TEST: 2280

Rencontre avec une photographe française: Martine Perret

Par Isabelle de Casamajor | Publié le 30/12/2021 à 22:30 | Mis à jour le 06/01/2022 à 11:16
Photo : Martine Perret by David Dare Parker
Martine Perret by David Dare Parker

Martine Perret est une artiste, photographe française de renommée internationale. Elle expose au musée Boola Bardip jusqu’au 30 janvier 2022.

 

Double exposition avec la mer de Mabenan Hutchins par Martine Perret
Double exposition avec la mer de Mabenan Hutchins par Martine Perret

Martine, Peux-tu te présenter ? 

Je suis né en France à Paris et ai grandi à Bordeaux. Aujourd’hui je vis et travaille à Margaret river.

J'ai commencé ma carrière professionnelle en tant que photographe indépendant à Sydney en 1999, tout en travaillant ( freelance?) comme photographe et rédacteur du service photo de l'Australian Financial Review.

Mon intérêt pour le photojournalisme m'a conduit au Timor-Leste en 2003 pour documenter la vie dans ce pays nouvellement indépendant.

Pendant la décennie suivante, j'ai travaillé pour les Nations unies en tant que photographe de mission de maintien de la paix dans des zones de conflit telles que le Burundi, le Sud-Soudan, l'Afrique de l'Ouest, le Timor-Leste et la République démocratique du Congo.

 

Même si ces années passées sur le terrain avec mon appareil photo ont été très enrichissantes, le mode de vie nomade a eu raison de moi. J'avais besoin de poser mes valises dans un endroit paisible, un endroit où je pouvais dormir et me doucher en toute sécurité. J'avais envie des grands espaces et de la beauté naturelle sauvage qui m'avaient amené en Australie en premier lieu, à 27 ans en quête d'aventure loin de ma patrie européenne.

En 2013 donc, je suis retourné en Australie et j'ai établi mon port d'attache à Margaret River. J'ai ressenti un lien profond avec le paysage de ce vaste pays. En dehors de mon travail en tant que photographe de maintien de la paix des Nations unies, j'ai décidé de me concentrer sur des projets plus personnels, sur ma photographie d'art.

 

Vivian Brockman Webb par Martine perret
Vivian Brockman Webb par Martine perret

Tu es photographe, peux-tu nous parler de ton activité, plus particulièrement en Australie ?

En juillet 2015, j'ai décidé de survoler les lacs salés des Goldfields d'Australie occidentale pour photographier une série intitulée Gungurrunga Ngawa (Look Above), comme une sorte de suite à mes précédents livres et à l'exposition en 2014 (Margaret River Region From Above), qui capturait des vues aériennes de la région sud-ouest de l'Australie occidentale.

Mais, je voulais faire plus que des vues aériennes, je voulais raconter une histoire plus importante, attirer l'attention sur la nécessité de préserver les langues aborigènes en danger dans les régions aurifères de l'Australie occidentale. J'ai donc choisi de documenter certains des derniers locuteurs de cette région, d'une manière qui exprime leurs liens physiques et culturels avec leur terre.

 

Le projet s'est développé sur 18 mois, au cours desquels j'ai parcouru plus de 25 000 km en voiture - entre mon domicile de Margaret River et les villes de Kalgoorlie, Norseman, Laverton et Wiluna, situées dans les Goldfields - et j'ai passé cinq mois, en alternance, sur le terrain avec les « Elders » aborigènes locaux, pour gagner leur confiance, écouter leurs histoires, les enregistrer et les photographier.

J'ai compris à quel point leur langue est intimement liée à la terre et à leur bien-être spirituel et culturel, et j'ai aussi entrevu l'impact inquiétant de la disparition d'une langue.

Au fil du temps - sur la terre, dans le ciel et sur la route, mon ambition a grandi et un projet plus vaste a vu le jour : Ngala Wongga (Viens parler). Le projet a notamment tourné autour de l'Australie occidentale avant d’être exposé à l’ambassade d’Australie à Paris à l’occasion de l’Année internationale des langues autochtones en 2019.

 

Dalisa Pigram Liyan 2, par Martine Perret
Dalisa Pigram Liyan, par Martine Perret

 

En 2020, J’ai commencé un nouveau projet : Belong - Language connecting feeling, culture, countrysoulignant l'importance des langues des Premières nations et qui fut inspiré d’un essai écrit par la linguiste Française Maïa Ponsonnet de l’université UWA, sur les connections et le rôle de certaines parties du corps liées aux émotions.

 « Language of emotion “ actuellement exposé au WA Museum Boola Bardip jusqu'au 30 janvier 2022.

 

Deux femmes regardant la peinture de Edie Ulrich au musée Boola Bardip par Martine Perret
Deux femmes regardant la peinture de Edie Ulrich au musée Boola Bardip par Martine Perret

Tu exposes actuellement au Musée Boola Bardip. Peux-tu nous parler de cette exposition ?

Belong est une exposition multimédia culturellement riche, utilisant un mélange de portraits associés, de langues et de paysages pour présenter la culture riche et diverse de l'Australie occidentale.

Belong rassemble multiples collaborations et combine aussi mes projets précédents, Ngala Wongga et Margillee , en particulier mes travaux qui se concentrent sur les locuteurs des langues des Premières Nations en Australie occidentale.

La chorégraphe et danseuse Dalisa Pigram, l'artiste Edie Ulrich, l'aînée Vivian Brockman Webb et le compositeur de musique et monteur vidéo/son Jonathan Mustard ont aussi contribués à la réalisation de cette exposition.

 

Mon expérience du photojournalisme couvrant souvent des régions et des peuples en crise, a développé ma passion pour capturer des images qui communiquent au monde des sentiments profonds et des messages importants.

Cette exposition met en lumière le lien entre les aînés, les locuteurs de langues et la terre, et souligne l'importance culturelle des langues. Elle est présentée pour coïncider avec la Décennie des langues autochtones de l'UNESCO (2022-2032) et pour la célébrer.

Cette exposition « Belong » est présentée au musée Boola Bardip jusqu’au 30 janvier.

 

Peux-tu aussi nous parler des présentations qui sont organisés au musée le 9 janvier ?

Je vous propose de vous joindre à moi pour un voyage à travers cette exposition multi-sensorielle sans pareille. Je vous guiderai à travers l'exposition et ses cinq installations combinant photographie, son vidéo, musique, danse et peinture qui met en lumière le pouvoir du langage, utilisant un mélange de portraits, de langues et de paysages pour mettre en valeur la richesse et la diversité de la culture de l'Australie occidentale. 

Il y aura deux visites différentes, la première précédée d’un petit déjeuner au café Epoch à 9h et la deuxième à 13h aura lieu en Auslan.

Il n'y a rien de tel que d'explorer une exposition en compagnie de l'artiste.

Vous pouvez aussi retrouver Martine sur son site.

Sur le même sujet
Isabelle de Casamajor

Isabelle de Casamajor

A Perth depuis plus de 15 ans, depuis toujours passionnée de voyages, de photographie, d'art et de culture, l'Australie est pour moi un merveilleux terrain d'exploration. J'aime faire partager les endroits que j'aime et mes coups de coeur.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Perth !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale