Dimanche 26 mai 2019
São Paulo
São Paulo
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

COUPLE MIXTE - "Nous sommes tombés sous le charme pendant une traduction"

Par Lepetitjournal Sao Paulo | Publié le 18/01/2013 à 00:05 | Mis à jour le 08/02/2018 à 13:03

Lepetitjournal.com vous propose une nouvelle rubrique. Il vous emmène désormais à la rencontre de couples franco-brésiliens. Cette semaine, nous vous présentons Emmanuelle et Sandro qui nous racontent leur histoire entre Dunkerque et Vitoria.

 Lepetitjournal.com - Quand et comment vous êtes-vous rencontrés ?

Emmanuelle :
Je m'étais rendue pour 15 jours au Brésil où j'étais reçue avec la délégation française par les élus de la ville de Vitoria. Je ne parlais pas portugais alors je bénéficiais d'une traduction par casque et j'ai été impressionnée par la qualité du travail effectuée par le traducteur. Il faut dire aussi qu'il me plaisait bien. On a passé plusieurs jours ensemble et à la fin du séjour je suis allée le complimenter sur son niveau de français. Il m'a rétorqué être fan du chanteur français –M-. Je suis tout de suite tombée sous le charme ! Pendant quelques mois, on a cherché à maintenir le contact par internet. Il était au Brésil, moi en France. Quand on s'est revus, cette fois en France, notre relation a pris un tournant.

Sandro : On s'est rencontrés en 2009. A l'époque, je travaillais comme interprète francophone dans un évènement international d'urbanisme. Au bout de quelques jours, Emmanuelle est venue me féliciter pour mon travail de traductions et c'est à ce moment-là que j'ai craqué pour elle. On s'est revus à plusieurs reprises, notamment à l'occasion de traductions que je devais effectuer à Dunkerque. Pendant un an, on a entretenu notre correspondance par internet et en 2011, on a franchi le pas et on a décidé de se marier.

Comment vos cultures respectives se manifestent-elles au quotidien ?
Emmanuelle :
Une anecdote me revient : j'avais eu l'idée de réaliser une parodie de Bref - "Bref, je vis avec un Brésilien" - et de la poster sur Youtube. Quand je lui en ai parlé, il s'est tout de suite exclamé : "Mais non ! Je ne suis pas le plus brésilien des Brésiliens." Et c'est vrai qu'au quotidien, je ressens avant tout sa délicatesse, sa finesse, son goût pour les bonnes choses. Ce n'est qu'une fois au pays que j'ai découvert son côté brésilien – notamment pour ce qui est du ballon rond.

J'aime le rythme que l'on a ici. On improvise beaucoup. Les rapports avec les gens sont plus décontractés, plus spontanés. Je suis séduite par leur optimisme. Et Sandro m'apprend à connaître la nature, il m'enseigne le respect de l'environnement, ce qui est assez nouveau pour moi. Sa joie permanente et communicative ainsi que son goût pour la fête me fascinent. Avec lui, on ne se complique pas la vie. Par exemple, il est toujours partant pour danser, quel que soit la musique. Je me sens très bien au Brésil avec lui.

Sandro : En règle générale, je me sens plus Français que Brésilien, même s'il est vrai que je n'ai jamais vécu en France. On parle français à la maison. J'en apprécie la musique, la façon d'être et la gastronomie française est à mes yeux une des meilleures qui soit.. Emmanuelle m'apporte beaucoup sur ce plan là. A vrai dire, je n'ai jamais trop regardé Emmanuelle comme une Française mais j'aime sa façon d'être que je trouve purement française : sa rigueur, notamment dans son analyse, son sens critique, son effort pour argumenter et défendre ses positions mais également son ouverture d'esprit. Néanmoins, quand un match de foot passe à la télévision, ma brasilianité reprend tout de suite le dessus. Je crie, je me lève, je m'exalte. Impossible de me décoller de l'écran !

Y-a-t-il eu des difficultés d'adaptation, notamment dans votre entourage ?
Emmanuelle :
Bien au contraire ! J'ai eu droit à un accueil très chaleureux. Les brésiliens sont avenants et ont plaisir à rencontrer de nouvelles personnes venues d'horizons différents. J'étais l'objet de beaucoup d'attention et de curiosité. Lors de notre mariage qui avait lieu en France, une partie de la famille de Sandro a traversé l'Océan Atlantique pour l'occasion et le contact avec ma famille a tout de suite été très bon, malgré la barrière des langues.

Sandro : Bien que j'appréhendais un peu de rencontrer la famille d'Emmanuelle, le premier contact s'est fait très naturellement. Je me souviens avoir passé la nuit entière à discuter de l'Amérique Latine et de son histoire, avec le père d'Emmanuelle. Je ne connais pas encore bien la France mais chaque voyage est l'occasion d'en savoir plus sur cette culture qui m'attire beaucoup. Mais tout de même, qu'est-ce que les repas durent longtemps en France !

Votre prochain projet à deux ?
Emmanuelle :
On aimerait partir pour la France dans le courant de l'année. De mon côté, j'ai pris une année sabbatique. Le grand défi sera pour Sandro qui va être pour la première fois confronté à la vie en France et va devoir y chercher un emploi. J'espère que ce voyage décisif sera à la hauteur de ses attentes.

Sandro : C'est vrai que je redoute un peu le froid de l'hiver… Dans l'idéal, j'aimerais travailler comme traducteur-interprète ou même comme professeur de français langue étrangère. Ce voyage est un challenge pour moi !

Son plus beau cadeau ?
Emmanuelle :
Sa demande en mariage à Dunkerque, il y a un an. Ça a été un grand bouleversement pour moi. Je me posais beaucoup de questions. Mais j'en garde des souvenirs magiques.

Sandro : Lorsque j'étais venue la rejoindre à Paris en 2010, elle m'attendait avec une bouteille de Champagne. L'attention m'a touché. Toutefois, la plus belle surprise reste les alliances qu'elle a fait faire pour notre mariage. Je lui avais donné carte blanche et son goût ne l'a pas trahie.

Votre lieu préféré au Brésil ?
Emmanuelle :
Sans aucune hésitation, Rio de Janeiro ! J'adore cette ville. L'endroit est splendide et les Cariocas sont franchement sympas.

Sandro : Tu dis ça parce que je suis Carioca ! Il y a beaucoup d'endroits que j'aime au Brésil. Dernièrement, nous avons découvert une forêt naturelle dans les environs de Vitoria et il faut dire que j'ai franchement adoré !

JP (www.lepetitjournal.com Brésil) vendredi 18 janvier 2013

 

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet