Mercredi 21 octobre 2020

Solidarité : une Française de New York a besoin de vous

Par Rachel Brunet | Publié le 31/05/2020 à 16:22 | Mis à jour le 02/06/2020 à 16:27
Solidarité New York

En cette période de crise sanitaire, il y a du désespoir, des situations compliquées et des drames de la vie. Tout le monde peut être touché, personne n’est à l’abri de tomber malade, de perdre son emploi, de se retrouver sans revenus. Aujourd’hui, dans la communauté française de New York, une mère de famille a besoin d’aide et nous relayons son histoire en comptant sur la générosité et la solidarité des lecteurs de notre édition.

 

Elle s’appelle Sandrine Haloin, elle est professeur de français et mère de deux filles. En France, son père a été plongé dans le coma suite à un AVC survenu la semaine dernière : son pronostic vital est engagé. Sandrine doit se rendre à son chevet au plus vite.

Suite à la crise sanitaire et à la fermeture des frontières, quelques avions volent mais à quel prix ! La semaine dernière, Sandrine Haloin achète trois billets d’avions sur Go Voyage. Quelques heures après l’achat, le vol est annulé, sans proposition de remboursement ou d’avoir de la part de Go Voyage, alors qu’une mention « billets remboursables » était visible avant l’achat des billets mais disparait subitement, après le réglement « je les ai appelé, et ils m’ont dit que je n’avais qu’à pas acheter des billets alors que les frontières sont fermées. Ils m’ont dit de me tourner vers Iceland Air qui assure le vol. Ce que j’ai fait. Iceland Air m’a dit qu’ils allaient me mettre sur un vol Air France, dans le cadre d’un partenariat. Ce qui ne s’est pas passé » explique la jeune femme.

« Je ne peux pas me permettre de payer $6000 pour des billets et c’est affreux parce que je dois absolument me rendre en France » explique Sandrine. Désepérée, elle se retourne vers le Consulat de France à New York « j’ai eu énormément de mal à joindre quelqu’un. Quand j’ai enfin réussi à parler à quelqu’un et à expliquer ma situation, on m’a répondu d’appeler Air France. On ne m’a même pas orientée vers une association » déplore la jeune femme. 

C’est vers notre média qu’elle se retourne, initialement pour dénoncer les agissements des compagnies aériennes. Mais nous ne pouvions décemment pas laisser cette jeune femme dans cette situation. Face à un fait - aucune instance française de New York ne l’aide ou semble entendre sa situation, son désespoir et ses difficultés financières - nous comptons sur la générosité et la solidarité des lecteurs de notre édition pour aider cette mère de famille, qui comme beaucoup a perdu son emploi au début de la crise sanitaire.

Une campagne de levée de fonds a été créée par l’ancienne directrice de Sandrine, sur Go Fund Me. Chaque dollar, chaque geste compte pour l’aider à se rendre au chevet de son père, accompagnée de ses deux filles. « Il faut que je puisse au moins prendre trois allers simples » explique-t-elle.

Nous comptons sur votre générosité, sur votre solidarité pour aider une Française de notre communauté dans cette période difficile.

Au moment où nous publions cet article près de $600 ont été donnés. La générosité est présente, mais ce n’est pas encore assez.

 

Pour aider cette française de la communauté

 

Notre édition remercie chaleureusement la direction d’Air France-KLM USA qui a su entendre le désarrois de cette jeune femme et, s’est mobilisée en conséquences. Merci Air France pour votre solidarité et votre implication.

Rachel Brunet

Rachel Brunet

Après être passée par la presse économique et la presse spécialisée, Rachel Brunet est la directrice et la rédactrice en chef de l’édition New York du Petit Journal.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

KRISS sam 06/06/2020 - 01:22

Cette question est du ressort exclusif des autorités diplomatiques françaises en place aux USA ! Elles sont payées pour ça ! Il y a un service d’aides spécifiques pour ces questions et nos impôts sont faits pour ça ! C’est vous le problème en vous rabaissant à quémander! Le Droit citoyen n’est pas une aumône et votre intervention est saugrenue car en qualité de Presse vous avez justement à mettre sur la place publique, la situation exacte et NOMMEMENT es QUALITE les personnes du Consulat ou Ambassade qui ont été contactées, jour place et heures et les raisons invoquées du refus. Par votre saine information, des interventions à plus haut niveau se seraient mises en place croyez-moi ! Arrêtez vos puériles actions féminines larmoyantes !

Répondre