Vendredi 23 février 2018
Johannesburg
Johannesburg
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Agathe Destresse : Prendre des responsabilités grâce à un V.I.E.

Par Lepetitjournal Johannesbourg | Publié le 02/02/2018 à 07:42 | Mis à jour le 06/02/2018 à 13:06
agathe destresse, V.I.E., emploi, jeune, carrière

Dans cette rubrique, nous partons à la rencontre de jeunes professionnels entre 18 et 28 ans qui commencent ou poursuivent leur carrière grâce au statut de volontaires internationaux en Entreprendre (V.I.E.).  A Johannesburg, ils sont environ 80. Après plusieurs diplômes en poche et un tour du monde, Agathe Destresse a choisi de poursuivre sa vie professionnelle à l’étranger grâce à un V.I.E. La jeune parisienne de 26 ans vit à Joburg depuis quelques mois et travaille pour l’entreprise lyonnaise EDAP TMS spécialisée dans le domaine des ultrasons thérapeutiques. Ses impressions, ses perspectives professionnelles, et ses conseils. 

 

Pourquoi un V.I.E. en Afrique du Sud ?

Je voulais absolument travailler à l’étranger. De par mes études et mes projets personnels, j’ai beaucoup voyagé. J’ai trouvé que le V.I.E. était un bon compromis et une solution aux problèmes de visa et de permis de travail. C’est aussi un statut assez bien reconnu. Entre autre d’être une expérience intéressante, ça l’est aussi financièrement. Au départ j’étais assez ouverte en terme de destination quelque que soit le continent, mis à part les villes dangereuses. J’ai finalement été shortlistée pour trois postes : l’un à Djibouti, l’autre à Séoul et le dernier à Joburg. Les missions du poste de Joburg me plaisaient beaucoup, il y avait notamment du networking et des études de marché. Cela correspondait à ce que je recherchais. J’ai reçu l’offre pour le poste lorsque j’étais en vacances en Afrique du Sud en avril 2017 ! J’ai commencé quelques mois plus tard, le 1er septembre plus précisément. J’étais tout d’abord basé en France pendant deux mois pour suivre une formation et puis je me suis installée à Joburg le 1er novembre. C’est un pays que je voulais voir depuis longtemps. Culturellement ce pays m’intéresse beaucoup. D’autre part, c’est un pays où on peut créer des relations.

 

Vos impressions de Joburg et de l’Afrique du Sud plus généralement ? 

C’est  une ville que j’aime beaucoup malgré les dires. Il y a des tas de choses à faire sur la scène culturelle. J’ajouterai que c’est une ville qui bouge beaucoup, avec une ambiance un peu comme à Brooklyn. Je m’y plais vraiment. Et à une heure de Joburg, on peut faire du rafting, et des randonnées… Les pays limitrophes sont magnifiques, je pense à la Namibie ou le Mozambique où je me suis rendue récemment. L’Afrique du Sud est pour moi une porte ouverte sur le continent. C’est un pays plein d’espoir, on le ressent à n’importe quel niveau de la société que ce soit politiquement, culturellement ou économiquement.

 

Quel est votre expérience de V.I.E. ?

Grâce à ce poste, j’ai beaucoup de responsabilités. Je suis ici seule dans un « espace working » à la chambre de commerce franco-sud-africaine (FSACCI). Je suis en contact direct avec les distributeurs et les clients. Le domaine d’EDAP TMS m’intéresse beaucoup. L’entreprise propose des produits novateurs qui réduisent la souffrance des gens et améliorent leur vie en lien avec le cancer de la prostate et les calculs rénaux. J’apprends sur la culture du pays en étant en contact avec des médecins et autres partenaires. Sur le plan personnel, j’ai rencontré Marine Goldenberg, une autre V.I.E. avant d’arriver, elle est très investie dans la communauté des V.I.E., et organisent des évènements au sein du réseau qui permettent de rencontrer des gens. Il y a vraiment une ambiance sympa. Ce qui me manque c’est de rencontrer des locaux mais ça ne fait que trois mois que je suis à Joburg ! 

 

Vos conseils aux V.I.E. qui souhaitent aller en Afrique du Sud ou qui viennent d’arriver ?

Il ne faut pas être effrayé par l’insécurité, c’est un aspect qui existe partout à différents degrés de violence et fréquence. Vigilance et prudence sont les mots d’ordre. C’est un pays magnifique et très riche. On ne s’y ennuie jamais ! Quand vous vous installez, c’est important de visiter plusieurs endroits et quartiers afin de trouver celui qui vous convient le mieux car sinon on peut se sentir vite cloisonné. J’ai recherché un logement avec terrasse et jardin. Evidemment j’encourage les V.I.E. à rejoindre le groupe facebook vie via afrique du sud

 

Vos bonnes adresses 

 

A Illovo : 

Parea : un restaurant grec avec une bonne ambiance.

Il y a aussi des petits bars sympas, pas hors de prix, comme le 86 public et bar public

 

A Braamfontein : 

The Orbit pour écouter du jazz

 

A Rosebank : 

The Marble : un peu cher certes mais la vue sur Joburg est top

Mash bar : éphémère dans la galerie d’art, à côté de The Marbles, c’est un lieu assez improbable !

 

A Maboneng :

Le Bioscope : une salle de cinema indépendant 

 

A Melville :

27 boxes et The Countess un restaurant très agréable 

 

A une heure de Joburg : 

Parys où on peut faire du rafting et d’autres activités sportives

 

Sinon suivez les bloggeurs joburgfoody et hellojoburgmag sur Intagram

 

Nous vous recommandons

lepetitjournal.com johannesbourg

Lepetitjournal Johannesbourg

Lepetitjournal.com de Johannesbourg est le journal des français, francophones et francophiles à Johannesburg. Des news en français sur l'actualité et la culture sud africaine, le réseau francophone, les sorties et autres informations insolites.
0 CommentairesRéagir

Communauté

FRANÇAIS DE L'ÉTRANGER

Michèle Merrifield : la passion du bush devient un projet de vie

L’histoire de Michèle, c’est celle d’un voyage qui change un destin. Cette normande qui ne parlait pas un mot d’anglais a créé Daktari, croisement d’un refuge animalier et d’un centre éducatif.

Que faire à Johannesburg ?

TOURISME

Le Botswana ou la vie sauvage

Avec plus de 40% du territoire laissé à la vie sauvage, le Botswana a la réputation d’être l’apanage des touristes les plus fortunés. En fait cette destination s'adresse aux voyageurs intrépides.

Vivre à Johannesburg

V.I.E./V.I.A.

Franck Deroche : V.I., misez sur le réseau

Franck Deroche, Volontaire International en Administration (V.I.A) à Pretoria entre 2004 et 2006. Il revient sur cette expérience et parle des opportunités de carrière qui se sont présentées à lui.