Mardi 24 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

New York commémore les 50 ans de Stonewall

Par Rachel Scharly | Publié le 28/06/2019 à 16:05 | Mis à jour le 02/07/2019 à 14:39
Stonewall New York

Quatre millions de personnes sont attendues dimanche dans les rues de New York pour une « World Pride » démesurée. Cette semaine marque les 50 ans de lutte pour les droits homosexuels. Malgré une homophobie toujours présente aux États-Unis, ce week-end, New York sera aux couleurs de l’arc-en-ciel.

 

Les émeutes de Stonewall, il y a 50 ans

Tout commence dans le nuit du 28 juin 1979 au Stonewall Inn, à Greenwich Village. Cette hotel, propriété de la mafia, est un lieu où la communauté homosexuelle de New York a pris ses habitudes. Les descentes de police y sont monnaie courante à l’époque mais, cette nuit de juin, la police perd rapidement le contrôle de la situation, accueillie par une foule révoltée. Les tensions entre la police de New York et les résidents gays de Greenwich Village prennent encore plus d’ampleur le lendemain soir et de nouveau plusieurs jours plus tard. Six jours durant, de violentes émeutes opposent policiers et gays excédés par des années de répression, donnant un nouvel élan au mouvement pour les droits homosexuels, aux Etats-Unis et dans le monde.

L’année suivante, est célébrée la première gay pride de l’histoire, marquant un véritable tournant pour la liberté homosexuelle et transgendre. En 1973 , l'homosexualité a été déclassifiée en tant que maladie mentale aux États-Unis. Fait quelque peu effrayant, il faut attendre 1990 pour que l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) fasse de même.

 

Une homophobie américaine toujours marquée

Gouvernés par un président souvent borderline sur la question homosexuelle et transgenre, les États-Unis semblent marquer un pas en arrière quant à leur tolérance et respect à l’endroit de la communauté homosexuelle. Trois ans après la fusillade dans un bar gay d'Orlando, en Floride, qui fit 49 morts, les mouvements extrémistes souvent teintés d'homophobie montent aux États-Unis.

Autre signe d'inquiétude: un sondage publié lundi par l'institut Harris pour l'association GLAAD de défense des droits LGBTQ indiquait que la proportion d'Américains de 18 à 34 ans, réputés particulièrement tolérants, se disant à l'aise avec les personnes LGBTQ était en baisse, à 45% contre 53% un an plus tôt. Bien évidemment, Donald Trump est pointé du doigt, et taxé d’alimenter un climat de haine genrée.

 

New York rend hommage à la communauté gay

Au-delà d’une exploitation marketing par nombre de marques qui affichent produits et packaging aux couleurs de l’arc-en-ciel, les musées de la Ville rendent hommage à la population gay et célébrent le cinquantenaire des émeutes de Stonewall.

Le musée de la ville, Museum of New York City propose à ses visiteurs une belle rétrospective sur ces émeutes qui ont animées le village, il y a 50 ans. 

L’exposition « Pride - Photographs of Stonewall and Beyond by Fred W. McDarrah» est visible jusqu’au 31 décembre. Elle présente des images de gay prides, mais aussi d’autres parades et évènements relatifs à la communauté gay. Dans la continuité de cette exposition, et du même artiste, « The Voice Of The Village » renvoit le visiteur dans le New York gay et tumultueux des années 60/70. Cette exposition est à voir jusqu’au 1 décembre.

Le New York Historical Society rend aussi hommage à la communauté gay en présentant jusqu’au 22 septembre « Stonewall 50 at New-York Historical Society ». Ce programme présente deux expositions « Letting Loose and Fighting Back: LGBTQ Nightlife Before and After Stonewall » et « By the Force of Our Presence: Highlights from the Lesbian Herstory Archives », une installation « Say It Loud, Out and Proud: Fifty Years of Pride ». Le musée pense même aux plus jeunes à leur proposant des programmes adaptés.

La New York Public Library commémore les 50 ans de Stonewall avec une exposition « Love & Resistance: Stonewall 50 » visible jusqu’au 13 juillet.

Du côté de Brooklyn, « Nobody Promised You Tomorrow: Art 50 Years After Stonewall » est présentée jusqu’au 8 décembre au Brooklyn Museum.

En attendant, dimanche, 4 millions de personnes célèbreront à New York la liberté, celle de choisir qui aimer et aussi celle de choisir son genre.

 

Rachel Scharly

Rachel Scharly

Après avoir travaillé de nombreuses années dans la presse économique et spécialisée, Rachel Scharly est la rédactrice en chef de l’édition New York du Petit Journal
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

ENSEIGNEMENT

Rémunération des profs : la France peut mieux faire !

De nombreux enseignants publient sur les réseaux sociaux leurs rémunérations sous le hashtag #balancetafichedepaiedeprof. Pourquoi ? Pour protester contre leurs salaires et leurs conditions de travail