Mercredi 22 septembre 2021
TEST: 2268

MARIAGE HOMOSEXUEL – Le Portugal, 6eme pays en Europe à permettre en 2010 l´accès au mariage civil

Par Lepetitjournal Lisbonne | Publié le 06/12/2012 à 00:00 | Mis à jour le 08/01/2013 à 17:37

Alors qu´en France est ouvert le débat sur le mariage gay, au Portugal le 5 juin 2010 entrait en vigueur la loi qui allait permettre à partir de cette date l´accès au mariage civil entre personnes du même sexe. C´était le 6e pays en Europe et le 8e dans le monde où pouvait se réaliser ce mariage. Bien que ce soit un pays traditionnellement catholique le débat de société est loin d´avoir été très animé, il a plutôt été discret. Deux ans après quel constat peut-on faire et Lisbonne serait-elle devenue une ville avec un intérêt particulier pour les gays ?

Le vote de la loi
Le 8 janvier 2010 l´Assemblée de la République Portugaise a approuvé avec 126 votes favorables, 97 contres et 7 abstentions l´accès au mariage civil entre personnes du même sexe. Cependant au sein de l´assemblée le débat est loin d´avoir été pacifique. Pour José Sócrates, Premier ministre à cette date, l´objectif à travers cette loi c´était de "combattre la discrimination et l´injustice qui existait dans la société portugaise".

Le 17 mai de la même année le Président de la République a promulgué la loi, tout en la contestant. Lors d´une déclaration, exceptionnelle, au pays il fit question de souligner qu´il promulguait la loi mais contrarié et il justifia sa décision en raison de la situation économique "dramatique"  que le pays traversait, et en disant qu´un veto de sa part ne viendrait qu´accentuer les "divisions".

C´est dans ces circonstances que le 5 juin est donc entré en vigueur le mariage civil entre personnes du même sexe au Portugal et le 7 juin 2010 a eu lieu le premier mariage, celui de Helena et Teresa. Par la suite, très vite, les barrières légales sont tombées en ce qui concerne le mariage entre portugais et étrangers ainsi qu´entre étrangers au Portugal.

Actuellement le débat en cours concerne le droit à l´adoption par les couples de même sexe car la loi votée en mai 2010 ne donne pas ce droit.

Constat géographique et statistique
Les statistiques dont nous disposons (source du INE - Instituto Nacional de Estatisticas) portent sur un an et demi, de juin 2010 à fin 2011 il y a eu au total 590 mariages entre personnes de même sexe dont 398 de sexe masculin et 192 de sexe féminin. Il y a eu plus de mariages pendant les 6 premiers mois qui suivirent l´entrée en vigueur de la loi que pendant la même période de l´année suivante. En 2011, le mariage gay a représenté 0,9% des mariages réalisés au Portugal.
Les mariages homosexuels se concentrent surtout dans les zones urbaines et du littoral, et pour la moitié dans la région de Lisbonne. Dans les îles de Madère et des Açores il y a eu 19 mariages pendant la même période.

Afin de faire un constat des changements dans la société portugaise après plus de 2 et demi de l´entrée en vigueur de la loi permettant le mariage civil entre personnes de même sexe, Lepetitjournal.com/Lisbonne a échangé quelques propos avec Jan Lebris de Kerne, journaliste et animateur du blog "Lisbonnegay"

Lepetitjournal.com : Comment aujourd´hui est perçue cette loi par la société portugaise ?
Jan Lebris de Kerne : Au Portugal, petit pays, il y a une grande proximité entre les gens. Tout le monde se connaît. L'homosexualité n'est donc pas un fait abstrait qu'on peut tenir éloigné de soi. Chacun connaît un gay de manière proche et ne peut l'ignorer. Je crois que peu de gens ont envie de blesser leur voisin, ami, fils, neveu par des discours discriminants et intolérants, et se disent, "après tout, ce mariage gay n'enlèvera rien aux non-gays, donc pourquoi lutter contre quelque chose qui peut améliorer l'ordinaire des homosexuels sans rien retirer aux hétérosexuels ?". On peut donc dire que la loi est simplement "là". La vie continue et il y a d'autres préoccupations en ce moment.

A votre avis pourquoi le Portugal a-t-il adopté cette loi sans grande contestation, le 6e pays en Europe et dont la tradition catholique ne laissait pas prévoir cela ?
On sait que les Portugais ne sont pas un peuple vindicatif. Ils n'aiment pas le conflit ni la violence. C'est donc en accord avec ce trait de caractère, qu'ils ont tendance à laisser vivre en paix les communautés et diversités en présence. C'est paradoxal dans un pays très catholique et du sud.

Actuellement au Portugal le débat porte sur l´adoption par les couples homosexuels, pouvez-vous nous faire le point de la situation ? Quels sont les acteurs de ce débat, est-ce qu´il y a une forte implication de la part de toute la communauté gay ?

L'adoption homoparentale a été en effet blaqueboulée au Parlement début 2012. Depuis, j'avoue que j'entends peu parler du sujet. L'acteur principal dans tout débat sur le sujet de l'homosexualité au Portugal est l'ILGA(1), principale association qui s'est montrée très efficace et en pleine maîtrise du sujet au moment du mariage. Quant à la communauté gay portugaise, et c'est là son principal défaut, elle est encore très jeune, immature, peu structurée (tissus associatif faible, cohésion entre les établissements LGBT(2) balbutiante, prévention VIH et lutte contre l'homophobie poussives). Il y a donc peu de conscience politique LGBT qui cimente la communauté. Sans doute parce que cette communauté n'a justement pas eu à affronter de grands combats très durs qui vous forcent à la cohésion.
En revanche à titre individuel, les homosexuels ont et donnent leur avis. Ils sont très attentifs à ces questions. Le récent afflux de touristes gays notamment français permet aussi d'élargir ces échanges. On peut donc dire que le sujet intéresse à titre personnel, mais que la communauté peine à se mobiliser dans la même direction, faute de structuration et d'organisation. Dans ces conditions, il est à craindre que la cause n'avance pas ou peu.

Deux ans et demi après le vote de la loi quel constat pouvez-vous faire ?
De manière générale, et je parle avant tout pour Lisbonne, le milieu gay s'ouvre et se développe de manière assez spectaculaire, tout en restant très bon enfant et respectueux. Je renvoie d'ailleurs au blog lisbonnegay.blogspot.com qui rend compte en détail de tout cela. Il y a 4 ans, il y a avait encore peu d'établissements LGBT et le tourisme gay venu de France était quasi inexistant. Le succès du blog (autour de 200 connexions par jour l'été, plus de 50.000 visites) a accompagné l'intérêt qu'ont commencé à porter les homos français pour Lisbonne. Cela change forcément les comportements locaux. Lorsque la nouvelle du mariage gay Portugais est arrivée en France, cela a mis un évident coup de projecteur sur le pays, le désenclavant soudain de la ringardise et de l'arriération. On ne voyait plus le Portugal à travers les clichés de la vieille femme en mantille noire, priant toute la journée. Le pays a une nature magnifique, une lumière spectaculaire, l'océan, une nourriture fabuleuse. Et puis les Portugais sont beaux, sans parler des Brésiliens, Angolais, Cap-Verdiens qui donnent à ce bout de l'Europe un goût d'exotisme. Tout cela à 2 heures d'avion de Paris et en euros ! Donc oui, et encore oui, Lisbonne est la nouvelle destination gay.

Y'a t-il eu selon vous des modifications au niveau des comportements de la société en générale et aussi en particulier au sein de la communauté gay?
Quant aux changements profonds qui viendront du mariage gay, il est, je crois, trop tôt pour les mesurer. D'abord il y aura les changements qui en découlent immédiatement : des couples LGBT se marieront et cela changera un peu la physionomie du pays. Un peu, car il ne faut pas oublier que les homos représentent entre 5 et 10% d'une population. L'autre changement qui découle directement de cette loi est tout simplement dans la tête des homosexuels  ils se voient pour la première fois à égalité avec les autres citoyens, ils se disent, "pourquoi pas moi, pourquoi ne pas me marier moi aussi ?" ce n'est plus un problème angoissant ou un abysse d'impossibilité. Et ils sourient intérieurement, je le vois bien, lorsqu'ils se mettent à en parler.

D'autres changement auront lieu mais il faudra attendre les générations futures. Il est évident que les jeunes gays nés avec cette loi, auront grandit avec la perspective de pouvoir se marier et fonder une famille, à l'exacte égalité de leur congénères hétéros. D'un seul coup, on n'est plus regardé par la loi comme un sous-citoyen, il y a donc moins de prises à la discrimination.

Il ne faut pas faire d'angélisme pour autant. L'homophobie existe bel et bien au Portugal. L'affaire Carlos Castro l'a révélé (ce présentateur de télévision portugais, torturé et assassiné par son amant "hétéro" et mannequin, qui voulait tirer le démon de l'homosexualité du corps de sa victime, ndlr). Le public s'est déchaîné sur les réseaux sociaux et dans les commentaires de journaux en ligne pour prendre la défense du psychopathe homophobe (il vient finalement d'être condamné à New York, ndlr)

La junta de fréguesia de Mercês, la mairie du quartier historique et chic où se développent les établissements LGBT, est par exemple assez anachronique. Le président du quartier a, par un édito dans le journal local, appelé la population du quartier à déposer des plaintes contre les établissements LGBT afin de pouvoir entamer des procédures.
Partout en Europe, les gays vont naturellement dans les quartiers centraux et historiques : Le Marais à Paris, Soho à Londres, La Chueca à Madrid, Kreuzberg et Schöneberg à Berlin, etc. Plus on éloigne les homos des centres villes, plus ils vont en périphérie voire plus loin, et plus c'est un marqueur de la fermeture d'esprit de la société. Alors même que Lisbonne et en particulier le quartier de Mercês ont perdu 30% de leur population en vingt ans et que les commerces sont en difficultés, il y a là une opportunité en or de réhabiliter des immeubles en ruine (les patrons d'établissements LGBT font en général ce travail d'aménagement, décoration, ndlr). De créer de l'emploi, de faire tourner les fournisseurs, les taxis, les restaurants alentours, de répondre à la demande touristique qui est tout de même la source principale de revenus de la ville, de rendre vie à un quartier. Mais non, le président du quartier a fait l´option d´appeler dans le journal local, la population à se plaindre.

Voilà quelques exemples de l'homophobie ordinaire qui ne dit pas toujours son nom mais qui dévoile une réalité bien ancrée: derrière les postures plus ou moins politiques on trouve la peur et la contrariété face à la visibilité gay. On "tolère" tant qu'on ne "voit" pas. Mais sur ce point aussi, le Portugal est en mutation et la transition vers une visibilité gay bien vécue est en marche.

Maria Sobral (www.lepetitjournal.com/lisbonne.html) jeudi 6 décembre 2012


(1) ILGA : Intervenção Lésbica, gay, bissexual e transgénero
(2) LGBT - Lésbicas, Gays, Bissexuais, Transgéneros    

En savoir plus :
r
http://lisbonnegay.blogspot.com
http://dezanove.pt

Lire aussi des autres éditions : MARIAGE HOMOSEXUEL ? Qu'en est-il à l'étranger ?

0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet