Mercredi 26 septembre 2018
Lisbonne
Lisbonne
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

"Au revoir là-haut", un film entre guerre et poésie

Par Olivia Baali | Publié le 19/04/2018 à 12:22 | Mis à jour le 19/04/2018 à 23:19
"Au revoir là-haut"

Le film français Au revoir là-haut réalisé par Albert Dupontel en 2017, est sorti dans les salles portugaises le 19 avril.

Au revoir là-haut est une comédie dramatique française adaptée du roman éponyme de Pierre Lemaître qui a reçu le prix Goncourt en 2013.  Albert Dupontel est épaulé par la plume de Pierre Lemaître pour écrire le scénario du film qui reste très fidèle au roman.

Le film se situe entre la farce, le drame historique et la satire mis en scène par un casting de choix avec Laurent Lafitte dans le rôle du lieutenant devenu escroc après la guerre. Albert Dupontel dans le rôle du soldat Albert Maillard, Nahuel Pérez Biscayart dans le rôle d’Edouard Péricourt ou encore Mélanie Thierry qui joue la sœur de ce dernier.

 

Un film dur mais poétique

Synopsis : Novembre 1919. Deux rescapés des tranchées, l'un dessinateur de génie, l'autre modeste comptable, décident de monter une arnaque aux monuments aux morts. Dans la France des années folles, l'entreprise va se révéler aussi dangereuse que spectaculaire...

L’histoire met en scène la vie de deux soldats de la Première Guerre Mondiale dont l’amitié débute dans les tranchées. L’un est artiste issu de bonne famille parisienne (Edouard Péricourt) et l’autre est un petit comptable (Albert Maillard). Le duo tente de survivre dans le moule parisien d’entre deux guerres. Les deux hommes décident de se venger de l’ingratitude de l’Etat.

Cette adaptation se veut à la fois poétique et inventive grâce au personnage d’Edouard Péricourt. L’homme est rentré défigurer de la guerre, le privant de la parole. Tout au long du film, il ne parle pas, il grogne. Il s’invente une série de masques aussi rocambolesques les uns que les autres pour cacher son handicap. Ses créations reflètent son humeur et son état d’esprit mais reste tout de même un personnage intriguant.

Malgré la présence importante de caricatures et de grotesque, la douleur de l’époque se fait ressentir tout comme les injustices qu’elle comprend. Albert Dupontel montre une époque dure dont il est parvenu à lisser les imperfections d’un coup de pinceau afin d’en obtenir une toile plus colorée.

 

Quelques récompenses

Au revoir là-haut a été nommé 12 fois aux Césars 2018 et en a remporté 5 dans la catégorie du Meilleur réalisateur, de la Meilleure photographie, des Meilleurs costumes, des Meilleurs décors et de la Meilleure musique originale. Le film a également été nommé au Festival du Film Francophone d’Angoulême 2017 dans la catégorie "Film d’ouverture" et au Festival des Lumières de la presse étrangère 2018 dans la catégorie du Meilleur film.  

 

Bande annonce

0 Commentaire (s)Réagir