Mardi 21 septembre 2021
TEST: 2268

GALO DE BARCELOS – Un emblème national portugais

Par Lepetitjournal Lisbonne | Publié le 15/11/2016 à 23:14 | Mis à jour le 07/01/2018 à 01:51

Le coq de Barcelos, ?o galo de Barcelos? emblème national portugais, trône depuis le 6 novembre sur les bords du Tage à Lisbonne. L'incontournable objet symbole du Portugal a inspiré l'artiste Joana Vasconcelos qui en a fait une sculpture technologique. Le choix de l'installation de l'oeuvre n'est pas anodin, le websummit qui s´est déroulé à Lisbonne, précisément du 7 au 11 novembre a permis de montrer les valeurs du pays à travers l'art, la tradition et les nouvelles technologies. Ce coq est un peu le symbole d´un certain avant-gardisme mélangé à la tradition.

Une création imposante
Le ?Galo de Barcelos?, ce coq géant créé par Joana Vasconcelos, artiste portugaise de prestige international, a été installé  et inauguré à Lisbonne le dimanche 6 novembre, au niveau de la Ribeira das Naus. Cette structure de dix mètres de haut, pesant près de quatre tonnes, est une icône de la culture populaire portugaise. A un moment où le websummit s´est  tenu à Lisbonne, le Galo de Barcelos apparaît comme particulièrement représentatif de la culture populaire portugaise, A l'image du Portugal, il est lui même un parfait mélange entre la tradition, puisque fabriqué en grande  partie en tuiles, puis en LED, il en porte près de 16.000. Un classique capable de modernité.

La légende du coq portugais
Objet phare dans la tradition portugaise, le coq décoratif est fabriqué dans la ville même de Barcelos, au Nord du Portugal, à partir de céramique très colorée. La légende veut que le volatile ait libéré un homme accusé à tort d'avoir volé l'argenterie d'un riche propriétaire de la région par son chant, il aurait ainsi constitué une preuve de l'innocence de l'accusé. Le coq est aujourd'hui l'emblème touristique du pays, et sa matérialisation par l'artiste Joana Vasconcelos vise à rappeler cette symbolique aux visiteurs. Celle-ci confie d'ailleurs au journal Publico : ?J'ai tenté de reproduire une icône traditionnelle et de la repositionner, en donnant une perspective nouvelle pour l'avenir?. Une icône peut être trop peu connue dans le pays, ou oubliée, une des raisons pour lesquelles elle a voulu lui redonner vie. ?Les gens savent-ils encore ce que signifie le coq au Portugal ? Connaissent-ils son histoire ??. Le mélange de tuiles et de LED donne finalement à voir un nouvel environnement, celui d'un pays qui se modernise, tout en conservant ses racines. C'est ce qu'a tenu à rappeler le premier ministre Antonio Costa lors de l'inauguration de l'oeuvre. Cette  création est aussi représentative des relations qu'entretient le Portugal avec la ville de Rio de Janeiro, puisque le coq a été construit à l'occasion de la commémoration du 450ème anniversaire de la fondation de la ville brésilienne l'an dernier.

Une inauguration anecdotique
C'est le Premier Ministre en personne qui a ouvert la cérémonie d´inauguration en lançant le Pop Rooster. Alors que des milliers de lumières étaient programmées pour s'allumer, contrôlées par une télécommande, un problème technique est survenu et a plongé l'assistance dans un malaise général. La statue ne s'est pas immédiatement allumée, la télécommande n'ayant plus de batterie. C'est finalement en la branchant à un panneau électrique que la structure s'est illuminée, et que la cérémonie a pu reprendre son cours. Un imprévu qui a fait rire l'assemblée.

Une oeuvre destinée au voyage
Le maire de Lisbonne, Fernando Medina, a ensuite évoqué les difficultés rencontrées lors de l'installation de la sculpture, notamment en ce qui concerne son déplacement. L'an passé, pour la commémoration au Brésil, ils n'avaient pas réussi à la transporter jusqu'à destination. Cette fois-ci, l'oeuvre d'art est bien là, sur les bords du Targe. Elle s´offre au regard du public qui peut ainsi l´admirer en se promenant au bord du Tage. Une  télécommande permet à chacun de modifier la couleur des LED et de déclencher par un mécanisme interne la musique qui lui correspond. Un objet de décoration qui ne laissera pas les passants indifférents. Installé à Lisbonne pour tout le mois de novembre, ce coq sera dès janvier 2017 acheminé jusqu'à Pékin en Chine, pour la célébration de l'année chinoise du coq. Sa créatrice a par ailleurs confié qu'elle souhaitait faire voyager davantage sa sculpture.

Elise Dubourg (www.lepetitjournal.com/lisbonne.html) mercredi 16 novembre 2016

0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet