratiques et au fur et à mesure je parlais un peu de mon expérience. J’ai vu que des gens commençaient à s’y intéresser. Petit à petit j’ai pu développer un peu plus sur beaucoup de thèmes différents et je me suis trouvé une sorte de passion pour l’écriture. Depuis, je continue parce que j’aime ça. Quand j’ai des expériences je les partage, comme là par exemple avec mon article sur le visa résident. Je sais que des gens deviennent résidents en Corée mais n’en n’ont jamais parlé sur internet. Donc dès que ça peut aider d’autres personnes, je partage tout ce que je peux. 

 


Vous avez dernièrement obtenu votre visa de résident F-2. Quelles ont été vos motivations pour obtenir ce visa ?

 

Il faut savoir qu’avec le visa résident, on ne dépend plus de son travail et on a beaucoup plus de liberté. Avec un visa de travail on dépend de la boîte et si jamais on se fait virer ou on si l’on démissionne, on doit quitter le pays sous deux semaines. Avec le visa résident, on peut rester 3 ans même sans travailler. Bien sûr, si vous ne travaillez pas pendant 3 ans, je ne pense pas qu’ils vont vous renouveler le visa mais au moins vous avez vraiment un sentiment de liberté et vous pouvez même ouvrir votre propre entreprise sous votre nom sans besoin de partenaire coréen. Ma liberté et le fait que je souhaite entreprendre prochainement ont été mes deux motivations . 

 


Vous avez également une chaîne YouTube.Pouvez-vous nous parler un petit peu plus de sa création et de son contenu? 
 

J’ai commencé il y a à peu près un an maintenant et c’était pour moi comme une sorte de continuité du blog. Il y a pleins de fois où mon style d’écriture est un peu oral, je veux exprimer beaucoup de choses que je ne peux pas coucher sur le papier. Dans ces cas-là j’utilise des GIFS * rires * ou des photos. Les vidéos me permettent de m’exprimer pleinement et de développer ma créativité. J’ai créé un concept qui s’appelle « 30 000 wons à Séoul » et je donne des conseils sur comment passer une journée à Séoul avec un budget de 30 000 wons. C’est un de mes premiers concepts et ces vidéos étaient en lien avec des articles de mon blog. En plus de ça je fais aussi des Vlogs, des interviews dans la rue et je souhaite dans le futur élargir mon contenu avec des sketchs, des podcast, etc… 


 

Pour la coupe du monde quel ou quels pays supportez vous? 

La France, la Corée du Sud et le Japon.

 

Retrouvez The Korean Dream sur sa chaîne YouTube ! 

 

 

Nous vous recommandons

Elodie Charrier rédaction lepetitjournal.com séoul corée du sud

Elodie

Actuellement diplômée d’un master en commerce international, Elodie amoureuse de la Corée du Sud a décidé de s’y installer et de découvrir plus en détails la culture de ce pays.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

lasloudjikamelo mer 27/05/2020 - 13:22

Je tiens à vous dire que je partages beaucoup de points en commun avec votre interview comme l’informatique que j’ai longtemps exercé avec aussi la francophonie à quoi je tiens beaucoups dûment ma mère est française et que mes études sont en français aussi mon loisir qui revêt l’animation sur internet comme YouTube comme j’ai un bon voisinage avec des sud-coréen avec leur accréditation en office permanent enfin je pense à ma mère morte qui reste toujours en moi et à qui je dois exaucer ces vœux car elle est vivante en moi. 🌡

Répondre

Expat Mag

TÉMOIGNAGES

Expatrié et Ambassadeur de France malgré moi

Vivre à l’étranger revient souvent à devenir, volontairement ou non, un ambassadeur de son pays. Alors que le 14 juillet approche, nous avons recueilli les témoignages de ces Français expatriés