Mercredi 14 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Rencontre avec Maëva aka Chez Nayoung

Par Elodie | Publié le 11/06/2018 à 20:00 | Mis à jour le 12/06/2018 à 18:14
KakaoTalk_20180609_173324570

Maëva de la chaîne youtube Chez Nayoung nous a accordé une interview sur ses expériences. Cette jeune femme de 26 ans vit depuis quelque mois sur Séoul et travaille en tant que Global Business Developer dans une start-up pharmaceutique en plus de son activité en ligne.

 

 

Lepetitjournal.com/seoul - Parlez-nous un peu de votre découverte de la Corée du Sud et de votre arrivée dans ce pays ?

 

Maëva - Ce qui m’a fait découvrir la Corée, c’est un documentaire quand j’avais 10-11 ans. C’était un documentaire sur le parcours de certains adoptés coréens qui sont retournés dans leur pays. Je me souviens encore de ces scènes qui m’ont tellement touchées et marquées au plus profond de mon cœur et j’ai une sorte de sentiment particulier pour ce pays grâce à ça. Plus tard j’ai continué à beaucoup m’intéresser à l’Asie (Japon, Chine, etc.) et j’aime beaucoup les langues étrangères donc j’ai essayé le chinois et le japonais, mais il y avait un manque. Je n’étais pas curieuse des autres aspects, autre que la langue, et je me suis dit que ça allait être éphémère. Suite à l’introduction du cinéma coréen au festival de Cannes avec le film Old Boy, je me suis de nouveau intéressée à la Corée et c’est devenu une passion. La première fois que j’ai entendu la langue coréenne, c’était avec une chanson et cette langue était complètement différente de ce que je connaissais. J’ai commencé à apprendre cette langue en autodidacte.

 

 

Quel cursus académique avez-vous effectué ?

 

Après mon bac, je ne savais pas quel cursus choisir. J’ai commencé par une école de droit qui ne m’a pas du tout plu et j’ai arrêté au bout de 3 mois. Je suis ensuite montée sur Paris après mûre réflexion. J’ai travaillé pendant un an sur Paris et je me suis préparée pour rentrer à l’INALCO (Institut National des Langues et Civilisations Orientales). Dès que j’ai visité l’INALCO aux portes ouvertes, j’ai eu tout de suite envie de rentrer dans cette école qui offre un cursus de Commerce International. A ce moment là, je voulais absolument faire quelque chose qui relie la France et la Corée du Sud, ces deux pays qui sont comme les miens. J’ai donc fait une professionnalisation en commerce international à partir de ma 2ème année dans l’optique de monter ma propre entreprise dans le futur.

 

Votre première vidéo sur YouTube remonte à 2015, Qu’est-ce qui vous a motivé à ouvrir une chaîne YouTube ? Et quelles étaient vos intentions en la créant ?  

 

Après ma troisième année d’étude, j’ai effectué un programme d’été, offert par l’école, à l’université d’Hanyang. A ce moment-là je préparais mon voyage en tant qu’étudiante en échange et je me suis rendue compte qu’en cherchant des informations, il n’y avait quasiment rien sur internet. Je me suis dit « si il n’y a rien, fais-le » et c’est ce que j’ai fait. J’ai donc créé ma chaîne dans le but d’aider les personnes qui souhaitent partir en Corée du Sud. Je n’ai pas été très rigoureuse dû à l’intensité des cours mais j’aime beaucoup créer donc j’ai eu envie de continuer.

Je reçois beaucoup de messages d’adolescentes vraiment mignonnes qui rêvent de venir en Corée et qui me demandent des conseils.

 

 

Vous produisez également des vidéos en Coréen. Quelle a été votre motivation ?

 

La toute première vidéo que j’ai publié c’était une vidéo en coréen dans laquelle j’expliquais pourquoi la Corée. Avant tout je souhaitais m’entraîner en Coréen. J’avais une professeure en 3ème année qui nous poussait à parler et à la fin de l’année elle nous a fait répondre en coréen à un sujet sur un enregistrement  audio. Elle est montée crescendo et elle nous a demandé de nous filmer. En faisant l’exercice, je me suis dit « pourquoi pas poster la vidéo sur YouTube ». Il y a déjà des étrangers qui parlent juste en coréen sur la plateforme et je me suis rendue compte que leur niveau évoluait rapidement.

J’ai ensuite continué mes vidéos suivantes en français mais je recommence à faire des vidéos en coréen pour m’améliorer et m’entraîner.

 

 


Comment êtes-vous devenu Ambassadrice du festival électro Ultra Korea ?

 

J’ai été contactée par mail par le grand événement Ultra Korea pour être une des ambassadrices. C’est un événement reconnu à l’international avec des DJ tels que David Guetta ou encore Above and Beyond. Ils ont contactés plusieurs influenceurs présents en Corée pour y participer. Le programme de l’événement est sorti hier et il y aura aussi des rappeurs coréens présents.

 

 

Vous avez mis en place KORIANCE qui permet aux français et aux coréens d’échanger sur des projets, des voyages à venir, la culture. Comment vous est venue cette idée ? Quel était votre objectif en créant ce projet ?

 

J’ai mis en place Koriance il y a un an mais un an sans activité. J’ai eu l’idée quand j’étais en stage de fin d’étude dans une start up française qui créait un lien entre la France et la Corée dans le domaine de la mode. On souhaitait exporter des petites marques françaises en Corée et devenir une sorte d’intermédiaire entre les marques et les personnes intéressées en Corée. Dans cet optique là on est venu en Corée l’été dernier et on voulait faire du networking, essayer de rencontrer des gens de tout milieu pour se faire un réseau et apporter de l’aide aux marques françaises.  J’ai donc cherché et j’ai trouvé le site Meetup qui organise des rassemblements. Malheureusement, il n’y avait pas exactement ce que je recherchais. J’ai alors créé mon propre groupe. Cependant la start-up a arrêté le projet, et après avoir reçu des conseils de leur part j’ai décidé de me servir de ce concept pour moi et de mettre ma graine pour lier la France et la Corée.

Le networking en Corée est assez compliqué pour les étudiants et je voudrais le rendre plus accessible avec des personnes de tout milieu et de tout âge. Le but est de s’entraider comme par exemple organiser un voyage, trouver des partenaires, etc…

Pour l’instant je n’ai pu organiser qu’une rencontre parce que j’étais très occupée et que je suis toute seule. Mon rêve serait de faire une équipe en France et une équipe en Corée, de vraiment coordonner ça et faire des séminaires avec des sujets qui réunissent les gens.

 

 

 

Vous avez pu expérimenter beaucoup d’aspects de la culture coréenne. Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans cette culture ?

 

Il y en a beaucoup ! On va dire que le premier c’est la cuisine * rires *. Mon plat préféré c’est le boeuf coréen qui est très cher évidemment. J’adore la langue, je suis vraiment passionnée par la langue et l’histoire coréenne grâce au documentaire que j’ai vu plus jeune. Je me souviens en cours quand j’ai découvert l’histoire du massacre de Gwangju, la professeure nous a raconté le déroulement de ces événements et j’ai été émue et touchée. J’ai vu au cinéma, il n’y a pas longtemps, le film émouvant « 1987 » qui retrace cette histoire. J’aime aussi beaucoup le partage, quand les personnes t’offrent des fruits, essayent de t’aider, s’inquiètent pour toi etc.  

 

 

Auriez-vous quelques conseils pour les personnes qui souhaitent travailler en Corée du Sud pour une longue durée ?

 

J’ai personnellement été repérée par YouTube. Le patron de mon entreprise m’a envoyé un message en privé pour me proposer quelque chose. Je n’étais pas disponible à ce moment-là mais je lui ai envoyé mon CV. Quand la start-up pour laquelle je travaillais a fermée, j’ai réfléchi à qui je pouvais contacter en Corée et j’ai décidé de recontacter ce monsieur. Il m’a rapidement proposé un entretien et je travaille actuellement pour cette entreprise.

Pour les entretiens, c’est pareil qu’en France, ce sont les mêmes questions qui reviennent en majorité. J’ai eu aussi des questions plus en rapport avec la culture coréenne telle que « Imaginez que vous ayez rendez-vous avec votre chéri ce soir mais que moi je suis très content parce qu’on a signé un contrat et je vous dis que ce soir on va tous manger ensemble. Que faites-vous, vous préférez aller voir votre copain ou vous préférez passer la soirée avec nous ? ». La bonne réponse ici on la connaît tous, il faut plutôt suivre le patron que son copain qu’on peut voir un autre jour. Un autre exemple « Imaginez qu’il y ait un contrat à signer à Singapour mais il n’y a plus une seule place d’avion. Que faites-vous ? ». L’important est de toujours essayer répondre à une question et de rebondir si vous ne savez pas. Il faut aller regarder le site de l’entreprise pour laquelle vous passez un entretien et étudier les termes utilisés pour les ressortir parce qu’ils résonnent dans leurs oreilles. Il faut aussi toujours montrer sa motivation et comme je l’ai dit toujours rebondir.

Mon deuxième conseil serait d’investir sur sa visibilité, par exemple faire un blog, ou montrer que vous êtes actifs. Comme j’ai montré que j’étais investie, active et sérieuse grâce à mes blogs et ma chaîne YouTube, les gens me prennent plus au sérieux et pense moins que je suis une groupie de la Kpop ou des Drama par exemple. Je pense donc que ça vaut le coup de s’investir dans ses passions, par exemple si vous aimez la photo vous pouvez faire un blog dessus ou des articles. Faites quelque chose qui prouve que vous êtes légitime de votre passion.

 

 

Retrouvez Maëva sur sa chaîne YouTube : 

 

 

Elodie Charrier rédaction lepetitjournal.com séoul corée du sud

Elodie

Actuellement diplômée d’un master en commerce international, Elodie amoureuse de la Corée du Sud a décidé de s’y installer et de découvrir plus en détails la culture de ce pays.
0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Séoul ?

MUSIQUE

Les 7 Chansons Kpop les plus populaires de l’été 2018

Au cours de la dernière décennie, la vague hallyu a atteint dans le monde entier. Cette vague a introduit le monde à la culture coréenne à travers les drama, la nourriture et en particulier la musique