Lundi 24 septembre 2018
Rio de Janeiro
Rio de Janeiro
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

CULTURE - Le Musée international d’art naïf de Rio, un patrimoine à l’avenir encore incertain

Par Lepetitjournal Rio de Janeiro | Publié le 13/12/2016 à 23:05 | Mis à jour le 13/12/2016 à 18:15

Le très beau Musée international d'art naïf (Mian) de Rio avait rouvert ses portes au public il y a six ans après trois années de fermeture, mais il va de nouveau clore ses portes le 23 décembre prochain, faute de budget. Il ne vous reste donc plus que quelques jours pour découvrir la formidable collection du Français Lucien Finkelstein. 

De 2007 à 2010, le Musée International d'art naïf (Mian) de Rio avait fermé au public après 12 années de visites ininterrompues. C'est le Français Lucien Finkelstein lui-même, fondateur du musée, qui avait dû prendre cette difficile décision en attendant de trouver un soutien financier suffisant pour assurer le bon fonctionnement de l'institution. Malheureusement, le Mian va de nouveau devoir fermer ses portes à la fin du mois pour les mêmes raisons.

Après la mort du fondateur en 2008, c'est la fondation Finkelstein et sa fille Jacqueline qui ont pris le relais et ont poursuivi l'?uvre initiée par son père. Cet immigrant français était arrivé à l'âge de 17 ans à Rio, juste après la Seconde Guerre Mondiale, et s'était rapidement établi comme joaillier à Copacabana.

Fasciné par les couleurs du Brésil
Comme pour beaucoup d'immigrants d'Europe, le jeune Lucien avait été fasciné, subjugué par les couleurs vives, les teintes éclatantes et la lumière forte des tropiques. Esthète dans l'âme, il se rapprocha des milieux artistes de l'époque et se lia rapidement d'amitié 

avec des grands noms de l'art naïf : Di Calvacanti, Aldemir Martins et Hector dos Prazeres.

Lui-même sensible à l'art décoratif, aux courbes douces et suaves, il créera de nombreux bijoux qui connaîtront un franc succès dans les années 1970 en Europe. Ses bijoux feront la couverture de Vogue en France et la Première dame de France de l'époque, Anne-Aymone Giscard d'Estaing, portera ses créations. Dans le même temps à Rio, ce passionné d'art enrichira sa collection le plus souvent en échangeant ses pièces d'orfèvrerie contre des toiles.

L'art naïf
Aujourd'hui, le musée abrite plus de 6.000 ?uvres d'art. Provenant du Brésil et d'une centaine de pays étrangers, elles couvrent à elles seules toute l'histoire de l'art naïf, du 15e siècle à nos jours. Ce terme "d'art naïf" aurait été attribué pour la première fois en France au 19e siècle pour qualifier les ?uvres du Douanier Rousseau, qui peignait hors des normes académiques. Or l'art naïf désigne justement des peintres autodidactes, qui ne sont liés à aucune école ou tendance. L'art naïf s'apparente plus à "une peinture ingénue" sans règle et sans contrainte.

Le musée de Rio désigne aussi ces artistes comme des "poetas anarquistas do pincel". Cependant, cette forme soit-disant "anarchique" de la peinture a petit à petit acquis une forme d'académisme qui se caractérise par un style figuratif, prônant la minutie des détails, l'emploi de couleurs vives, et des thèmes souvent empruntés à la vie quotidienne dans les campagnes, aux sujets ingénus, folkloriques et populaires. La reconnaissance de l'art naïf, même si cet art a toujours existé, ne s'est produite qu'au cours du 20e siècle grâce à des hommes comme Lucien Finkelstein, qui ont commencé à s'intéresser à cet élan artistique primitif. On pense également à un autre Français, Jacques Ardies, à São Paulo. 

Le musée

Présentée sur trois étages au sein d'une charmante maison coloniale, patrimoine historique du quartier de Laranjeiras situé à 30 mètres du petit train qui monte au Corcovado, cette collection étonne par sa variété, exposant des toiles aussi petites que de grandes tailles, et suit un cheminement didactique en consacrant une petite salle au Douanier Rousseau. Elle propose également à la vente de très jolies toiles pour celui qui veut aider le musée à survivre.

Outre cette collection exceptionnelle, le musée offre aussi des petits espaces d'expositions temporaires et quelques tables pour un "cafezinho" afin de bien conclure la visite !

CPB (
www.lepetitjournal.com - Brésil) Rediffusion actualisée

Informations
Le musée est ouvert du lundi au vendredi de 10h à 18h et le week-end de 10h à 17h. Le billet d'entrée est à 12 reais (6 reais en demi-tarif). Pour plus d'informations, vous pouvez consulter leur site.

 

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Rio ?

São Paulo Appercu

VARILUX - 20 films français dans 60 villes du Brésil en juin

Au-revoir là haut, L'échange de Princesses, Le Brio ou encore Tout le monde debout seront à l'affiche très bientôt au Brésil. Le Festival Varilux de Cinéma Français au Brésil revient du 7 au 20 juin

Sur le même sujet