TOURISME – On a testé la randonnée pédestre jusqu’au Christ Rédempteur

Par Lepetitjournal Rio de Janeiro | Publié le 10/04/2014 à 22:04 | Mis à jour le 11/04/2014 à 12:49

Si la grande majorité des visiteurs du monument le plus célèbre de Rio emprunte le petit train, les vans ou leur voiture pour monter en haut du Corcovado, il faut également savoir que l'on peut réaliser l'ascension à pied, par la randonnée qui débute au parc Lage. Lepetitjournal.com l'a testée pour vous.

C'est la quatrième voie, sans doute la plus originale, la plus longue aussi, mais surtout la moins onéreuse. Se rendre au Christ Rédempteur avec pour seul moyen de transport ses pieds, non par sur la route, mais à travers la forêt carioca, c'est possible.

Le point de départ est fixé au parc Lage, moins connu que son voisin botanique, mais qui mérite largement le détour. Une fois que vous avez suffisamment déambulé dans le parc, il est temps de passer aux choses sérieuses, à savoir la randonnée. Car le Christ ne se laisse pas si facilement atteindre avec ses 700 mètres d'altitude. Il faut compter entre une heure et demie voire deux heures de marche pour atteindre notre Saint Graal. Un conseil avant de vous attaquer à la montée : pensez à prendre de l'eau et des barres énergétiques car la randonnée s'avère difficile.

Carte et coordonnées
Au point de départ, une petite guérite avec des gardes forestiers nous attendent pour prendre nos coordonnées, par bonne conscience surtout. Ils nous expliquent le chemin et nous donnent l'objet que tout randonneur aguerri se doit de posséder : une carte ! Imprimée sur papier blanc A4, on est loin de la vieille carte de baroudeur mais tout de même.

Au niveau de la difficulté, le début de la randonnée se fait d'un bon pas car relativement aisée. Le chemin est balisé d'un Christ Rédempteur peint en jaune sur la cime des arbres, qui nous indique que même si on ne peut pas encore le voir, il veille sur les randonneurs.

Sentier chaotique, perte de repères
C'est après la troisième cascade que l'ascension se corse. Du fait du relief de la piste dicté par les racines qui forment des marches naturelles mais de tailles inégales, le pas irrégulier fatigue vite. C'est également la vertigineuse ligne droite du chemin qui donne cette impression que l'ascension ne s'arrêtera jamais.

Du fait de ce sentier chaotique, c'est à se demander parfois si nous ne nous sommes pas égarés. L'horreur de redescendre et remonter par un autre chemin se dessine, nous cherchons alors le Christ dont les voies restent impénétrables. Nous continuons alors, et nous l'apercevons de temps en temps, notre confiance et motivation repartent. En absence de Christ, on peut également voir des traces de semelles qui ont déjà foulé ce sol. Le côté aventurier faiblit, mais la présence humaine rassure dans cette immensité hostile. Si nous sommes perdus, au moins nous sommes deux !

De nombreux points forts
Parmi les points qu'il faut retenir de cette randonnée, en premier lieu les trois cascades que nous dépassons avant que la véritable difficulté commence. Elles tiennent plus du filet que de la véritable chute d'eau. Cependant on peut toujours s'y poser, se mouiller la tête, et contempler la beauté du paysage. Ensuite la chaîne qui traverse un rocher abrupte de parts en parts qui aide à le franchir. Elle indique que le temps des souffrances est bientôt terminé car proche de la fin. Également l'immersion complète en pleine jungle, saturée de lianes, branches, racines, troncs d'arbres ainsi que de tous les habitants qui la peuplent tels que les oiseaux qui remplacent par leurs gazouillis le bruit de la trop familière circulation. Les singes que nous aurons l'occasion de croiser plusieurs fois.

Dernier point fort, les rails du petit train qui fendent littéralement la forêt. Après cette montée exténuante, voir la civilisation rassure. Nous nous posons et regardons les rails disparaître au loin dans cette jungle dévoratrice. Et puis nous faisons coucou aux touristes incrédules qui ne comprennent pas trop ce que nous faisons là puisque nous ne leur vendons pas de bouteille d'eau.

Un final décevant
Le point négatif de cette randonnée est le final. La fin subite de la piste déboule pour les cinq dernières minutes sur l'asphalte parsemé de vans qui nous rasent à toute allure. Or cela ne doit pas occulter le reste de la randonnée, car au moins nous n'arrivons pas complètement fatigués au Christ.

Une fois au pied du monument, nous payons tout de même notre ticket comme tout le monde et profitons de la vue panoramique de la ville en nous disant que peu de temps auparavant, nous nous trouvions aussi tout en bas. Nous savourons ce moment pleinement mérité puisqu'il récompense nos efforts. C'était notre chemin de croix pour atteindre le Christ.

Nicolas SANCHEZ (www.lepetitjournal.com ? Brésil) vendredi 11 avril 2014

Infos pratiques

Pour accéder à la randonnée, il faut se rendre au parc Lage, situé au 414 de la rua Jardim Botânico, dans le quartier du même nom. Le parc est gratuit et ouvert tous les jours de 8h à 17h. 

Le Christ Rédempteur est ouvert lui jusqu'à 18h30 et il faudra compter 50 réais (tarif plein) pour y accéder. 

La randonnée dure environ deux heures.

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rio de Janeiro !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale