Samedi 19 octobre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

S’expatrier au Canada : visas et permis pour résidents temporaires

Par Alhéna Domela | Publié le 16/04/2019 à 10:00 | Mis à jour le 16/04/2019 à 10:00
Expatriation Canada visa permis résidents temporaires

Comment s’expatrier au pays des caribous ? Plus de 100.000 Français sont inscrits sur les registres consulaires du Canada. Ce pays d’Amérique du Nord est la 6e destination des Français. Mais face à l’augmentation des demandes de visas et de permis, la région devient de plus en plus sélective. 

Francophonie, faible taux de chômage, facilité pour la création d’entreprise… Tous ces éléments font du Canada une destination privilégiée pour les Français. Mais cet engouement pose à présent des problèmes quant à l’obtention de visas et de permis. Le pays se montre de plus en plus exigeant.

Afin d’éviter de mauvaises surprises, il est préférable d’avoir en tête tous les visas et permis existants et de vérifier si votre profil correspond à l’un d’entre eux avant de faire votre première demande.

Visa ou AVE ?

Canada visa autorisation de voyage électronique

Partir au Canada pour une courte période ne nécessite pas forcément un visa. Tout dépend de votre nationalité . Par exemple, les Français n’ont pas besoin de visa de visiteur. Par contre, si vous êtes exempté de visa, une autorisation de voyage électronique (AVE) devra obligatoirement se trouver dans vos valises. Liée électroniquement à votre passeport, la demande d’AVE se déroule sur internet. La plupart du temps, les voyageurs reçoivent leur AVE par mail en seulement quelques minutes. Elle est valable jusqu’à cinq ans.

Le permis études ne suffit pas

Canada études étudiants visas permis

Les étudiants ne peuvent espérer étudier au Canada qu’en la possession du permis études. Il est requis pour tous les programmes d’études ou d’échange de six mois ou plus, qu’importe le niveau d’études. Ils ont également besoin d’une lettre d’admission d’un établissement d’enseignement désigné. Si votre souhait est d’étudier au Québec, la démarche change. Il vous faudra présenter une demande de sélection temporaire pour études et un permis d’études auprès du gouvernement fédéral.

Grâce au permis études, les expatriés peuvent travailler jusqu’à 20 heures par semaine mais aussi à temps plein pendant les vacances. Il est également possible de demander un permis post-diplôme, c’est-à-dire un permis de travail ouvert, valide jusqu’à trois ans. Pour plus d’informations, consultez le site suivant

Astuces pour les travailleurs temporaires

travailleurs temporaires Canada expatriation

Bénévolat, stage rémunéré ou non, travail temporaire : toutes ces activités nécessitent un permis travail. Avant d’en faire la demande, il faut obtenir un contrat de travail mais aussi que votre futur employeur obtienne une Etude d’Impact sur le Marché du Travail (EIMT) favorable. Mais certaines de ces formalités peuvent être évitées grâce à la mobilité francophone. Le Canada cherche en effet à faciliter l’immigration des francophones afin de faire perdurer le français, l’une des deux langues officielles du pays.

Vous pouvez être exempté d’EIMT si vous répondez à ces trois conditions :

  • Vous habitez et travaillez en dehors du Québec
  • Vous utilisez le français quotidiennement (un test d’évaluation de français peut être exigé)
  • Vous avez un emploi correspondant au niveau O (postes de gestion), A (postes professionnels) ou B (emplois techniques spécialisés) de la Classification Nationale des Professions (CNP)

Programme spécial pour les 18-35 ans

jeunes programme spécial Canada expérience internationale

« Expérience internationale Canada » est un programme réservé aux 18-35 ans pour acquérir une expérience personnelle et professionnelle en voyageant et en travaillant à l’étranger. Les étrangers peuvent participer à ce programme dans trois catégories :

  • Permis Vacances-travail
  • Jeunes professionnels
  • Stages coop international  

Qu’importe la catégorie, il faut obligatoirement posséder un passeport de l’un des 34 pays signataires de ce programme, dont la France. Mais attention, le nombre de participations ainsi que le nombre de places sont limités et répartis en quota. En 2019, 14.000 places ont été attribuées en France. Pour plus d’informations, consultez le site suivant

 

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet