Lundi 17 décembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

1500 boursiers sur la sellette

Par Lucie Etchebers-Sola | Publié le 19/11/2018 à 02:09 | Mis à jour le 19/11/2018 à 02:28
Photo : ©SIGARRA U.Porto
Bourses étudiants

De nombreux étudiants de l’enseignement supérieur au Portugal courent le risque de perdre leurs bourses si la proposition du budget de l’Etat est validée en décembre 2018.
 
La proposition du budget de l’Etat pour 2019 a été présentée le 15 octobre 2018 au Parlement portugais. Elle prévoit notamment une baisse du plafond maximum des frais de scolarité dans l’enseignement supérieur de 212€. En début d’année scolaire prochaine (2019-2020) les étudiants devront donc payer 856€ au maximum alors qu´actuellement ce montant est de 1068€. Mais – et c’est ce "mais" qui provoque la discorde chez les étudiants et les universitaires – la proposition budgétaire tend également à modifier le plafond du revenu annuel maximum des personnes éligibles à une bourse universitaire. Actuellement, la loi définit que les bourses d'études supérieures sont accordées aux personnes ayant un revenu annuel par habitant de 7921,5€, mais une baisse du plafond maximum des frais de scolarité ferait passer ce revenu à 7718,40€. Sachant que la valeur des bourses est indexée sur le montant maximum des frais de scolarité, le nombre d’étudiants pouvant obtenir une bourse universitaire pourrait lui aussi diminuer.
 

Unanimité des points de vue

"La baisse des frais d’inscription pourrait signifier la fin des bourses pour de nombreux étudiants dans le besoin", a prévenu João Sàágua, le recteur de l'Université de Lisbonne (Universidade Nova de Lisboa), qui considère la mesure "démagogique et perverse" car elle ne profiterait pas à ceux qui en ont le plus besoin.
 
Riva, 22 ans, étudiante à la Faculté de Sciences Humaines et Sociales de l’Université de Lisbonne est déconcertée : "La baisse des frais de scolarité devrait être appliquée pour renforcer le soutien social aux étudiants les plus démunis, pas pour creuser les inégalités. Avec cette proposition, les plus pauvres perdront leur bourse tandis que les familles plus aisées bénéficieront d'une réduction de 212 euros par an. Ça n’a aucun sens !"
 

Les responsables de plusieurs universités ont déjà évalué le nombre d'étudiants qui seraient concernés par cette mesure, et plus de 1500 étudiants pourraient perdre leur bourse selon les comptes de Margarida Mano, députée du PSD. Les établissements publics risque d’être les plus touchés, particulièrement l’Université de Lisbonne, l’École Supérieur d’infirmières de Porto, l’Université de Madère, et l’Université de Trás-os-Montes e Alto Douro qui comptent environ 40% de boursiers parmi leurs étudiants.
 

Etudes supérieures: un soutien familial essentiel

L'aide publique aux étudiants portugais de l'enseignement supérieur représente environ 6% de leurs revenus en moyenne. C’est la famille, qui assure plus de 70% de leurs revenus selon les  données de l'étude Eurostudent, qui évalue les conditions socio-économiques des étudiants en Europe (sur un échantillon de 4894 étudiants portugais). David, 26 ans, boursier et étudiant à la faculté de droit de l’Université de Lisbonne explique : "Ma famille ne pourra pas me soutenir plus qu’elle ne le fait déjà. Je fais partie des étudiants qui pourraient perdre leur bourse l’année prochaine, j’ai peur de me retrouver dans une situation vraiment difficile... D’autant qu’avec l’augmentation des loyers  dans le centre-ville, on ne peut plus se loger près de nos facs. J’espère que le gouvernement va nous proposer de solutions compensatoires, comme l’accès à des résidences universitaires, ou des cartes de transports gratuites."
 
Le gouvernement garantit qu'aucun étudiant ne sera lésé par cette mesure. Si la proposition du budget de l’Etat pour 2019 est validée, il faudra tout de même attendre l’année prochaine pour se rendre compte de l’impact de cette réforme sur la vie des étudiants portugais.
 

 

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

PORTRAIT

Rencontre avec Alice Desert, artiste peintre

Alice Desert semble un peu chez elle partout. Elle a grandi à Aix en Provence, travaillé et étudié à Paris. Après une décennie passée à San Francisco, elle s’est établie au Portugal il y a juste un an