La tortue verte à Hong Kong

Par Karine Yoakim Pasquier | Publié le 20/08/2020 à 15:00 | Mis à jour le 21/08/2020 à 02:49
Photo : La tortue verte, seule tortue à nidifier à Hong Kong - Photo@Bernard Dupont - Wikimédia
tortue verte hong kong

Hong Kong abrite de nombreuses espèces animales, qu’il s’agisse de poissons, d’insectes ou de mammifères. L’une d’entre elles est la tortue verte. Lepetitjournal.com s’est penché sur ce majestueux animal et sa présence sur les îles hongkongaises.

La tortue verte, ou tortue franche pour les intimes, est une des plus grandes de toutes les tortues marines, pouvant mesurer de 1m15 à 1m50 de long, peser jusqu’à 130 kilos et pouvant atteindre l’âge canonique de 70 ans environ.

Vivant dans les eaux tropicales, c’est un animal rapide, nageant jusqu’à 35 kilomètres-heures. Pourtant, malgré les apparences peu clémentes que Hong Kong peut avoir pour les espèces protégées, c’est pourtant ici que certaines d’entre elles viennent nicher.

Les nids de tortues à Hong Kong

Si cinq espèces de tortues marines se baladent dans les eaux hongkongaises, seule la tortue verte s’y reproduit, nidifiant sur les plages de plusieurs îles au large. Si autrefois, les œufs des tortues étaient prisés et récoltés, puis vendus par les pêcheurs, c’est aujourd’hui une espèce protégée, notamment par l'ordonnance sur la protection des animaux sauvages. Maintenant, seule la plage de Sham Wan sur l'île de Lamma abrite une très petite population reproductrice. Le site a donc son importance puisqu’il s’agit du seul site de nidification régulier de tortues vertes connu à Hong Kong et l’un des rares sites de nidification restants dans le sud de la Chine.

 

 

Malheureusement, le nombre de tortues vertes femelles nichant à Sham Wan est très faible. La protection de cette population est donc primordiale et divers outils sont mis en place pour atteindre cet objectif, tels que l’interdiction d’accès à la plage pendant la saison de nidification,  s’étendant du 01 juin au 31 octobre, ou encore la distribution d’amendes, pouvant aller jusqu’à 50’000HKD, à toute personne défiant le règlement…

En complément, pendant la période restreinte, des gardiens patrouillent afin de contrôler les activités non autorisées et de voir comment se passe la nidification des tortues, intervenant si celle-ci est trop risquée et faisant alors incuber les œufs de manière artificielle. C’est en effet au stade d’œuf et de jeune tortues que celles-ci sont les plus vulnérables. On estime que seulement deux à trois bébés sur mille survivent suffisamment longtemps pour avoir le temps de se reproduire, la maturation sexuelle de ces animaux se situant entre 24 et 40 ans.

La particularité de l’espèce est sa volonté de retourner à sa plage natale pour nicher. Les tortues vertes migrent en effet sur de longues distances entre leurs sites de reproduction et leurs aires d'alimentation, ce qui augmente leurs chances de se mettre en danger. Le suivi par satellite par le Département de l'agriculture, des pêches et de la conservation de Hong Kong montre que les tortues peuvent parcourir plusieurs centaines de kilomètres de Hong Kong vers les eaux proches de l'île de Hainan, de l'est de Guangdong et du Vietnam.

La tortue verte est menacée

Si les tortues marines jouent un rôle important pour l'écosystème car elles aident à maintenir les herbiers marins, servant notamment de nurseries pour un grand nombre d’invertébrés et de poissons, elles font face à de nombreuses menaces. Qu’il s’agisse de la surexploitation de leurs œufs, de la chasse, aux décès accidentels dans les filets de pêche, sans parler du problème du plastique et de la pollution, les dangers sont permanents.

 

tortue verte hong kong
Photo@Tyler Karaszewski - Flickr

 

Le réchauffement climatique n’arrange malheureusement pas la situation, le sexe de ces animaux étant déterminé par la température à laquelle leurs œufs sont incubés. Si la température d'incubation est inférieure à 29 degrés Celsius, ce seront des mâles qui naîtront alors qu’au-delà de 30 degrés, les fœtus deviendront femelles. Les augmentations de température auxquelles sont confrontées les tortues depuis quelques années posent une grande incertitude pour la survie de l’espèce.

A Hong-Kong, le problème majoritaire lors du processus de reproduction, est la forte activité dans les eaux côtières adjacentes à la plage de Sham Wan : sports nautiques, passage de bateau, va et viens… Ces facteurs perturbent les tortues mâles qui attendent dans ces eaux peu profondes les femelles pour s'accoupler avec elles avant qu’elles ne retournent vers la plage pour pondre. 

Que faire pour les tortues

Si vous souhaitez aider ces tortues et favoriser la survie de l’espèce, plusieurs mesures peuvent évidemment être prises, la première et la plus simple étant de ne pas se rendre sur les zones où elles se cachent. Les baigneurs, plongeurs et autres visiteurs doivent de ce fait éviter absolument de déranger les tortues marines dans l'eau ou sur les plages identifiées comme sites de nidification pour encourager les tortues à revenir à Hong Kong pour nicher.

 

tortue verte hong kong
Photo@Bruce Warrington - Unsplash

 

Les déchets étant un problème majoritaire pour la survie des tortues, veillez à toujours bien ramasser vos ordures et ne rien laisser dans la nature, peu importe votre localisation.

De plus, il est bien évidemment totalement interdit de chasser, vendre, posséder ou contrôler l’un de ces animaux, sous peine d’une amende pouvant atteindre les 100'000 HKD et un emprisonnement d'un an.

Le public est également encouragé de signaler à l'AFCD toute observation de tortues marines ou toute irrégularité impliquant ces magnifiques créatures.

Pour terminer, de nombreuses associations existent pour soutenir les tortues de mer, comme une action organisée par le WWF, ou l’association Green Power.

 

Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi)

Ou nous suivre sur Facebook et Instagram

 

Sur le même sujet
Karine Yoakim-Pasquier

Karine Yoakim Pasquier

Karine est Suisse francophone vivant depuis 2018 à Hong Kong. Elle tient un blog intitulé hotfonduepot.com, travaille dans une école et vient de terminer ses deux premiers romans.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'édition Hong Kong.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale