Lundi 24 septembre 2018
Montreal
Montreal
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

CENTRE DE LA FRANCOPHONIE DES AMERIQUES – "La langue française est redevenue à la mode"

Par Lepetitjournal Montreal | Publié le 01/07/2016 à 12:27 | Mis à jour le 01/07/2016 à 12:40

 

Du 3 au 11 juillet a lieu le forum des jeunes ambassadeurs à Montréal, organisé par le centre de la francophonie des Amériques. A cette occasion, Denis Desgagné, président-directeur général, nous en dit plus sur l'événement et sur le rôle du Centre de la francophonie des Amériques qui prône le rapprochement des peuples d'Amériques via l'amour de la langue française et de ses valeurs.   

lepetitjournal.com : Quel est le rôle du centre de la francophonie des Amériques ?  

Denis Desgagné : Le centre de la francophonie des Amériques est une organisation créée par le gouvernement du Québec dans le cadre de son 400ème anniversaire, en 2008. Sa vocation est de tisser des liens entre tous les francophones et francophiles des Amériques. 

Comment le centre procède-t-il pour cultiver ces liens ? 

30.000 membres font partie du centre et nous sommes 13 permanents à travailler activement. Pour couvrir l'ensemble des continents nous avons une démarche de collaboration avec des Alliances françaises, les écoles ou les conseils scolaires? On travaille sur quatre secteurs prioritaires avec une clientèle assez jeune. On ?uvre dans des écoles mais on cherche aussi à intervenir au niveau de l'économie solidaire, en créant par exemple un réseau social humanitaire à Haïti et au Mexique. 

Quelles sont les activités proposées par le Centre ? 

On peut proposer des universités d'été où l'on va s'adresser à des chercheurs de très haut niveau mais on propose aussi des choses plus « pratico-pratiques » avec la création d'une bibliothèque numérique pour ceux qui sont à l'extérieur du Québec et qui n'ont pas forcément accès à des livres français. On organise aussi des rencontres entre les étudiants et les auteurs francophones. Au début de l'année a eu lieu le concours de « twiterrature » : chaque participant doit proposer un texte dans une thématique donnée en se confrontant aux contraintes de Twitter. Toutes ces activités visent à augmenter le sentiment d'appartenance à la francophonie en y améliorant l'accès.  

Le centre peut-il aider les francophones dans leur recherche d'emploi ?

Ce n'est pas sa fonction première car nous n'avons pas la proximité nécessaire mais on peut intervenir dans ce dossier si cela contribue à diffuser la francophonie et la renforcer. Par exemple on manque de professeurs de français en Louisiane ou à New York. On peut alors faire des ententes avec certains gouvernements pour faciliter l'accès à des professeurs de français dans ces endroits. 

Pouvez-vous nous parler du forum de la jeunesse qui va se dérouler début juillet ? 

Nous avons créé le Forum parce que nous devions bâtir une équipe de développement composée de jeunes ambassadeurs qui deviendraient progressivement des tentacules du centre, qui sont investis et reconnus dans leur milieu. Lors du Forum on travaille sur des savoirs très précis. Le jeune apprend à faire la communication. On lui dispense aussi un savoir-faire : comment utiliser les réseaux sociaux, faire des vidéos, du montage ou comment on raconte une histoire.  On fait également découvrir la technologie sociale comme une revitalisation culturelle. Le forum est ouvert à tous les jeunes entre 18 et 35 ans qui habitent sur le continent américain et qui sont reconnus dans leur milieu. La dernière fois, nous avons reçu 544 candidatures, à l'arrivée on a sélectionné 54 leaders avec l'aide d'un jury territorial. 

Remarquez vous une recrudescence de la francophonie dans les Amériques ?

Au début des années 1900 il était défendu d'apprendre le français un peu partout sur le continent nord américain. Des mouvements d'extrêmes droites comme le Klux Klux Klan avaient leur siège social au Canada. Beaucoup de régions, au Canada et aux Etats-Unis, ont été attaquées, des croix étaient brulées. Les catholiques étaient stigmatisés et on estime que le taux d'assimilation dans ces années là s'élève à 80%. Depuis 50 ans, on remarque que le français est redevenu à la mode. Au Canada par exemple, on a gagné le droit de la gestion scolaire francophone avec des programmes d'immersion pour les francophiles. La demande est telle qu'on ne parvient pas toujours à y répondre. 

Propos recueillis par Mathilde Poncet (www.lepetitjournal.com) - Vendredi 1er juillet 2016 

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet