Samedi 31 octobre 2020

Le syndrome de la cabane ou la peur de sortir après le confinement

Par Joséphine Leblanc | Publié le 02/07/2020 à 17:00 | Mis à jour le 06/07/2020 à 16:38
Syndrome cabane peur de sortir confinement

Le retour à la normalité après un confinement de plusieurs mois doit se faire progressivement, et en prenant soin de sa santé mentale.

 

La peur de sortir après plusieurs mois de confinement

 

Alors que les mesures de confinement recommandées pour faire face à la pandémie de coronavirus ont commencé à s'assouplir dans certaines régions du Mexique, certaines personnes ont toujours peur de quitter leur domicile et peuvent souffrir du « syndrome de la cabane », qui s'exprime par la peur de s'exposer et quitter la maison après une longue période.

À ce sujet, l'Université Nationale Autonome du Mexique (UNAM) a émis un avertissement via son site Web international, notant que des réactions peuvent se produire dans la sphère émotionnelle ou avec des symptômes cognitifs, ainsi que des caractéristiques physiologiques (tachycardie, transpiration et difficultés motrices).

« Il est également possible de souffrir d'anxiété, de dépression et de troubles du stress », a averti l'Université.

Erika Villavicencio, chercheuse et coordinatrice de psychologie à l'UNAM, a recommandé que si la peur empêche la personne de mener à bien ses activités, des approches successives soient effectuées de manière progressive afin de s'exposer graduellement aux stimulus négatifs associés à la sortie du domicile.

« Il faut commencer avec de petits objectifs comme aller déposer les ordures, aller faire des courses à proximité... Il est nécessaire d'essayer plusieurs fois, avec un plus grand degré de difficulté à surmonter à chaque fois de façon à ce que la personne soit en mesure de gérer l'anxiété et la peur » peut-on lire dans UNAM Global.

Erika Villavicencio recommande également de planifier un protocole d'entrée et de sortie pour la famille, en considérant une zone de sécurité pour laisser les vêtements et chaussures après une sortie. Ne pas incorporer de règles de soins personnels et de distanciation sociale pourrait contribuer à alimenter une peur de la contagion à un niveau supérieur.

« Il est très important que nous prenions soin de notre santé physique mais également de notre santé mentale, encore plus lorsque nous sommes déjà victimes de troubles émotionnels » a expliqué la chercheuse.

 

La santé mentale lors du retour au travail

 

Lors de la reprise des activités, il est nécessaire de surveiller la santé mentale des individus en identifiant les symptômes provenant de la pandémie et ceux qui augmentent. L'UNAM explique qu'il « peut y avoir des troubles du comportement, du sommeil, de l'alimentation et même un stress post-traumatique pour certains ».

Erika Villavicencio déclare que « les entreprises doivent savoir que pour les employés, en tant qu'êtres humains, le retour au travail implique un effort important et une grande charge d'anxiété et de stress ».

Elle averti que 8 personnes sur 10 ont peur de retourner au travail. Leurs principales préoccupations sont l'exposition aux mauvaises pratiques et aux mesures d'entretien ménager de l'établissement, ainsi que l'exposition dans les transports publics qui met à risque les membres vulnérables de la famille.

« Certains se déclarent très préoccupés car les mesures nécessaires n'ont pas été prises dans leur entrepris au début, pendant, et encore moins maintenant » a déclaré Erika Villacencio.

Nous vous recommandons

Portrait Joséphine Leblanc

Joséphine Leblanc

Après une formation juridique qui lui a permis de s’expatrier au Vietnam, elle se spécialise en communication et médias (IFP). Aujourd’hui elle a quitté Paris pour s’installer à Mexico.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Un garde du consulat de France à Djeddah attaqué au couteau

A Djeddah, en Arabie Saoudite, un garde du consulat de France a été blessé par un assaillant. Selon la télévision saoudienne, l’agresseur saoudien a été interpellé.