Mardi 11 août 2020

Soldats birmans et étasuniens côte à côte dans le golfe de Thaïlande

Par Rédaction lepetitjournal.com Birmanie | Publié le 08/09/2019 à 18:45 | Mis à jour le 08/09/2019 à 19:01
manoeuvres conjointes US Asean armee birmane

Si le principe des sanctions internationales prête régulièrement à polémique, le principe des sanctions internationales à géométrie variable prête surtout à rire, ou à pleurer selon la manière dont on l’aborde. Un porte-parole de l’armée des Etats-Unis a ainsi pu justifier la participation – à l’invitation des Etats-Unis - de la marine birmane à des manœuvres militaires conjointes aux marines étasuniennes et de l’ensemble des pays de l’ASEAN sous la direction de la Thaïlande et des Etats-Unis en expliquant que les sanctions s’appliquées « à 4 officiers généraux birmans et à leur familles, mais pas à l’armée en tant que telle », ce qui est exact en termes juridiques mais bien évidemment et alambiqué et tiré par les cheveux des points de vue moral et efficacité des sanctions. Lesquelles ont été officiellement prises par les Etats-Unis pour peser sur les militaires birmans et pour les punir de « crimes et de génocide dans l’Arakan », selon les mots des étasuniens. Or il est bien évident que ceux qui ont perpétré physiquement les exactions ne sont pas les 4 officiers généraux en question, mais des hommes de troupes obéissant à des ordres. Une évidence qui ne saute pas aux yeux des militaires étasuniens, semble-t-il. Le porte-parole a affirmé que cet exercice conjoint « devait unir toutes les marines de l’ASEAN afin de renforcer la sécurité des mers régionales contre le crime et la piraterie ». Les Etats-Unis cherchent à renforcer leur influence régionale devant la volonté chinoise affichée de contrôler toutes les zones maritimes d’Asie du Sud-Est en affirmant une souveraineté sur de multiples îlots pourtant disputés en droit international.

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

CONFLIT

Internet rétabli dans l’Arakan… mais sans réseau !

Le réseau internet est, en théorie, rétabli dans sept circonscriptions du nord de l’Arakan et dans celle de Paletwa dans l’État de Chin. En théorie, car dans les faits le réseau est déficient.

Expat Mag

Chennai Appercu
SOCIÉTÉ

Être « maid » en Inde

En Inde, il est chose courante de voir travailler dans les foyers aisés ou étrangers des employés de maison, « maid » en anglais ou « bai » en Hindi. Un métier intense de millions de personnes...