Mardi 24 novembre 2020

Décès de l’artiste égyptien Adam Henein

Par Ingrid Buffard | Publié le 28/05/2020 à 10:02 | Mis à jour le 28/05/2020 à 10:08
Adam Henein

Adam Henein, célèbre sculpteur égyptien est décédé vendredi 22 mai des suites d’une longue maladie. Il avait 91 ans. Retour sur la vie d’un artiste généreux.

Né en 1929 au Caire, au sein d’une famille d’orfèvres et de bijoutiers, Adam Henein a très tôt développé un attrait pour la sculpture. Il raconta souvent une anecdote de son enfance, où, à l’âge de huit ans, il modela son premier portrait en argile du pharaon Ramsès II.

Diplômé de l’école des Beaux-Arts du Caire en 1953, il part poursuivre sa formation à Munich puis à Paris. Il restera vingt ans dans la capitale française avant de retourner en Egypte, au plus près de ses racines.

Dans les années 1990, il participe à la restauration du Grand Sphinx sur le plateau de Gizeh. Pour ce projet monumental et pour toutes ses œuvres exposées en Egypte, en Europe et en Amérique, Adam Henein reçut de nombreuses récompenses, tels que le Prix du mérite national pour les arts en 1998 et le Prix Moubarak en 2014.

Un artiste qui puise son inspiration de l’Egypte antique

Adam Henein est un artiste qui a puisé sa force de ses voyages, de ses expériences, mais bien plus que cela, ce qui a forgé son art sont ses racines égyptiennes. Très jeune, il a été inspiré par l’art antique égyptien et cela se ressent dans ses sculptures, avec ses nombreuses représentations d’oiseaux, de chats et de chiens. Il disait vouloir travailler la matière comme ses ancêtres le faisaient, utilisant le marbre et le granite, mettant en avant la beauté des lignes simples et capturant l’essence même de ses sujets. Dans l’une de ses plus célèbres œuvres, il rend hommage à la chanteuse égyptienne Oum Kalthoum, la représentant sous les traits d’une reine égyptienne. Les lignes épurées donnent une sensation de calme et de sérénité, très représentative de son art.

adam henein

L’art comme cadeau

Multirécompensé, reconnu par ses pairs dans le monde entier, Adam Henein n’avait de cesse de penser à la nouvelle génération. En 1996, il créa à Assouan le premier symposium international, pour mettre en avant la sculpture moderne égyptienne et promouvoir les jeunes artistes. En 2014 à Gizeh, il décida de transformer sa propre maison en musée, où sont exposées diverses peintures et sculptures.

Artiste généreux, Adam Henein fit le choix de donner ses œuvres, plutôt que de les vendre. Une philosophie de vie qui fit du sculpteur égyptien l’un des plus grands de sa génération. Lors d’un reportage produit par la bibliothèque d’Alexandrie, il affirma : « l’art est une bénédiction de Dieu pour les humains. Cela incite les gens à s’instruire, à réagir, en changeant leurs sentiments et leurs idées ».

Nous vous recommandons

ingrid buffard

Ingrid Buffard

Passionnée par l'histoire, l'histoire de l'art et la musique, Ingrid Buffard vous partage ici ses découvertes sur la vie au Caire.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Singapour Appercu

La tête dans les étoiles avec Claudie Haigneré

A Singapour, dans le cadre du festival vOilah! 2020, une conférence en ligne a été organisée pour recueillir le témoignage de femmes scientifiques. Lepetitjournal.com a rencontré l’une d'elles.