Samedi 15 décembre 2018
Rio de Janeiro
Rio de Janeiro
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

PUBLI-INFO - Assurances maladie expatriés : faire le bon choix

Par Lepetitjournal Rio de Janeiro | Publié le 30/11/2009 à 01:04 | Mis à jour le 13/11/2012 à 14:06


Dans le cadre d'une expatriation, il convient de s'interroger sur sa protection sociale afin de conserver un niveau de remboursement de ses soins médicaux équivalent à ses habitudes en France. Le salarié expatrié aura le choix de contracter une assurance dite 1er Euro ou choisir la combinaison CFE et assurance complémentaire

En matière d'assurances maladie, les expatriés, à l'inverse de nos concitoyens, ont le choix d'adhérer ou non, à la CFE. Ce choix n'est ni définitif, ni exclusif, en ce sens que les assurés peuvent adhérer à une branche uniquement (Maladie - Maternité - Invalidité, Accidents du travail et Maladies professionnelles, ou Vieillesse) ou aux 3 à la fois.

Si les salariés détachés par leurs entreprises continuent à bénéficier des prestations françaises, ceux ne bénéficiant pas d'un détachement relèvent obligatoirement du régime local du pays sur le territoire duquel ils exercent leur activité. Beaucoup de Français expatriés adhèrent à la CFE (environ 160.000 personnes dans le monde) pour la partie Maladie, ce qui ne les dispense cependant pas de l'affiliation au régime local. Dans le même esprit, si le régime local ne couvre pas suffisamment bien l'expatrié et sa famille, rien n'empêche celui-ci de souscrire une assurance «supplémentaire» dite au 1er Euro ou au 1er USD auprès d'un assureur privé.

L'adhésion à la CFE est-elle le bon choix ?
Au préalable, précisons que l'affiliation à la CFE doit être effectuée 3 mois à 2 ans après le départ de France, ou d'un pays membre de l'Espace Economique Européen (Suisse comprise), faute de quoi la CFE vous demandera d'acquitter un droit d'entrée équivalent au maximum à 2 années de cotisations (les adhérents de moins de 35 ans ne sont pas concernés par cette disposition).

Le choix est subjectif, mais votre réflexion doit comporter plusieurs critères :
La protection offerte par votre régime social local
Le montant des prestations : la CFE délivre les mêmes prestations et utilise la même nomenclature que la Sécurité Sociale française. De fait, il est souvent indispensable de contracter une assurance dite «complémentaire» qui prendra à charge les frais non ou mal remboursés par la CFE. L'avantage de la CFE est qu'elle couvre bien les hospitalisations et aussi toutes les Affections Longues Durée (ALD) ce qui n'est pas forcément le cas des régimes locaux de protection sociale. En contrepartie, les prestations dentaires, d'optique, certains médicaments, sont peu remboursées. Notons ici que les assureurs privés français calquent souvent leurs garanties sur celle de la Sécurité Sociale : un acte ne sera remboursé que s'il est nomenclaturé (sauf dérogation expresse). Ceci n'est pas forcément le cas des assureurs privés anglais dont la liste des remboursements est souvent exhaustive ce qui peut réserver de mauvaises surprises?
Votre état de santé : l'adhésion à la CFE n'est soumis à aucun questionnaire médical, ni à aucune condition d'âge, contrairement à la plupart des régimes privés d'assurance. C'est le mécanisme de solidarité devant la maladie qui prévaut.
Le montant des cotisations : le niveau des cotisations à la CFE dépend notamment de votre statut (salarié, non salarié, étudiant, retraité), de votre âge, et de surtout de votre rémunération.
A l'inverse des assurances privées, que vous soyez seul ou une famille de 8 personnes ne modifiera pas votre cotisation annuelle.
Votre âge : les garanties de la CFE sont viagères? Même retraité, vous continuez à bénéficier des prestations de la CFE jusqu'à votre décès. Là où beaucoup d'assurances privées cessent de vous assurer au 1er EUR ou au 1er USD à partir de 65 ans, la CFE et certains assureurs complémentaires vous assureront jusqu'à votre décès. Ce dernier point est très important car de nombreux assureurs ne vous assurent en complément de la CFE que sous condition d'adhérer avant 63 ans à leur contrat.

Ne tardez pas à mener cette réflexion, votre santé et votre tranquillité d'esprit le méritent !

Cet article vous est proposé par la société Looking For Dylan, spécialiste indépendant du conseil en gestion de patrimoine privé pour les expatriés internationaux
www.lookingfordylan.com.br/
+33 (0)4 50 31 18 09
+55 (24) 8122-0632

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Rio ?

São Paulo Appercu

VARILUX - 20 films français dans 60 villes du Brésil en juin

Au-revoir là haut, L'échange de Princesses, Le Brio ou encore Tout le monde debout seront à l'affiche très bientôt au Brésil. Le Festival Varilux de Cinéma Français au Brésil revient du 7 au 20 juin

Sur le même sujet