Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 0
  • 0

Après son verdict de culpabilité, Trump va s'exprimer depuis sa tour à New York

3740087314f76b7fab07fc8a45b808de79512d343740087314f76b7fab07fc8a45b808de79512d34
Écrit par AFP
Publié le 31 mai 2024, mis à jour le 31 mai 2024

Au lendemain de son verdict historique de culpabilité à New York qui plonge la présidentielle américaine dans l'inconnu, Donald Trump doit s'exprimer dans la matinée vendredi depuis son gratte-ciel de Manhattan.

"Le vrai verdict aura lieu le 5 novembre, par le peuple américain", avait déjà assuré M. Trump jeudi devant les caméras après avoir été reconnu coupable de l'ensemble des chefs d'accusation qui pesaient contre lui dans ce procès pénal, le premier d'un ex-président américain.

Le milliardaire, qui souhaite regagner la Maison Blanche à l'issue de ce scrutin, n'a pas perdu de temps pour relancer sa campagne.

"Je suis un prisonnier politique", a lancé le candidat républicain dans un appel aux dons publié jeudi, critiquant un procès instigué selon lui par son adversaire démocrate, le président sortant Joe Biden.

L'ex-président américain doit s'exprimer à partir de 11H00 (15H00 GMT) depuis sa Trump Tower.

afp

A l'opposé, son rival Joe Biden s'est fait discret. "Nous avons vu aujourd'hui à New York que nul n'était au-dessus des lois", a commenté son équipe de campagne jeudi, alors que le président, qui était en famille à l'occasion de l'anniversaire de la mort de son fils aîné, n'a pas personnellement réagi.

Mais le démocrate, qui doit jongler vendredi entre entretien avec le Premier ministre belge et célébration des champions du Super Bowl (football américain), pourrait alors lâcher quelques mots à la presse au sujet de ce verdict retentissant.

Joe Biden se garde généralement de commenter les ennuis judiciaires de son prédécesseur, mais a récemment lancé quelques piques à ce sujet, moquant ses dépenses judiciaires ou le disant "bien occupé en ce moment", en référence aux audiences pénales du milliardaire à New York.

A l'étranger, certains dirigeants ont affiché leur soutien à Donald Trump, comme le vice-Premier ministre italien d'extrême droite Matteo Salvini qui a dénoncé un "harcèlement judiciaire" et un "procès politique".

Le Kremlin, par la voix de son porte-parole Dmitri Peskov, a lui dénoncé une "élimination des adversaires politiques" aux Etats-Unis tout en disant refuser de "commenter" la décision de justice en elle-même.

En déplacement à Prague, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a assuré que ces accusations de Moscou n'étaient que le "reflet" du propre comportement russe en la matière.

- Historique -

Si le verdict de culpabilité de Donald Trump est historique, cela ne l'empêche pas de concourir pour l'élection présidentielle, et son impact sur le scrutin reste difficile à prédire.

afp

Jusqu'ici, les sondages donnent Joe Biden au coude-à-coude avec Donald Trump, voire le démocrate distancé dans certains Etats stratégiques.

Et ce verdict "ne va probablement pas faire bouger beaucoup de votes", prédit Keith Gaddie, politologue à l'université TCU au Texas. Mais pour des scrutins "particulièrement serrés, cela pourrait faire basculer les choses d'un côté à l'autre".

Reste que Donald Trump a prouvé, au cours des dernières années, sa résistance aux épreuves qui auraient détruit la carrière politique de beaucoup: mis en accusation à deux reprises devant la Congrès et inculpé dans quatre affaires pénales, dont celle de New York, il s'est toutefois largement et rapidement imposé lors des primaires comme le candidat des républicains pour l'élection de novembre.

Et l'affaire Stormy Daniels, qui était considérée comme la moins menaçante pour lui, sera très probablement la seule jugée avant le scrutin.

afp

Privé de campagne sur le terrain pour assister aux audiences, Donald Trump a tout de même tenté d'en tirer un profit médiatique en prenant la parole plusieurs fois par jour en dehors de la salle d'audience, flanqué de ses enfants ou d'élus républicains venus le soutenir.

Mais cette séquence judiciaire pourrait également profiter à Joe Biden, qui compte bien renforcer son image de dirigeant sérieux, occupé aux plus hautes affaires de l'Etat pendant que son rival enchaîne les rendez-vous judiciaires.

Le prononcé de la peine de Donald Trump tombera le 11 juillet prochain et coïncidera ainsi avec un sommet de l'Otan à Washington, une occasion pour Joe Biden de marquer sa présence sur la scène internationale. Et ce, quelques jours avant le début de la convention républicaine qui se tiendra à Milwaukee (nord), du 15 au 18 juillet.

Agence_France-Presse_Logo.svg_
Publié le 31 mai 2024, mis à jour le 31 mai 2024

Sujets du moment

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions