Dimanche 23 septembre 2018
New York
New York
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

She for SHE : là où les femmes actives de New York se rassemblent

Par Anaïs Digonnet | Publié le 20/06/2018 à 13:30 | Mis à jour le 20/06/2018 à 16:07
Photo : Valérie-Anne Demulier a lancé She for SHE pour regrouper les femmes actives francophones de New York.
she_for_she, réseau New York

Dans une ville qui symbolise l’immigration et la réalisation de ses rêves, les groupes de réseaux sont nombreux. Depuis deux ans, She for SHE bénéficie d'un certain écho parmi les femmes actives de la communauté francophones. Organisation de conférences, d’ateliers découvertes, de projections cinématographiques, réseautages : Valérie-Anne Demulier aime que les semaines de ses membres soient bien remplies.

D’un groupe d’amies à un réseau de femmes actives francophones à NYC

En 2015, quand la jeune femme quitte le Luxembourg, où elle travaille alors dans un cabinet en droit international, pour poser ses valises à New York et suivre son conjoint, elle ressent rapidement le besoin de se créer un “groupe de potes”. En parallèle à son nouvel emploi, elle propose alors à plusieurs expatriées d’aller boire un café. De fil en aiguille, les relations étant souvent facilitées loin de la mère patrie, elle réussit à construit son propre réseau en conviant plusieurs de ces "nanas" à tenir salon.

Life is not about finding yourself, it is about creating yourself

“D’abord, j’invitais les gens pour prendre un verre sur mon rooftop de manière assez informelle. C’était sympa mais, dans un groupe qui est plus ou moins grand, il n’était pas toujours facile de participer toutes ensemble à la même conversation. Alors j’ai décidé de formaliser un peu les choses et de créer un groupe de discussion. Le premier a eu lieu début 2016 : nous étions huit pour échanger sur le thème “Life is not about finding yourself, it is about creating yourself”“, se souvient la créatrice de She for SHE.

Promouvoir un espace de discussions et d'échanges 

Deux mois plus tard, encouragée par le succès de cette première discussion, elle programme une nouvelle intervention avec, sur le devant de la scène, plusieurs femmes entrepreneures à New York. “La plupart étaient des Françaises qui avaient monté leur boîte et qui venaient expliquer comment elles s’y étaient prises", raconte l’instigatrice de ce rendez-vous. She for SHE était née avec l’ambition de promouvoir des valeurs comme la bienveillance, l’authenticité et le respect. “On doit pouvoir venir discuter en toute confiance. Ce réseau est féminin, parce que peut-être qu’entre femmes on ose se montrer plus vulnérables, on ose parler de nos doutes et de nos craintes.”

700 participantes depuis 2 ans

Dix-huit mois plus tard, en novembre dernier, portée par l’engouement féminin local, Valérie-Anne Demulier a même quitté son poste de représentante auprès d’une société d’affaires en Amérique du Nord pour se concentrer à ce projet. “Depuis le début, il y a environ 700 femmes qui sont venues assisté à au moins un des événements. Mon objectif aujourd’hui c’est de consolider le réseau et de renforcer le sentiment de groupe”, souligne la Belge.”Le but de ces rencontres est d’avoir un lieu et un moment pour nous, un endroit où l'on peut être nous-mêmes, partager nos expériences ainsi que nos opinions sur le monde et la place que nous y tenons en tant que femmes, nous élever les unes les autres, nous accomplir chacune dans nos projets respectifs, croire en nous”, peut-on d’ailleurs lire en guise de mantra sur le site.

Sharing, Helping, Empowering : les 3 missions de She for SHE

Depuis mai, il est également possible de souscrire à un abonnement pour être au cœur de cette communauté féminine et francophone, non sans avoir déposé au préalable une candidature où les postulantes doivent expliquer ce que représentent pour elles les missions ancrées derrière les initiales de She for SHE (“sharing”, le partage, “helping”, l’entraide, “empowering”, l'habileté à prendre des décisions pour soi-même). “99% des femmes qui viennent, travaillent, la moitié ont une entreprise ou sont des créatives en freelance. Ce qui caractérise ce réseau, c’est qu’il rassemble des femmes qui sont dynamiques, curieuses et qui ont envie de développer un projet.”

Un espace de co-working et un développement ailleurs dans le monde en projet

D’ailleurs, dans les mois à venir, Valérie-Anne Demulier veut développer ce côté business. “J’organise des réunions de discussion entre entrepreneures. Ce sont des petits groupes de 6 à 8 personnes, composés de femmes qui ont entre 25 et 60 ans, qui se revoient tous les deux mois, évoluent en parallèle, s’échangent des conseils et s’encouragent”, commente-elle. Deux autres projets devraient également participer à l’évolution de la structure associative vers une entreprise. La fondatrice de ce réseau aimerait trouver un espace physique à New York où pourraient se tenir les événements et qui serait aussi un lieu de coworking. Et puis, dans un second temps, elle voudrait développer son projet en ouvrant des chapitres dans d’autres grandes villes du monde, afin que chaque expatriée qui repart de New York puisse retrouver un peu de l’âme de She for SHE.

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à New York ?

TOURISME

5 plages où se baigner à moins de deux heures de Manhattan

Soleil au zénith, températures proches des 30°, l’été vous donne chaud à Big Apple. Saviez-vous que pas si loin des buildings, on pouvait trouver de beaux endroits où se baigner dans l’océan.

Vivre à New York

VIE PRATIQUE

Avez-vous votre IDNYC ?

Depuis 2014, tous les résidents de la ville de New York qui ont 10 ans et plus, quelque soit leur statut d’immigré, peuvent prétendre à une carte de résident new-yorkais.