TEST: 2280

Sébastien Destremau met les voiles

Par Isabelle de Casamajor | Publié le 21/12/2021 à 22:30 | Mis à jour le 22/12/2021 à 15:27
Sebastien Destremau

Sébastien Destrenau a quitté Fremantle avec sa fille lundi 14 décembre à bord de son bateau Merci. Ils font route pour la France et passeront Noël et le jour de l’an en mer.

Avant de partir, il a donné une petite présentation au Fremantle Sailing Club et est revenu sur ses aventures de ses deux Vendée Globes.

 

Presentation au Fremantle Sailing Club

 

Le Vendée Globe 2020-2021

Le 16 janvier dernier, Sébastien a été forcé d’abandonner le Vendée Globe en Nouvelle Zélande, après plusieurs avaries consécutives.

 

Vendée Globe 2020-2021 avec son bateau Merci

Cela a commencé avec des problèmes de barre et de pilote, puis lors d’une inspection de routine, il découvre une large fissure en travers de l’étrave au niveau du beaupré. Celle-ci n’affecte pas la structure du bateau mais empêche l’utilisation du gennaker.

Le capital confiance est néanmoins ébranlé, trop de problèmes pour se fier à son bateau, Sébastien juge préférable d’éviter de se lancer dans le pacifique avec un bateau susceptible de le lâcher et aussi d’éviter d’avoir à déclencher les secours et potentiellement mettre la vie de ces secours en danger.

 

Sébastien arrive à Christchurch

Une fois la déchirante décision prise, il fait route et arrive à Christchurch le 18 janvier.

Les réparations nécessaires effectuées, il décide de ne pas reprendre la route des Sables d’Olonne, les conditions de mer en cette saison n’étant pas favorables à un retour dans l’hémisphère Nord, et se diriger vers Nouméa, où sa compagne exerce depuis six mois comme infirmière.

Il y restera 7 mois.

C’est le 8 Novembre, un an après le départ du Vendée Globe aux Sables d’Olonne, qu’il jettera l’ancre en direction de Perth pour assister aux 18 ans de ses enfants et préparer son retour.

 

Vendée Globe 2016-2017 avec son bateau Faceocean

Le Vendée Globe 2016-2017

Sebastien a précédemment participé à la course de 2016, terminant dernier et rencontrant de nombreux problèmes lors de son épreuve de 124 jours. Il a finalement terminé 50 jours après que le vainqueur ait franchi la ligne d’arrivée.

L'accueil aux Sables d'Olonne a été bouleversant :

 

Ils me prenaient pour un héros, alors que j'étais un zéro

Cette course-là, n’a pas été non plus sans mésaventures : quelques heures après le départ, il rentre dans le bateau pour se sécher et se rend compte qu’il a oublié ses chaussures d'intérieur, Il donc fait le Vendée Globe en tongs. Ce n'est pas un bon début... Puis dans le même registre, il ne trouve pas d’éponges, elles aussi oubliées aux Sables d’Olonne : impossible de jeter l’éponge…

Il mentionne ses difficultés à monter en haut du mât et la solution alternative qu’il a utilisé consistant à faire giter le bateau jusqu’à pouvoir marcher sur le mat. Cette opération est périlleuse mais tout est relatif : l’est-il moins de se retrouver pendu à 30m de haut où le déplacement de cette extrémité peut atteindre plus de 5m ?

 

Sebastien Destremau : Routine

 

Il évoque le territoire des ombres au sud du Brésil et de l’Uruguay où il fait toujours gris, toujours froid, on ne voit jamais le soleil. Il parle d'énormes tempêtes, des vagues aussi hautes que des immeubles, des vents de 70 nœuds, des vents appelés les quarantièmes rugissants. C'est le territoire de l'albatros.

Il a également parlé de la douleur et difficulté de naviguer avec deux côtes cassés seul sur un bateau, et d’une pièce cruciale qu'il a oublié d'emporter à bord et des manœuvres supplémentaires à effectuer pour parer au manque.

 

Avant le Vendée Globe

Il est revenu sur ses débuts en course en 2016 et s'est souvenu du moment qui l'a lancé dans sa quête nautique.

Sébastien commentait la course pour la télévision en 2012. La veille du départ de la course, le temps était froid, sombre, venteux et pluvieux, touchez par l’engouement et l'émotion des gens sur les pontons, il a dit à mon ami Grégoire :

 

Dans quatre ans, tu couperas la dernière corde de mon bateau, je vais participer au Vendée Globe.

Sebastien Destremau: révélation

 

Alors pendant deux ans, il a travaillé dur pour réunir des fonds, trouver des sponsors. Il a vendu sa maison en Australie et sa voiture et finalement  acheté un bateau ancien au Cap qu’il ramène en France un an avant le départ de la course. L’aventure a commencé…

Rien n’a été facilement pour Sébastien, sa qualification et homologation de son bateau n’a pas été non plus sans embuches.

 

Le Vendée Globe, la course à la voile en solitaire la plus éprouvante au monde, est terminé, près de 45 000 km, au départ des Sables d'Olonne, en France.

Le parcours a conduit la flotte de la côte ouest de la France à la pointe sud de l'Afrique, en passant sous l'Australie, puis en remontant la côte est de l'Amérique du Sud pour revenir en France. Cette course, qui a lieu tous les quatre ans, est surnommée "l'Everest de la voile".

Sébastien Destremau  a démontré que détermination et résilience son indispensable à cette entreprise mais il a reconnu aussi qu’une préparation méthodiquement et dans le moindre détails ne doit pas être ni précipitée ni négligée.

Fort de ses expériences, riches en enseignements, Sébastien signera-t-il à nouveau pour le prochain Vendée Globe ?

 

Merci du Fremantle Sailing club

En attendant: Bon vent Sébastien !!!

Merci quitte le Fremantle Sailing Club

 

Sur le même sujet
Isabelle de Casamajor

Isabelle de Casamajor

A Perth depuis plus de 15 ans, depuis toujours passionnée de voyages, de photographie, d'art et de culture, l'Australie est pour moi un merveilleux terrain d'exploration. J'aime faire partager les endroits que j'aime et mes coups de coeur.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Perth !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale