Dimanche 26 septembre 2021
TEST: 2285

Les momies chiliennes les plus vieilles au monde entrent au patrimoine de l'humanité

Par Naïla Derroisné | Publié le 30/07/2021 à 23:00 | Mis à jour le 30/07/2021 à 23:00
Photo : WeHaKa - Musée Archéologique San Miguel de Azapa, momie de tipe rouge (2015) - Creative Commons (CC BY-SA 4.0)
momie chinchorro chili patrimoine mondial unesco

Ce mardi 27 juillet s’est tenue la 44e session du Comité du Patrimoine Mondial de l’Unesco, depuis Fuzhou, en Chine. Les experts, réunis en visioconférence, ont inscrit les momies Chinchorros, découvertes dans le nord du Chili, au Patrimoine Mondial de l’Unesco.

 

"Le peuple Chinchorro vivait de la pêche, de la chasse et de la cueillette dans la région d'Arica et de Parinacota [dans le nord du Chili]", écrit le magazine GEO. "C'est là qu'ont été découvertes au début du XXe siècle, quelque 300 momies fabriquées artificiellement datant de plus de 5 000 ans avant J.-C., soit quelque 2 000 ans de plus que celles d'Égypte."

Encore aujourd’hui, on ne sait pas vraiment pourquoi les Chinchorros momifiaient leurs morts. Mais l’anthropologue chilien Bernardo Arriaza a établi une théorie. Selon lui, l’eau consommée par le peuple Chinchorro aurait été contaminée à l’arsenic, ce qui aurait provoqué une série de naissances prématurées et de fausses couches. La momification serait alors apparue comme "une réponse émotionnelle des parents pour affronter la tristesse liée à la perte de leurs enfants. Ils vont alors les peindre, leur ajouter des ornements et peu à peu ces techniques sont devenues plus élaborées", a expliqué Bernardo Arriaza à l’AFP.

 

 

Sur son site, le magazine GEO détaille également comment les Chinchorros réalisaient leur processus de momification : "Les organes, les viscères et les tissus [étaient retirés et reconstitués] à l'aide de bâtons et de poils d'animaux. Une courte crinière de cheveux noirs était cousue au cuir chevelu. Les momies pouvaient ensuite être peintes avec de la terre colorée, des pigments, du manganèse et de l'oxyde ferrique."

Au Chili, 7 sites appartiennent au Patrimoine Mondial

Les expert de l'Unesco ont ainsi choisi de préserver trois sites, situés dans le nord du Chili. Le premier est le Musée Archéologique de l’Université de Tarapacá d’Arica, où ont été découvertes quelques-unes des momies. Elles y sont aujourd’hui conservées. Le deuxième site protégé concerne les collines Morro de Arica, d’une centaine de mètres de hauteur et situées à quelques pas de l’océan Pacifique. Des cimetières de momies y ont été trouvés. Enfin, le troisième lieu inscrit au Patrimoine Mondial de l’Unesco se trouve sur la commune de Camarones, à environ 75 kilomètres au sud d’Arica, où d’autres momies, et vestiges du peuple Chinchorro, se sont révélés.

Selon l’agence AP, c’est la septième fois qu’un site chilien est inscrit à l’Unesco. En plus des momies du peuple Chinchorro, le Parc National Rapa Nui, les usines de salpêtre d’Humberstone et de Santa Laura, la ville de Valparaíso, le camp Sewell et les églises de Chiloé, font également partie du Patrimoine Mondial.

naïla Derroisné

Naïla Derroisné

Journaliste de formation Naïla mène divers projets d’investigation et audiovisuels au Chili, où elle vit depuis 2019. Correspondante pour des médias francophones elle est aussi la rédactrice en cheffe de Lepetitjournal.com à Santiago.
0 Commentaire (s) Réagir