CARNAVAL - Blocos, bandas et autres bals masqués de Rio et São Paulo

Par Lepetitjournal Rio de Janeiro | Publié le 01/02/2017 à 23:04 | Mis à jour le 01/02/2017 à 18:58

A quelques semaines du début du carnaval, Rio et São Paulo sont déjà en effervescence. Costumes, chars, répétitions des écoles, tout est en marche, et dans les rues on peut apercevoir quelques masques et déguisements en tous genres ou entendre quelques airs de samba.

Contrairement aux idées reçues, les carnavals de Rio et São Paulo commencent bien avant la cérémonie d'ouverture qui aura lieu au Sambodrome de chaque ville le 24 février prochain.

Blocos et bandas vont commencer leur show dans les rues des différents quartiers. Les blocos, ce sont des groupes de personnes qui se retrouvent dans la rue pour jouer un air de samba et des marchinhas (marches allègres). Ils peuvent réunir, par exemple, des personnes d'un même quartier comme la banda de Ipanema, à Rio, des adeptes d'un bar comme celui du "Bip Bip", qui est situé à Copacabana, ou encore être destinés à certains publics, comme ceux dédiés aux enfants.

Blocos et bandas font leur show
La différence entre bloco et banda est principalement la taille et l'organisation, les blocos pouvant réunir plusieurs milliers de personnes. C'est la partie plus populaire du carnaval de Rio, mais aussi la partie la plus accessible pour tous ceux qui n'auraient pas de place pour aller voir le défilé compétitif des écoles de samba. Les exhibitions des blocos vont commencer et dureront pendant tout le temps du carnaval, les plus importants défilant, à Rio, sur l'avenida Presidente Vargas, dans le Centro, le premier jour du carnaval.

On notera l'humour brésilien à travers les noms donnés à certains blocos : "Suvaco do Cristo" ("l'aisselle du Christ"), "Simpatia é Quase Amor", "Pega no meu pau de selfie e balança" ou encore "Que Merda é essa ?!", à Rio, ou "Vou de taxi" ("Je vais en taxi"), "Fogo e paixão" ("Feu et passion") et "Casa comigo" ("Epouse-moi") à São Paulo. Pour connaître la programmation complète des blocos de Rio cliquez ici et de São Paulo cliquez là. 

Momo, dieu de l'ironie
Au-delà des blocos et bandas, certains auront la chance d'assister aux défilés des écoles de samba qui se déroulent tous les soirs du 24 au 27 février au Sambodrome de chaque ville et qui se terminent avec le défilé des champions (le 3 mars à São Paulo, le 4 mars à Rio) !

Le 24 février à midi, le maire de Rio remettra les clés de la ville au Rei Momo, le patron du carnaval. Cette tradition est issue d'un mythe gréco-romain. Momos, dieu de l'ironie, se serait trop moqué de ses pairs et aurait été chassé de l'Olympe. A son arrivée sur terre, il aurait créé le carnaval. C'est pour cette raison que le carnaval est placé sous son patronage. C'est donc entouré de sa reine et de ses deux princesses que le Rei Momo lancera les festivités du Sambodrome.

Au bal masqué !
Au-delà des défilés de rue ou du Sambodrome, d'autres festivités sont au programme. Ainsi, des bals sont organisés à Rio, du plus chic, celui du Copacabana Palace qui a lieu le 25 février où l'on pourra croiser quelques personnalités parées de leur plus beau costume, au plus traditionnel, le bal da Cidade Maravilhosa, entendez un bal dédié à la ville de Rio qui se tient le 26 février à la Scala (Centro) sur des airs de samba et de marchinhas, en passant par le bal le plus arrosé, celui da Cerveja, le lundi 27 février, qui offre à ses participants de la bière gratuite toute la nuit, et celui dédié aux LGBT le mardi 28 février, aussi à la Scala. Pour connaître tous les bals qui se tiendront à la Scala vous pouvez vous rendre ici.

Les amateurs de samba pourront se rendre au fameux Terreirão do Samba, un espace en plein air situé dans le Centro de Rio, praça Onze. C'est un lieu "muito famoso" où vous pourrez assister à des concerts et mettre en pratique vos talents de danseur. 

Aude DU CREST (www.lepetitjournal.com - Brésil) Rediffusion actualisée

*Photo : Rodrigo Soldon / Flickr

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Rio de Janeiro !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale