Coquillard, Ngoc-Anh Tran et Faberon aux éditions L'Harmattan

Par Lepetitjournal Nouvelle-Calédonie | Publié le 09/09/2018 à 11:33 | Mis à jour le 09/09/2018 à 11:47
La rentrée n’est pas que pour les établissements scolaires en Métropole. Elle est également littéraire. Les éditions l'Harmattan présente trois nouvelles parutions pour cette rentrée 2018.

La rentrée n’est pas que pour les établissements scolaires en Métropole. Elle est également littéraire. Les éditions l'Harmattan présente trois nouvelles parutions pour cette rentrée 2018.

 


D'ALGÉRIE de Jean-Yves FaberonD'ALGÉRIE de Jean-Yves Faberon

L'auteur a écrit différents textes en rapport avec l'Algérie plurielle disparue, évoquant ses propres souvenirs comme les processus politiques. Ces textes sur un pays qui n'existe plus ont été rédigés dans sa mémoire vivante alors que l'auteur s'est finalement installé dans un autre outre-mer français, très différent de l'Algérie : la Nouvelle-Calédonie. Ces écrits racontent un pays profondément aimé et sa perte vécue comme une catastrophe. Ils parlent de cet amour, de plénitude et de bonheurs et évoquent des meurtrissures irréparables et de désolée.


Taramoin De Ngoc-Anh TranTARAMOIN Tradition orale et tradition écrite à l'école maternelle - Nouvelle-Calédonie, Thio, 1984-1998
De Ngoc-Anh Tran

Peuple autochtone de la Nouvelle-Calédonie, les Kanak connaissent un échec dramatique à l'école française. En 1997 et 1998, l'application positive de ses propositions dans une école maternelle à Thio permet d'affirmer que le plurilinguisme et le pluriculturalisme précoces sont possibles avec une langue maternelle à tradition orale, le français langue seconde adapté à la tradition orale, et l'anglais sous forme de comptines. Le titre de l'ouvrage, Taramoin, est le prénom de l'institutrice kanak qui a participé à l'application des propositions.


L'âme des écorces De Sylvie CoquillardL'ÂME DES ÉCORCES Poésie
De Sylvie Coquillard
Préface d’Aline Mori

Après l'éparpillement et le désordre salutaire qu'instaurait Au bord d'Elle, la plongée au cœur des ténèbres des Atlantides qui promettait une renaissance vers la lumière, l'Âme des écorces signe cette pleine mise au clair grâce à laquelle les blessures intérieures peuvent être identifiées. Dès lors, réparation, réconciliation avec toutes les parts de soi se vivent à plein. D'un poème à l'autre, l'Âme des écorces ouvre à l'individu dans sa singularité autant qu'à un collectif dans sa réalité universelle. Réconciliation avec soi-même et réconciliation de toute une communauté sont ici indissociables.

 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Nouvelle-Calédonie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Clotilde Richalet

Rédactrice en chef de l'édition Nouvelle-Calédonie.

À lire sur votre édition internationale