TENDANCE - Pourquoi le français est-il encore à la mode au Brésil ?

Par Lepetitjournal Rio de Janeiro | Publié le 26/09/2013 à 22:05 | Mis à jour le 27/09/2013 à 04:45

En baisse dans plusieurs régions du monde, l'apprentissage du français connaît encore un franc succès au Brésil. Synonyme de raffinement et d'élégance, la langue de Molière séduit toujours.

Un opticien "La Croisette" par ci, une résidence "Juan-les-Pins" par là, un restaurant avec un menu "à la carte" au coin d'une rue... Difficile d'échapper au français lorsque l'on se balade dans São Paulo. Ici, la French Touch fait toujours son effet. Dites à un Brésilien que vous venez de l'Hexagone et la sanction est immédiate : un "Monsieur" ? prononcez Mèssiè - ou un "Bonjour" des plus révérencieux, un brin moqueur parfois, sortira de sa bouche. Comme souvent à l'étranger, le français est perçu comme une référence de la mode et du luxe au Brésil. Une véritable tendance qui se constate aussi dans les salles de cours. C'est d'ailleurs ce qui a poussé Laura, qui est agent immobilier, à prendre des cours particuliers : "J'ai commencé à apprendre le Français il y a 10 ans parce que je trouvais que c'était une très belle langue. J'aime aussi beaucoup les films français et apprécie de pouvoir comprendre certaines choses, même lorsque le film n'est pas sous-titré en portugais."

En visite à São Paulo la semaine dernière, le sénateur des Français de l'étranger, Jean-Yves Leconte, s'est montré "ravi" par l'engouement des Brésiliens pour le français : "C'est revitalisant. Contrairement au reste du monde, on sent qu'ici la France attire encore. On peut le constater par la force des Alliances Françaises : une ville comme São Paulo compte six ou sept établissements qui marchent très bien malgré des prix plutôt élevés. On compte même plus d'apprenants à São Paulo que dans toute la Russie par exemple !"

Une réputation solide
Hormis le stéréotype classique du Français "bon chic bon genre", d'autres raisons expliquent ce phénomène. Il a longtemps été obligatoire dans les collèges brésiliens et primait même sur l'anglais. De plus, l'enseignement français de façon générale jouit d'une solide réputation dans toute l'Amérique latine.

Gabo Alexander Breitman, ancien pensionnaire d'un lycée français de Rio de Janeiro confirme : "La France est réputée pour être un pays de valeur, avec une langue riche, et des grands écrivains. Lorsque l'on vient d'un lycée français on est regardé de manière différente, avec admiration".  Le nombre d'établissements français prouve cette francophilie. São Paulo, Rio, Brasilia, Curitiba et Natal possèdent toutes une école française. Mieux encore, on compte pas moins de 45 Alliances Françaises dans tout le pays.

Un choix stratégique
Certains parents brésiliens ont choisi le Français pour leurs enfants par pure stratégie. L'idée ? Apprendre le français (en plus de l'anglais) pour être mieux armé dans le monde du commerce international. Si la langue de Molière ne peut guère contester l'hégémonie de l'anglais aujourd'hui, elle reste une alternative crédible. Selon le site francophonie.org, on recense pas moins de 220 millions de francophones dans le monde. Un avantage non-négligeable dans le commerce international. C'est du moins ce que pensaient les parents de Gabo au moment de faire leur choix : "A l'époque, le français était encore la langue de la diplomatie internationale. Quoi de plus important que d'apprendre à son fils une langue aussi prépondérante dans les relations extérieures ?" Logique implacable.

Alexandre DE CASTRO (www.lepetitjournal.com - Brésil) vendredi 27 septembre 2013

Lire aussi : YAMINA BENGUIGUI : "Au Brésil, on sent un grand amour de la langue française"
MERCI PROFESSEUR - Rencontre avec Bernard Cerquiglini, fervent défenseur de la langue française

MAURICE NAHORY - Directeur général de l'Alliance française de Sao Paulo
LANGUE - Quand le portugais s'inspire du français

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rio de Janeiro !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale