Mardi 17 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Débat sur la légalisation de l'avortement en Corée

Par La Rédaction Séoul | Publié le 28/11/2017 à 15:50 | Mis à jour le 28/11/2017 à 17:15
Photo : Source motherhow.com
grossesse test légalisation avortement droit de la femme gouvernement corée du sud ivg

La légalisation de l'avortement fait l'objet d'un débat houleux en Corée, notamment avec une pétition postée sur le site du bureau présidentiel de la Maison Bleue. Au total, plus de 235,000 personnes ont signé pour montrer leur soutien, et faire pression pour que le gouvernement légalise la procédure.

 

Le secrétaire principal à la présidence pour les affaires civiles, a déclaré que le gouvernement allait reprendre l'année prochaine un sondage sur le nombre et les raisons des avortements et lancer un débat public.

L'analyse des données massives n'indique aucune baisse du nombre d'avortements au cours des neuf dernières années, selon un rapport publié mardi, contredisant les affirmations des autorités sanitaires selon lesquelles elles auraient presque diminué de moitié au cours de la période.

En réalité, il n'y a pas vraiment de statistiques officielles sur l'avortement. La dernière annonce du ministère de la Santé date de 2005 et comptait 342,000 cas pour cette année.

 

Le professeur Park Myung-bae de l'Université de Pai Chai, en collaboration avec la faculté de médecine de l'Université Yonsei, a analysé le matériel fourni par le Data Lab d'octobre 2007 à octobre 2016. Les résultats de l'analyse ont été publiés dans la dernière édition du journal de santé Health Policy and Management.

Le rapport a conclu qu'il n'y avait aucune indication que le nombre d'avortements avait diminué pendant la période mesurée. En 2010, le ministère de la Santé a déclaré que le nombre avait presque diminué de moitié à 168,000 cette année-là.

Dans son rapport, le professeur explique :

Certains obstétriciens et gynécologues estiment en moyenne 700,000 à 800,000 avortements par an, ce qui est loin des estimations du ministère. De façon réaliste, puisque la plupart des avortements pratiqués sont illégaux, l'estimation la plus précise serait d'environ 500,000 par an.

 

Le rapport a également noté que les sondages en face-à-face ou par téléphone sur des questions comme l'avortement sollicitent souvent des réponses mensongères, ce qui rend les résultats peu fiables.

Les données ont montré que les recherches en ligne sur l'avortement avaient tendance à augmenter le plus en mai, alors qu'elles ont diminué au minimum en décembre et en janvier.

Une des critiques contre la loi actuelle sur l'avortement est qu'elle ne punit que les femmes et les personnes qui exécutent la procédure, tandis que les hommes sont libres de toute responsabilité. Les hommes rapportent souvent des avortements illégaux aux autorités comme un moyen de vengeance contre leurs ex-petites amies ou leurs épouses.

 

Avec ses plus de 235,000 signatures, la pétition pour légaliser l'avortement est un facteur clé pour s'assurer de l'engagement du président Moon Jae-In envers les droits de la femme sur lequel il a insisté lors de sa campagne électorale.

 

 

A savoir :

 

La Corée du Sud a criminalisé l'avortement en 1953 quand ses dirigeants voulaient stimuler la population et construire une armée assez puissante pour repousser sa rivale nord-coréenne.

Mais en 1973, avec une forte croissance démographique, le pays a élaboré des exceptions à la loi sur l'avortement, par exemple lorsque la santé de la mère est menacée, que le bébé est atteint de graves malformations congénitales ou que la grossesse a été provoquée par un crime sexuel.

De nombreux experts en santé publique en Corée du Sud ont réclamé des changements dans la loi sur l'avortement, mais ils se sont heurtés à l'opposition d'un lobby pro-life dans un pays où le taux de fécondité est l'un des plus faibles au monde.

Nous vous recommandons

logo seoul

La Rédaction Séoul

L'édition de Séoul de lepetitjournal.com, le média de référence des Français, francophones et francophiles à l'étranger.
0 Commentaire (s)Réagir