TEST: 2279

OLIVIER GUIBERT – Un président pékinois pour la CCIFC

Par Lepetitjournal Pékin | Publié le 17/04/2013 à 20:05 | Mis à jour le 08/02/2018 à 13:03

Vendredi 5 avril dernier, c'est un candidat de Pékin, Olivier Guibert, par ailleurs Directeur Général de la zone Asie Nord du groupe Thalès, qui a été élu pour remplacer Mme Annick de Kermadec, comme président de la très active Chambre de Commerce franco-chinoise. Nous l'avons rencontré pour en savoir plus sur les projets de la Chambre.

Olivier Guibert (photo MER)

Olivier Guibert est un expatrié dans l'âme. En fait, il vit dans un contexte international depuis toujours, "depuis que je suis né même", nous confie-t-il de son passé d'enfant d'expatrié. Depuis 20 ans, il travaille chez Thalès sur la zone Asie. Après 7 années passées à Singapour où il avait commencé à apprendre le chinois avec le souhait profond de venir vivre en Chine, "un pays méconnu et difficile, culturellement, mais où il faut être en ce moment", il est aujourd'hui depuis 4 ans en Chine. "Avec ma casquette de patron de grande multinationale, habitué à travailler dans un environnement complexe, je me sens une responsabilité morale vis-à-vis des entreprises française" : c'est sûrement ce qui l'a poussé à se présenter !

"L'accompagnement des entreprises au coeur de notre action"

En ligne avec l'équipe précédente dont il faisait partie, Olivier Guibert souhaite continuer à soutenir les entreprises et en particulier les PME/PMI, qui représentent 45 % des membres grâce notamment à des conférences, des petits-déjeuners à thème, et des groupes de travail (échanges de bonnes pratiques sur les Ressources humaines ou les Finances par exemple). Le saviez-vous ? La CCIFC c'est en effet un évènement organisé par jour en 2012… Avec 45 permanents répartis sur 5 établissements, près de 1 500 membres, c'est aussi la 3ème Chambre de commerce française l'étranger ! "C'est comme une petite PME" et c'est en Chef d'entreprise qu'Olivier Guibert souhaite définir les actions à entreprendre, collectivement. Au programme donc, la multiplication des rencontres avec les élus , les équipes opérationnelles de Shanghai et de Canton, …et surtout les membres pour savoir ce qu'ils attendent de la Chambre. Avec un objectif : que chacun y trouve son compte pour convaincre toutes les entreprises françaises en Chine, petites et grandes…d'être membres !

Interface avec le monde chinois

Afin de représenter au mieux les intérêts économiques et commerciaux français en Chine, Olivier Guibert souhaite aussi renforcer les échanges avec tous les acteurs du tissu économique français en Chine et développer les synergies entre les différentes institutions : JCEF, Ubifrance, les autres Chambres étrangères en Chine… Représenter les intérêts des entreprises françaises, cela passe aussi par des actions de lobbying auprès des autorités chinoises. Il s'agit également de favoriser les échanges avec les entreprises chinoises. C'est l'esprit du "Réseau Chine", une excellente initiative de la précédente équipe qu'Olivier Guibert souhaite renouveler : faire rencontrer au plus haut niveau les dirigeants de grandes entreprises chinoises et ceux des sociétés du Comité de patronage de la CCIFC.

Maintenir et développer le rôle social de la Chambre

La vocation d'une Chambre de Commerce à l'étranger, c'est aussi et avant tout l'animation de la communauté d'affaires française en Chine. Comme le précise Olivier Guibert, "Il faut faire en sorte que les chefs d'entreprises se rencontrent et échangent leurs expériences de manière peut-être plus informelle que nous ne le faisons actuellement". La CCIFC a vocation à être la principale plateforme de networking pour les hommes et femmes d'affaires français en Chine. Prochain grand événement attendu par la communauté d'affaires : la soirée de gala le 11 mai prochain à Shanghai. A vos inscriptions !

Marie-Eve Richet (www.lepetitjournal.com/shanghai et pekin ) Jeudi 18 avril 2013

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Pékin !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Guillaume Asmanoff et Thomas Aunave

Rédacteurs en chef de l'éditon Pékin.