Dimanche 18 novembre 2018
Nouvelle-Calédonie
Nouvelle-Calédonie
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Pl@ntnet, l’appli d’identification des végétaux en Nouvelle-Calédonie

Par Lepetitjournal Nouvelle-Calédonie | Publié le 20/08/2018 à 08:18 | Mis à jour le 21/08/2018 à 08:12
Une grande partie de la flore de Nouvelle-Calédonie est désormais à portée de clic avec Pl@ntnet, l’application pour Smartphone d’identification des plantes.

Une grande partie de la flore de Nouvelle-Calédonie est désormais à portée de clic avec Pl@ntnet, l’application pour Smartphone d’identification des plantes.

Son répertoire botanique national et international s’est enrichi de 2 400 espèces végétales de Nouvelle-Calédonie, grâce à une collaboration de plusieurs mois entre l’association Endemia et l’initiative Pl@ntnet. L’application a été officiellement lancée le 16 août, avec des démonstrations à Nouméa et à Koné, en présence de membres de l’association Endemia et de Pierre Bonnet, invité pour l’occasion, chercheur au Cirad et coordonnateur national de Pl@ntnet.

Un projet qui prend racine…

Bien que l’application existe depuis près de six ans en métropole pour le plus grand bonheur des botanistes amateurs et chevronnés, elle n’est utilisable que depuis quelques jours en Nouvelle-Calédonie. Cette réussite est le fruit d’une collaboration entre l’initiative Pl@ntnet et l’association Endemia qui œuvrent ensemble, depuis huit mois, à l’enrichissement du répertoire floristique de Pl@ntnet par la base de données photos d’Endemia.

Niaoulis, gaiacs, araucarias, fougères, Grevillea, Oxera et autres palmiers endémiques ont ainsi  intégré le répertoire Pl@ntnet. A ce jour, ce sont près de 2 400 espèces végétales sur les 3 400 que comporte la flore de Nouvelle-Calédonie, qui ont rejoint le catalogue et sont désormais identifiables de façon ludique par l’application. La botanique devient simple comme un coup de Smartphone !

Comment ça marche ?

Une plante attise votre curiosité au détour d’une promenade ? Ouvrez l’appli et prenez une photo de feuilles, fleurs, fruits ou écorce… Les algorithmes du programme informatique et un accès internet font le reste, pour vous livrer en quelques secondes l’identité de la plante en question, ou de plusieurs proches cousines.

A l’instar des technologies de reconnaissances faciales, Pl@ntnet fonctionne par l’analyse et la comparaison de motifs visuels piochés dans une immense banque d’images enregistrée et enrichie quotidiennement par les usagers de l’appli et les participants au programme, telle l’association Endemia. Quand les motifs les plus proches sont détectés, le système dévoile la carte d’identité de la plante : nom commun, nom scientifique, famille, photo des différents organes (fleur, fruits) accompagnés de liens pour en savoir plus.

Du projet scientifique à l’outil collaboratif…

Pl@ntnet est à l’origine un projet de recherche scientifique et de sciences participatives, soutenu initialement par Agropolis Fondation et développé depuis 2009 par un consortium d’instituts scientifiques regroupant le Cirad, l’Inria, l’Inra et l’IRD, en collaboration avec le réseau francophone de botanistes Tela Botonica. Aujourd’hui, ce projet poursuit son développement sous la bannière de l’initiative Floris’tic, financé par un programme d’investissement d’avenir, et étend sa toile partout dans le monde.

Aujourd’hui, le système recense plus de 700 000 images, 16 000 espèces de plantes sauvages et de plantes ornementales et/ou cultivées, présentes dans 20 régions ou micro-régions biogéographiques comme l’Afrique du Nord, l’Amazonie, les Andes tropicales, les Antilles, l’Amérique du Nord, l’Europe de l’Ouest, Hawaï, la Méditerranée orientale, la Réunion… et maintenant la Nouvelle-Calédonie ! Chaque jour, ce sont plusieurs dizaines de milliers de photos qui sont prises par les citoyens du monde et analysées par le programme.

Ouvrir le champ des possibles…

L’association Endemia anime un réseau collaboratif de près de 300 botanistes contributeurs, amateurs ou professionnels. Elle recueille depuis 2001 les informations qu’ils collectent sur le terrain (photos, descriptions, classification…) et les met à disposition de tous via son portail internet www.endemia.nc. Elle est soutenue par les collectivités locales, l’Etat, des organismes scientifiques, des associations environnementales et des entreprises privées (voir plus loin la liste des partenaires).

En ouvrant l’application Pl@ntnet à la Nouvelle-Calédonie, l’association Endemia et l’initiative Pl@ntnet espèrent susciter un nouvel engouement pour la botanique sur le territoire et ouvrir à un plus large public la contribution collective à l’enrichissement du patrimoine biologique commun. Après une phase d’expérimentation technique, l’association Endemia a fait le choix d’ouvrir l’application au public mi-août, même si elle n’est pas encore efficace à 100%, afin de permettre aux calédoniens d’améliorer l’outil grâce aux photos qui seront prises. En effet, plus le catalogue de Pl@ntnet sera nourri de bonnes photos de plantes calédoniennes, plus les identifications seront précises et le répertoire s’enrichira de nouvelles espèces.

Les membres de l’association Endemia souhaitent ainsi que chacun, du pépiniériste à l’écolier en passant par le gestionnaire d’espaces naturels, puissent s’approprier l’outil et développer des usages utiles à l’amélioration des connaissances, à l’apprentissage et au développement économique.

Save the date ! Démonstration de l’appli pour le grand public
Samedi 25 août de 9h à 11h au parc zoologique et forestier de la province Sud

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

GASTRONOMIE

Le retour de l’enfant prodige

Comme chaque année, Alphonse Koce, l’enfant de Maré devenu célèbre en oeuvrant aux fourneaux du « One and Only The Palm », restaurant français triplement étoilé de Dubaï, est de retour au pays.

Sur le même sujet