Jeudi 21 octobre 2021
Nouvelle-Calédonie
Nouvelle-Calédonie
TEST: 2278

3 plantes médicinales calédoniennes

Par Isya Okoué Métogo | Publié le 25/03/2021 à 20:00 | Mis à jour le 25/03/2021 à 20:00
plante médicinale flore nouvelle-calédonie

On ne le répètera jamais assez : la Nouvelle-Calédonie présente une faune et une flore d’une rare diversité. Sa flore compte plus de 3 500 espèces de végétaux répartis en 200 familles. A cette variété impressionnante il convient d’ajouter près de 1 600 espèces introduites sur le territoire par l’homme. Depuis des millénaires, les femmes et les hommes d’Océanie se servent de cette flore pour guérir les maladies dites des esprits, mais aussi les maladies infectieuses ou les affections cutanées. Alors que cette médecine a longtemps été réprimée par les autorités coloniales, les pratiques n’ont pas cessé et beaucoup de plantes sont encore utilisées de nos jours. Nombres d’entre elles sont accessibles pour beaucoup d’entre nous, dans nos jardins et nos assiettes. Retours sur trois plantes communes aux propriétés remarquables.

 

Le papayer, Papaya sp

Originaire d’Amérique centrale, cet arbre est très répandu dans les pays tropicaux et préfère les sols riches et humides. Or, le papayer ne fournit pas seulement des fruits délicieux mais aussi une solution à de nombreux maux, comme les vers ou une digestion difficile. Pour son utilisation en tant que vermifuge contre les oxyures, les trichocéphales et les ascaris, c’est le latex du fruit qui est requis : une cuillère à café diluée dans un verre d’eau pour les enfants, le double pour les adultes. Pour soulager une digestion difficile, il est recommandé de préparer une décoction des feuilles ou de la racine après manger, ou même de consommer le fruit vert cuit. L’utilisation du fruit mûr produit l’effet inverse : il devient laxatif. La papaye verte peut aussi être utilisé en cataplasme lorsqu’elle est appliquée écrasée sur les furoncles et les abcès.

Attention toutefois, son utilisation est contre-indiquée aux malades sous cardiotoniques et la papaye verte n’est pas recommandée durant la grossesse en raison des contractions utérines que peut développer le latex du fruit.

 

L’herbe bleue, Stachytarpheta cayennensis

L’herbe bleue provient elle aussi du continent américain et se retrouve du sud du Mexique à l’Argentine. Présente notamment sur les bords de route, il n’est pas rare de la croiser sur son chemin dans les prairies dégradées comme les fourrés. Elle est reconnaissable à ses longues tiges et ses fleurs violettes et est considérée comme une espèce invasive sur le caillou. De nombreux peuples amérindiens reconnaissent ses propriétés curatives, notamment contre la malaria. Connue pour ses propriétés anti-inflammatoires, elle est utilisée en décoction ou en infusion contre la fièvre. Les Péruviens se servent également des feuilles pour contrôler le diabète. En Nouvelle-Calédonie, elle est connue pour être utilisée en cataplasme maturatif contre les furoncles et l’anthrax.

 

Le cocotier, Cocos nucifera

Qui n’a pas un cocotier dans son jardin et ignore ses nombreuses propriétés curatives ? Cet arbre fascinant n’a en effet pas seulement favorisé l’installation des premiers peuples sur le Caillou, en les nourrissant, il les a aussi soignés. Ses propriétés abortives sont connues au Vanuatu, en Inde et en Indonésie par différentes utilisations du lait de coco chaud, des jeunes plants ou de la plante. Il est également utilisé comme aphrodisiaque au Mozambique. En Nouvelle-Calédonie, on l’utilise notamment pour ses propriétés puritives et vomitives : l’huile fraiche est utilisée comme une purge, l’huile d’une noix de coco pour un enfant et jusqu’à deux ou trois pour un adulte. Pour une utilisation plus agréable, vous pouvez utiliser l’huile comme anti-inflammatoire et anti-douleur. L’albumen de la noix germée est également utilisé comme tonique, notamment pour les invalides et les femmes enceintes.

 

De nombreuses plantes sont aussi utilisées, et vous pouvez trouver des livres très utiles sur le sujet en librairie. Certaines plantes sont d’ailleurs communes avec les Caraïbes et il n’est pas rare de trouver des utilisations similaires entre ces deux régions du monde. Quant aux plantes du Caillou, n’oubliez pas les incontournables gros thyms et mitje à retrouver dans notre article du 12 avril 2017 par Kévin Gallot.

 

 

Isya Okoué Métogo

Isya Okoué Métogo

Etudiante néo-calédonienne à Sciences Po et collectionneuse de souvenirs, adepte des beaux voyages mais aussi des petites aventures du quotidien, entre Nouméa et Poitiers.
0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet