TEST: 2268

Cinéma : "Snu" de Patricia Sequeira

Par Lucie Etchebers-Sola | Publié le 28/03/2019 à 22:48 | Mis à jour le 29/03/2019 à 11:09
SNU cinéma Patricia Sequeira

La réalisatrice portugaise, Patricia Sequeira, revient sur l’histoire d’amour controversée entre Francisco Sá Carneiro et Snu Abecassis dans le Portugal conservateur des années 1970. Entre romance et fresque historique, "Snu" a déjà séduit plus de 50.000 spectateurs, s’imposant comme le film portugais le plus vu depuis le début de l’année.
 
"C'est une princesse nordique dans un écrin de glace qui attend qu'un prince charmant vienne lui donner un baiser de feu. Et ce prince c'est toi. Parce qu'elle est la femme de ta vie". Cette prophétie est celle de Natália Correia – romancière et activiste portugaise – incarnée à l’écran par Ana Nave dont la ressemblance est frappante. L’exubérante poétesse a réellement prononcé ces mots dans un bar de Lisbonne au milieu des années 1970, à l’oreille de son ami Francisco Sá Carneiro, juste avant qu’il ne rencontre pour la première fois son éditrice danoise Ebba Merete Seidenfaden, plus connue sous le nom de Snu Abecassis. Ni Snu, ni Francisco ne s’en doutent alors, mais Natália Correia dit vrai.
 
Les circonstances
 
Snu (interprétée par Inês Castel-Branco) vit alors au Portugal depuis une dizaine d’années avec son mari Vasco Abecassis -ils se sont rencontrés à Londres alors qu´ils étaient étudiants- et ses trois enfants. Cette femme cultivée issue de la bourgeoisie danoise dirige d’une main de fer sa maison d’édition, Dom Quixote, fondée en 1965 et dont la réputation de contestataire et de féministe lui vaut régulièrement d’être censurée par l’Estado Novo de Salazar. De son côté Francisco Sá Carneiro (interprété par Pedro Almendra) issu d´une famille catholique, traditionnelle de la grande bourgeoisie de Porto a tout juste fondé le Parti Populaire Démocratique (l’actuel Parti Social Démocrate), favorable à l’instauration d’une démocratie parlementaire. Il a également exercé les fonctions de Premier ministre pendant onze mois, du 3 janvier au 4 décembre 1980, date de sa funeste disparition. Le Portugal lui à l´époque, vient de vivre sa révolution du 25 avril 1974, œillet au fusil.
 
La rencontre
 
Dans le bouillonnement révolutionnaire post dictatorial, le Portugal accouche d’une démocratie qui s’intègre à l’Europe. Plusieurs visages marqueront cette période d’instabilité et de reconstruction. C’est le cas de Francisco Sá Carneiro, dont le destin tragique est resté gravé dans les mémoires. Le 6 janvier 1976, Francisco et Snu se rencontrent pour la première fois dans le restaurant Varanda do Chanceler à Lisbonne. Le rendez-vous se veut professionnel mais le coup de foudre est immédiat. Si le Portugal de la fin des années 1970 est bercé d’un certain romantisme révolutionnaire, la question du divorce et de l’adultère est encore très sensible. Or Francisco est lui aussi marié et père de famille. À l’époque, la loi veut que le consentement vienne des deux partis pour qu’un divorce soit prononcé. Par conviction religieuse et certainement aussi par fierté, Isabel, la femme de Francisco s’y oppose, soutenue en secret par un prête de l’Église catholique qui fait obstacle au divorce. Francisco la quitte malgré tout et la presse s’empare du scandale. Snu, a quant à elle obtenu le divorce.  

 

SNU


 "Je choisirai la femme que j´aime"
 
Les membres de son parti lui conseillent de faire profil bas vis à vis de sa vie personnelle. Amoureux, il leur répondra : "Si la situation est considérée comme incompatible avec mes fonctions, je choisirai la femme que j'aime". En 1980, malgré l’impopularité de son histoire d’amour auprès de l’opinion publique, Sá Carneiro est élu Premier ministre et se porte candidat aux élections présidentielles qui se préparent cette même année. Il n’aura pas le temps de les gagner. Le 4 décembre 1980, alors qu’il se rend à Porto pour un meeting accompagné de Snu, son avion s’écrase à Camarate. Le mystère reste entier : accident tragique ou attentat ? Chacun peut choisir l´issue qui lui semblera la plus appropriée. Malgré les enquêtes menées, la lumière n´a jamais été faite sur ce dramatique accident. Les amants n´ont pas survécu. Natália Correia dira qu’ils étaient la plus belle révolution après celle du 25 avril.  
 
Au cinéma UCI Corte Inglés, les séances ici
 

Bande annonce:
 

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Lisbonne !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Maria Sobral

Rédactrice en chef de l'édition Lisbonne.

À lire sur votre édition locale