Rentrée en plein effectif et en présentiel au Lycée Français de Hong Kong

Par Didier Pujol | Publié le 18/04/2022 à 14:21 | Mis à jour le 19/04/2022 à 00:25
lycee français hong kong rentree

Attendue durant trois mois depuis le début de la flambée de virus Omicron à Hong Kong, la rentrée scolaire en présentiel a enfin lieu ce mardi 19 avril au Lycée Français International de Hong Kong. Nous avons profité de l’occasion pour interroger le chef d’établissement François-Xavier Gabet sur les conditions de la rentrée pour les parents et les élèves.

"La rentrée à temps plein pour tous les élèves est un soulagement"

Comment se déroule cette rentrée si attendue au LFI ?

C’est avec une grande joie et un soulagement que nous accueillons enfin l’ensemble des élèves en temps plein à l'exception des Petites et Moyennes Sections ce mardi. Jusqu’au bout, nous nous sommes mobilisés avec le consulat pour que l’EDB lève toutes les conditions sanitaires pour permettre à tous de reprendre le chemin du face-à-face. Ces derniers mois sont synonymes d’inquiétude et de souffrance tant pour les familles et les enfants que pour les enseignants, tous soumis à rude épreuve par les mesures mises en place par le gouvernement de Hong Kong. Il était essentiel pour l’équilibre des enfants de pouvoir retrouver un rapport direct avec les enseignants et leurs camarades. Pour nos personnels aussi, dont la vocation est la transmission in persona de la connaissance, il n’était pas tenable indéfiniment d’être tenus éloignés des classes.

"Il n'est pas nécessaire que les enfants soient vaccinés pour reprendre les classes"

Sur le plan sanitaire, quelles sont les conditions de cette rentrée ?

Tout d’abord, nous avons été entendus sur le fait qu’il n’était pas possible pour les établissements internationaux de conditionner l’accès aux classes par les enfants au fait d’être vaccinés comme il avait été proposé initialement. Sur ce point, la Chief  Executive Carrie Lam a confirmé dans la réunion du vendredi 8 avril avec les lycées internationaux que "l'accès à l'école est un droit". Ainsi aujourd’hui seul un test quotidien (à domicile) est demandé aux parents, ceux-ci ne devant pas envoyer leur enfant à l’école en cas de résultat positif. Les élèves de la classe ne sont pas considérés comme cas contact. Le gouvernement s’est également engagé à ce que plus aucune famille ne soit séparée si un enfant devait être hospitalisé. Notre personnel est quant à lui vacciné à 100% à l’exception des dérogations médicales, peu nombreuses et la restauration sur place reprend intégralement dans le cadre notre protocole sanitaire validé à 100% par l’EDB.

"Les petits rentreront à partir du 3 mai, au plus tard"

Les Petites et Moyennes Sections reprendront plus tard. Avez-vous des précisions ?

Pour l’instant, la première date qui nous est donnée est celle du 3 mai mais nous avons demandé à rouvrir ces classes le plus tôt possible car pour les jeunes enfants, privés depuis longtemps de contact avec leurs professeurs, chaque jour compte. L’impact négatif sur leur quotidien et celui de leurs familles de l’enseignement à distance est en effet avéré, s’agissant d’un âge où il est difficile de se concentrer longtemps et pour lequel l’apprentissage du langage et des capacités cognitives et créatrices est déterminant. Une fois de plus, nous ne lâcherons rien et chercherons avec l’aide de l’équipe en charge du Consulat de France à mettre la pression nécessaire sur l’EDB pour débloquer au plus vite cette situation.

"Les examens auront lieu en présentiel et sans retard"

Quelles sont les inquiétudes des familles et comment ont-elle été prises en compte ?

L’inquiétude légitime des familles, exprimée en particulier depuis l’annonce d’un éventuel mass testing abandonné depuis, est d’abord de savoir si les enfants pourront rester jusqu’à la fin de l’année. Il est essentiel, en particulier, que les examens puissent se tenir en face-à-face entre mi-mai et mi-juin pour ne pas retarder l’entrée des nouveaux diplômés dans les filières internationales. Sur ce point, nous avons reçu un engagement ferme de la Chief Executive Carrie Lam. L’autre crainte exprimée par de nombreux parents est celle liée à la sécurité sanitaire des enfants lorsqu’ils vont retourner à l’école. Or, c’est pour garantir cette sécurité que nous avons mis en place un protocole sanitaire extrêmement strict, intégrant entre autres le lavage des mains avant de rentrer en classe et la distance minimale entre les élèves sur les campus. Enfin, la crainte d’une séparation en cas de cas avéré a pu être dissipée par Carrie Lam qui s’est engagée sur le fait que les familles restent ensemble.

"Beaucoup de familles reviennent à Hong Kong"

Certains familles ont fait le choix de quitter Hong Kong à l’annonce du mass testing. Qu’en est-il aujourd’hui ?

C’est vrai que cette annonce du gouvernement a semé la panique parmi les familles déjà touchées par les incessantes interruptions de classe en présentiel durant les deux ans passés. Au total, sur les quelques 2600 élèves du LFI, 183 élèves ont quitté l’école à cette période, pour retourner, temporairement le plus souvent, en France ou dans un autre pays d’Asie. Or, parmi ceux-ci, une centaine ont indiqué qu’ils allaient revenir. Il y aura naturellement des départs en cette fin d’année scolaire ( 370 ), pour une part du fait de la fin du cycle mais pas seulement car la situation de certaines familles s’est compliquée du fait de la crise pandémique. Cependant, 160 nouveaux inscrits nous rejoindront en septembre. Ce qui a changé, ce sont les demandes en cours d’année, limitées du fait des difficultés générales pour voyager cette année mais nous sommes donc bien loin de la situation catastrophique décrite par la presse française, alimentée par les cas les plus dramatiques et le Lycée Français International de Hong Kong reste très attrayant, situé dans le top 10 des lycées français les plus demandés dans le monde.

 

Lepetitjournal.com se réjouit de la rentrée en face-à-face des élèves et leur souhaite, ainsi qu’à leurs familles et aux personnels du LFI une excellente fin d’année scolaire et de bons résultats aux examens

Didier Pujol

Didier Pujol

Passionné de culture chinoise et présent en Chine depuis 2011, Didier a publié de nombreux articles sur la Chine avant de reprendre la direction de l'édition Hong Kong comme directeur et rédacteur en chef.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'éditon Hong Kong.

À lire sur votre édition locale