TRADITION - Festival de mi-automne et moon cakes

Par Lepetitjournal Kuala Lumpur | Publié le 18/09/2013 à 22:00 | Mis à jour le 19/09/2013 à 18:37

 

En ce 19 septembre, la communauté chinoise célèbre le festival de mi-automne aussi connu sous le nom de festival des moon cakes. Si vous vous baladez dans les rues de Petaling Street une fois la nuit tombée, jusqu'à ce soir, dans le cadre du festival, vous pourrez voir un défilé de lanternes scintiller.  

Il est célébré chaque année lors du 15ème jour du huitième mois du calendrier lunaire, lorsque la pleine lune atteint l'acmé de sa brillance. Les Chinois appelle cela Zhong Qiu Jie.
Différentes histoires sont à l'origine du festival de mi-automne, variant d'une région de Chine à l'autre.


L'histoire de la fée de lune
Vivant dans un palais de cristal elle dansait sur la partie sombre de la lune. La légende qui remonte à l'antiquité raconte qu'un jour dix soleils sont apparus à la fois dans le ciel. L'empereur commanda à un de ses fidèles archer d'abattre les neufs soleils en trop. Pour récompenser l'archer, la fée lui offrit une pilule d'immortalité. Mais voilà que son épouse trouvant la pilule l'a consomma et fut alors bannie à jamais de la lune. L'histoire raconte que c'est lors du festival de la lune que sa beauté est la plus rayonnante.

La légende de Chang'e et Houyi
Chang'e et son mari Houyi, deux immortels, vivaient au royaume de l'empereur Jade qui régnait sur le ciel, la terre et l'enfer. Les 10 fils de l' Empereur Jade firent le choix de devenir des étoiles et prirent place dans le ciel. Ces étoiles étaient si lumineuses et si brûlantes qu'elles éradiquaient toute vie sur terre. Chang'e et Houyi furent pris de compassion pour les terriens. Ce dernier de son arc et sa flèche tua neuf des étoiles. Dans sa colère l'Empereur les renvoya sur terre en leurs retirant leur immortalité. Déterminés à la regagner, Houvi fini par rencontrer une très vielle dame, la Reine Mère de l'Occident. Elle lui remis une pilule lui précisant d'en prendre la moitié et de donner la seconde à Chang'e. Houvi de retour à la maison fut appelé à d'autres tâches. Lorsqu'il finit par regagner le domicile conjugal, surprise, Chang'e avala par mégarde la pilule entière. Son corps se mit alors à flotter au-dessus du sol, de plus en plus haut, jusqu'à ce qu'elle atteigne la lune. Elle y fit la rencontre d'un lapin et y vécut avec lui. Depuis, l'unique fils survivant de l'Empereur et Chang'e se pourchassent dans le ciel. Une autre légende évoque des soleils en guise d'étoiles et explique que Chang'e aurait été contrainte d'avaler la pilule d'immortalité. Houvi pleurant son épouse réalisa que la lune était particulièrement lumineuse ce soir là et cru y voir se dessiner les traits de sa bien aimée.

 

L'origine du nom moon cake
Sous la dynastie Tang, la frontière nord de la Chine se voyait régulièrement attaquée. L'Empereur Li Shimin designa le général Li Jing pour mener l'armée qui finirait par repousser les assaillants. Li Jing rentra conquérant le 15 août du calendrier lunaire. Afin d'honorer sa victoire et la paix qui en découlait, un marchand de la ville de Chang'an créa une pâtisserie particulière pour l'Empereur. L'Empereur Li Shimin la distribua à ses ministres soulignant qu'il fallait la manger pour inviter la lune. Voilà ce qui aurait donné son nom au gâteau de lune.


 
Le mooncake messager
Selon la légende, le signal de la révolte des Chinois Han contre la dynastie mongole Yuan qui allait amener l'avènement des Ming, a été donné par le biais de messages cachés à l'intérieur de ces pâtisseries que seuls les Hans consommaient. Il était écrit sur les messages à l'intérieur des moon-cakes que lorsque les lanternes envahiraient le ciel, cela annoncerait le signal de la révolte. Une seconde version de ce mythe indique que les messages avaient un tout autre contenu : ?tuez les barbares le 15, du huitième mois?.

 

Le festival de mi-automne
Le festival de la lune remonterait à plus de 3000 ans, à l'époque, la dynastie des Shang vouait un culte à la lune. Il était coutume de la prier à la mi-automne pour amener une abondante récolte l'année suivante.
Ce festival est apparu sous la dynastie des Zhou. Notables et familles se réunissaient la 15ème nuit du huitième mois en offrant un buffet d'offrandes à la lune. Cette coutume est devenue peu à peu au fil des dynasties une tradition. Pour devenir sous les dynasties des Ming puis des Qing, l'une des principales fêtes en Chine (avec le nouvel an Chinois).

 

Les moon cakes
Durant le festival de mi-automne il est donc coutume de déguster des moon-cakes. Les premiers gâteaux s'appelaient les Sozhou. A l'époque quatre semaines étaient nécessaires pour pouvoir élaborer cette copieuse pâtisserie.


Certains représentant la pleine lune comme ceux fourrés avec un jeune d'?uf. Les plus courant sont préparés à base de haricots rouges, de lotus, de fruits secs. Ronds et très épais, plus ou moins gros suivant les recettes et sans doute les régions, les parfums les plus courant sont sucrés comme salés. Certains peuvent contenir jusqu'à 1000 calories.


Le dessus du moon cake recouvre toujours une forme géométrique, des sinogrammes, voir parfois un dessin évoquant différentes symboliques. Il est coutume de les couper en fines tranches et de les partager en famille, autour du thé, pendant que les enfants jouent avec les lanternes.

Ces gâteaux sont moulés dans des spatules en bois, lorsqu'ils ne sont pas préparés de façon industrielle. Ronds comme la lune ils symbolisent l'unité de la famille.

 

 

 

Article et photos Alexandra Le Vaillant (www.lepetitjournal.com/kuala-lumpur.html)

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter

 

 

 

logofbkl

Lepetitjournal Kuala Lumpur

Lepetitjournal.com est un média francophone en ligne, gratuit et indépendant, présent dans plus de 50 pays. L'édition de Kuala Lumpur a ouvert le 27 mars 2012.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Kuala Lumpur !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale